Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Fourrure : derrière le culte de l’élégance, le sacrifice animal
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Fourrure : derrière le culte de l’élégance, le sacrifice animal

Aujourd’hui, mercredi 30 septembre, s’ouvre à Paris la semaine de la mode ou « Fashion Week ». Or, si celle-ci reste le rendez-vous inconditionnel des adeptes de la haute couture, elle pourrait toutefois prendre une tournure différente cette année. En effet, la fondation Brigitte Bardot marquera également l’événement afin de manifester contre le recours à la fourrure, encore largement ancré de nos jours. Ainsi, du 30 septembre au 7 octobre 2009, trois véhicules aux couleurs de la campagne et arborant des slogans tels que « Fourrure, signe extérieur de cruauté » défileront, elles aussi, symboliquement sur le parvis de la gare de Lyon.

Loin d’être de l’histoire ancienne, la fourrure a connu une recrudescence au cours des dernières années au sein de l’univers de la mode. D’après l’association de protection animale One Voice, 50 millions d’animaux seraient sacrifiés chaque année (hors lapins) pour l’industrie de la mode. En 2007, le chiffre d’affaires de l’industrie de la fourrure a atteint 15 milliards de dollars. L’Europe est loin de faire figure d’exemple, 70 % de la fourrure d’élevage mondiale y étant produits. Si certains animaux sont piégés et tués directement dans la nature, généralement illégalement, la filière d’élevage dédiée au commerce de la fourrure fait appel à des procédés guère plus reluisants. Outre des conditions de détention et d’abattage faisant peu de cas du bien-être animal, celle-ci fait fi d’un réel manque de transparence quant à la provenance, voire la race même, des animaux.

En illustre la saisie effectuée en France chez quatre fourreurs en septembre 2006, lors de laquelle fut découverte une vingtaine de sacs contenant des peaux d’animaux interdits de commercialisation tels que le loup, le lynx, le puma mais également le chat et le chien. Ce cas, non isolé, reflète la pratique de certains fourreurs qui consiste, par exemple, à vendre de la fourrure de chien sous l’appellation « Loup de Corée » ou « Dogue de Chine ».

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 septembre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
1 octobre 2009 - 0 h 00 min

Comme la chasse-loisir, l’utilisation de peaux de bêtes pour se vêtir est une relique de nécessités anciennes, persistance d’un lointain passé humain, mais qui ne sont plus aujourd’hui que des comportement aberrants et indéfendables, camouflés sous des alibis d’élégance, d’art, de sport, etc… et bien sûr sous-tendant une juteuse activité économique. A bas la fourrure et vive Brigitte Bardot!


lupus
1 octobre 2009 - 0 h 00 min

Vie d’un manteau de fourrure :
après avoir été retirée d’une pauvre bête qui aura vécu quelques mois maximum, la fourrure (charogne vestimentaire) restera accrochée 9 mois par an sur un cintre dans un placard réfrigéré (pour rester belle). La peau de cadavre ne sera finalement portée qu’assez peu et bien souvent vite oubliée car vite démodée. Les amateurs(trices) de ce type de fringues sont des brutes certes, mais avant tout des gogos qui engraissent un loby.
La bêtise, seule chose qui nous différencie vraiment de l’animal est une source sans fin.


Vladimir
3 octobre 2009 - 0 h 00 min

Vive One Voice, Fourrure torture, Anti fur coallition et bien d’autres, qui EUX AUSSI combattent la fourrure tout autant que BB. Il serait bon de ne pas l’oublier .



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
94

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS