Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Grenelle de la mer : les 1res décisions semblent faire l’unanimité
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Grenelle de la mer : les 1res décisions semblent faire l’unanimité

Le Grenelle de la mer est composé de quatre groupes de travail (1) qui devaient théoriquement rendre les fruits de leurs travaux hier, dans d’ultimes tables rondes au ministère de l’écologie. Néanmoins, la densité des débats a fait que seules les tables rondes des groupes 1 et 3 ont pu se tenir, les deux autres étant reportées à mercredi 15 juillet. Le lendemain, le président de la république, Nicolas Sarkozy, devrait s’exprimer sur le thème de la politique maritime de la France.

Toutefois, le résultat des discussions de ce vendredi semble avoir fait l’objet d’un fort consensus auprès des participants (écologistes, professionnels de la mer, Etat, collectivités territoriales et experts scientifiques). Les premières décisions concernent ainsi :

- la production d’énergie

Un plan Energies bleues va voir le jour pour parvenir à une production annuelle de 6 000 MW d’énergies marines en 2020. Pour cela, plusieurs concepts vont être testés : hydroliennes, énergie thermique des mers, éoliennes flottantes, pompe à chaleur/froid, énergie houlomotrices. A noter que l’Outre mer occupera un rôle prépondérant dans ce dispositif en étant promu ‘vitrine technologique et le territoire d’expérimentation de la France en matière d’énergies marines renouvelables’, l’objectif étant d’arriver pour ces territoires à 50 % d’énergie renouvelable.

- la biodiversité et la notion de pêche durable

Sur les zones de reproduction des poissons et d’habitats sensibles, les aires marines protégées vont être fortement développées pour parvenir à l’objectif international de 20 % des eaux protégées en 2020 (0,6 % aujourd’hui), dont la moitié serait des zones de non extraction. Le finning (découpe des ailerons sur les requins vivants et rejetés tels quels à la mer) va être interdit, tandis que la pêche au requin taupe va également l’être, mais progressivement, par le non-renouvellement des licences de pêche. De même, la France va soutenir l’inscription de plusieurs espèces commerciales « menacées d’extinction » (thon rouge, requins…) à la CITES, pour réglementer leur commerce au niveau mondial. De la même manière, une action doit être engagée au niveau international pour lutter contre la pêche illicite, notamment en interdisant les transbordements de poissons en mer et en optimisant le contrôle et le suivi. Parallèlement, les eaux françaises notamment en Outre-mer, devraient être mieux surveillées en ‘rendant obligatoire le signalement du passage à l’intérieur de la Zone Economique Exclusive française en précisant la route, la vitesse, la destination et la cargaison du navire’. La pêche de loisir n’est pas oubliée, avec l’instauration d’une période de repos biologiques sur l’estran (zone comprise entre la basse et la haute mer).

- les navires et infrastructures

Un programme de recherche sur le navire du futur défini comme ‘économe’, ‘propre’ et ‘sécurisé’. Les concepts de ‘bateau cerf-volant’, ‘bateau solaire’, ‘bateau à motorisation avancée’ et ‘bateau à faible impact environnemental général’ (-50 % de gaz à effet de serre, zéro rejet, déconstruction en fin de vie, etc.) seront étudiés. Une filière française de démantèlement va être mise en place, tandis qu’une action politique sera menée pour, au niveau européen puis mondial, rehausser les normes de démantèlement. Les ports vont se voir systématiquement équipés pour la collecte des déchets, des eaux usées, et le raccordement électrique, en imposant simultanément aux bateaux d’utiliser ces raccordements. Enfin, pour l’accès des gros navires au littoral, le concept de port offshore va être étudié pour 2015, pour éviter les dragages trop importants.

- les pollutions marines

Proposer au niveau mondial un objectif de réduction des gaz à effet de serre du transport maritime. Le marquage des hydrocarbures, notamment par ADN, va être testé par le CEDRE pour résultats en janvier 2010, ceci pour lutter contre les dégazages. Œuvrer au niveau européen contre l’exportation des navires hors normes vers les pays du Sud.

- éducation et recherche

Le consensus est particulièrement important sur ce point, toutes les parties s’accordant pour reconnaître ‘manque abyssal’ de connaissances. A ce titre de nombreux programmes devraient être développés, entre autres sur l’exploration des milieux marins, les énergies marines renouvelables, les effets des pollutions sur les écosystèmes, les ressources biologiques et biotechnologiques des océans (médecine, alimentation, etc.), tandis que des disciplines menacées comme l’identification des espèces (taxonomie) et l’écotoxicologie vont se voir réhabilitées.

Par ailleurs, au niveau international, la France veut accélérer la délimitation et la reconnaissance des frontières en mer, lancer une initiative de type G20 pour lutter contre les pavillons de complaisance et ‘porter au niveau international la reconnaissance juridique du préjudice écologique’.

Pascal Farcy
1- Groupe de travail n° 1 : « Favoriser le développement harmonieux du littoral en améliorant l’interface terre-mer ».

Groupe de travail n° 2 : « Promouvoir le développement d’activités maritimes compétitives et soutenables sur le plan environnemental ».

Groupe de travail n° 3 : « Valoriser les métiers de la mer et œuvrer à l’attractivité des activités maritimes ».

Groupe de travail n° 4 : « Instaurer une nouvelle gouvernance aux niveaux infra-national, national, européen et mondial ».

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Josemite
12 juillet 2009 - 0 h 00 min

Toujours des paroles mais pas d’actes. Le temps passe et la mer continue de souffrir de la cupidité humaine



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
19

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS