Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Election 2012 : l’environnement a déserté la campagne électorale
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Election 2012 : l’environnement a déserté la campagne électorale

Si l’environnement occupa une place prépondérante lors de l’élection présidentielle de 2007, force est de constater que, cinq ans plus tard, celui-ci est désormais aux abonnés absents. En 2007, à l’instar d’un demi million de personnes, la majorité des candidats à la présidentielle avaient signé le pacte écologique de Nicolas Hulot. Confiant, ce dernier avait, pourtant, exprimé une réserve quant à cet engouement pour la cause écologique, craignant que : « la campagne électorale (…) ne traite progressivement cet enjeu fondamental que de manière accessoire et non plus de manière essentielle, jusqu’à peut-être l’oublier complètement ».

Ces propos trouvent finalement écho dans la campagne électorale qui se joue aujourd’hui. Anecdotiques, les engagements en faveur de l’environnement font pâle figure, relégués en arrière-plan de la crise économique. Certes, cela fait un moment que l’environnement n’est plus au cœur des préoccupations des élus. Engagé par le président fraîchement élu, Nicolas Sarkozy, après sa victoire, le Grenelle de l’environnement et ses lois Grenelle I et II n’ont pas tenu leurs promesses. Hormis dans le domaine du bâtiment avec l’adoption de la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012), de nombreux chantiers sont restés vacants, tels que la taxe carbone, ou ont porté à controverse, à l’instar du bonus / malus automobile. Pour autant, l’absence d’engagements n’est guère plus rassurante.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
jdautz
19 avril 2012 - 0 h 00 min

De quoi ? on ne parle pas de l’hélicologiste qui s’est fourvoyé dans la fumisterie du « grenelle de l’environnement » ? Un peu de sérieux. C’est sûr que les médias ont de toute évidence des consignes de leur patrons pour qu’on ne parle pas d’écologie. Quoique vu la qualité des présentateurs, oops, des journalistes, ils se font enfumer même sans consigne.

Mélenchon a quand même un gros morceau dans son programme hein ?

Et aussi, les medias de notre beau pays « latin » a sacrément taillé des croupières à Eva Joly qui a tout les défauts : C’est une femme, elle a un accent, elle a des lunettes horribles et elle a un style calme et « familial » qui correspond aux pays nordiques, ne soulève pas les enthousiasme et n’est pas du tout adapté aux homo-erectus de notre faune politique. Grossière erreur de casting, c’est pas toujours le meilleur choix que de prendre une personnalité connue.

Dommage que Cécile Duflot n’ai pas été la candidate, elle présente et parle très bien, est intelligente et intéressante, elle aurait peut-être pu peut-être être un peu sur les traces de Mélenchon en soulevant un peu plus d’enthousiasme au moins chez les jeunes de moins de 40 ans. Je n’en finis pas de m’effarer de ce qu’est devenu la génération 68. On va rebaptiser ça la génération des 3 faisans : « Les bourgeois, c’est comme les cochons, plus ça devient vieux… ».


marseille42
19 avril 2012 - 0 h 00 min

Les deux candidats à la présidentielle cités réagissent très bien et ont des propositions intéressantes sur l’environnement, l’écologie, les métiers induits, etc. Mais étant donné qu’ils ne seront pas élus, c’est aux citoyens de s’emparer des problèmes environnementaux et d’exiger des solutions. Quant à 1968… ce ne fut jamais une révolution mais une contre-révolution. Les soicante-huitards ont vieilli. Ceux qui ont réussi se sont embourgeoisés (les bobos). Les autres pour avoir appartenu ou croire appartenir à la « classe moyenne » ont perdu tout sens de classe et forment les « anciens nouveaux pauvres ». Et quand la vie quotidienne est une lutte continuelle pour accéder aux droits les plus élémentaires -logement et nourriture correct, soins, éducation….- le souci de l’environnement devient très, très secondaire.


pervenchebio
20 avril 2012 - 0 h 00 min

Deux raisons qui ne poussent plus Nicolas Sarkozy à parler d’écologie:
1 – il pensait qu’étant le 1er Président à s’occuper en France d’écologie, sous l’impulsion de Nicolas Hulot, il aurait quelques remerciements de la part des écolos, alors qu’il n’a récolté que des moqueries et pas une seule voix écolo ne se porte sur lui. Il a enfin compris que les écologistes sont tout simplement un parti de gauche et ne changeront jamais. Ce en quoi il a tort car de plus en plus de personnes de droite et d’autres partis sont écologistes. Il manque seulement un leader qui pense comme Nicolas Hulot que « l’écologie n’est ni de droite, ni de gauche, mais au-dessus ».

2 – la crise économique met un frein à l’écologie, car les français ne sont pas prêts à faire passer l’environnement avant leurs petits privilèges.


emlo
22 avril 2012 - 0 h 00 min

Votez Front de Gauche pour voir enfin appliquer une planification écologique démocratique et populaire !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
33

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS