Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Enfin l’interdiction de l’expérimentation animale pour les cosmétiques
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Enfin l’interdiction de l’expérimentation animale pour les cosmétiques

Le délai accordé à l’industrie cosmétique par l’Union Européenne est arrivé à échéance ce mercredi. Les tests de routine sur les animaux (1) ne devraient plus avoir cours, alternative ou pas.

Leader de l’industrie « beauté », couvrant plus de la moitié du marché mondial, l’Union Européenne a beaucoup fait traîner avant d’arriver à cette interdiction. Depuis 1976, l’UE est dotée d’une Directive Cosmétique assurant plus de sécurité dans la production. Ce texte fut amendé en 1993 pour abandonner progressivement les tests sur les animaux, mais ne fut pas appliqué faute d’alternative. Un nouvel amendement, en 2003, visait à renforcer la Directive et à interdire, cette fois strictement, l’utilisation de l’animal pour les produits finis. Cette version 2003 imposait également une date limite à laquelle aucun des ingrédients contenus dans les produits de beauté ne pourrait plus être testé sur des êtres vivants, que des alternatives aient été développées ou non. Voilà ce qui fût entériné, le 11 mars 2009.

Désormais, les sept contrôles obligatoires avant la mise sur le marché des produits ne seront plus réalisés sur les animaux. Finis donc les tests d’irritation de la peau ou des yeux ou de toxicité aiguë sur les souris, lapins et autres cobayes pour ces produits de luxe, finie également l’importation d’ingrédients qui auraient été testés sur les animaux hors de la juridiction de l’EU.

Mais la procédure n’est pas terminée, et une seconde interdiction attend son heure. En 2013 seront également bannis les tests de toxicité à long terme, par exemple les expositions à doses répétées afin d’évaluer les risques de cancer ou sur la reproduction humaine. Néanmoins, devant la pression des entreprises, cette date pourra, d’ici là, toujours être renégociée.

C’est bien souvent l’argument d’une absence d’alternative qui est mis en avant pour freiner les démarches. Pourtant, les Etats Européens participent activement au développement de nouvelles techniques de substitution. D’après la revue Nature, ils investissent chaque année près de 25 millions d’euros dans les recherches, exactement la même somme que l’industrie elle-même. Un comble pour le contribuable européen qui se retrouve à couvrir la moitié des dépenses en recherche développement au côté d’une multinationale comme l’Oréal qui annonce pour 2007 un chiffre d’affaire consolidé de 17 milliards d’euros.

Elisabeth Leciak
1- L’Union Européenne annonce officiellement qu’en 2005, 5 571 animaux ont été utilisés, dont la majorité en France. Mais ce chiffre ne représente très certainement pas la totalité, de nombreuses substances testées entrant effectivement dans la composition des cosmétiques en amont. Les services publics semblent franchement manquer d’une comptabilisation exhaustive de ce genre d’expérimentations.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 16 mars 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
léon
20 mars 2009 - 0 h 00 min

Mesdames et Messieurs les députés Européens

J’ai l’honneur par la présente,
à l’occasion de la révision de la directive 86/609 régissant l’expérimentation animale en Europe, de vous prier instamment

1 d’interdire la vivisection SUR TOUS LES MAMMIFÈRES, pratique barbare et indigne d’un être humain quelles qu’en soient les finalités. IL y a suffisamment de monstres et de monstruosités, ce n’est pas la peine d’en rajouter.

2 d’interdire l’importation d’animaux sauvages capturés dans leur milieu d’origine, qui, quelles qu’en soient les modalités débouchent sur des pratiques désastreuses.

3 de mettre en place dés à présent, et en partenariat avec les associations de protection animale, un calendrier visant à l’interdiction totale de l’expérimentation animale et son remplacement par les méthodes alternatives.

4 de voter un budget conséquent à cet effet.

5 de mettre en place un système d’évaluation TRANSPARENT des expériences soit disant non traumatisantes ayant cours dans les laboratoires, qui trop souvent , encouragent l’insensibilité et le sadisme de ceux qui les pratiquent.

Ce mail émane de quelqu’un qui SAIT qu’aucune action humaine n’est neutre, d’une part sur son environnement naturel, mais encore moins sur son psychisme; et il n’est pas question là de « sensiblerie » ni « d’anthropomorphisme ». L’humanité est telle que nous l’envisageons.
Pour ma part, et j’espère qu’il en est de même pour vous: je ne souhaite l’enfer ni pour moi ni pour mes congénères, ni pour ce qui peuple la TERRE;

Vous êtes nos représentants, (en tout cas de ceux qui votent et c’est mon cas,) aussi je souhaite que vous soyez aussi fermes que je le suis dans mon existence, (qui comme la votre n’a qu’un temps), et dans cette conviction que l’humanité ne peut se satisfaire d’en rester à une mentalité d’arriérés, qui croyant au « progrès » comme d’autres à la cartomancie, se contente de rester bête.

Avec tout le respect que je vous dois, et que j’espère, je pourrais encore vous devoir.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
73

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS