Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Désertion du ministère de l’écologie : plus qu’un poisson d’avril
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Désertion du ministère de l’écologie : plus qu’un poisson d’avril

Le 23 février dernier, Nathalie Kosciusko-Morizet démissionnait de sa fonction de ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement pour se consacrer à sa mission de porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, candidat sortant. Non remplacée, elle laisse vacant le ministère de l’écologie, laissant en suspens de nombreux dossiers sensibles, tels que les contaminations OGM et l’épineuse réforme du code minier. A l’approche du sommet onusien de RIO+20, attendu en juin prochain, cette désertion n’a, certes, rien de très engageant.


Pour illustrer ce paradoxe qui consiste à balayer les préoccupations environnementales pour se consacrer exclusivement aux discours électoraux et aux promesses d’un avenir meilleur, l’association Agir pour l’Environnement a réalisé un plagiat du site Internet du ministère de l’écologie (1). Dans l’esprit facétieux du poisson d’avril, elle y a posté un message informant que le ministère de l’écologie n’est plus en mesure « d’assurer la continuité de l’Etat en matière écologique ». Cette initiative a le mérite de dénoncer avec humour que, pour la première fois depuis la création de cette fonction en 1971, la France ne dispose plus d’un ministre de l’écologie en exercice, qui plus est sous un quinquennat qui avait débuté avec le Grenelle de l’Environnement.
Cécile Cassier

1- L’adresse fictive créée par l’association est la suivante : www.ministere-ecologie.fr

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
4 avril 2012 - 0 h 00 min

Désertion ou pas, on ne compte pas trop sur NKM pour défendre l’écologie.
Bon débarras donc !
Qu’elle continue donc à faire l’anguille devant les journalistes pour soutenir Sarkozy et sa politique pro-nucléaire.


rose
5 avril 2012 - 0 h 00 min

Cette « désertion » est incontestablement ce qu’elle a fait de mieux durant son mandat.


opaque
9 avril 2012 - 0 h 00 min

le ministère de l’écologie non appliquée communique:l’élection du président ne saurait souffrir de considérations à long terme, telles que l’avenir de notre présent.
présentemment, la question est de savoir quel imbécile est le mieux placé pour la position du visionnaire, et comme le disait l’imposteur des Français, l’écologie ça commence à bien faire… alors que sa connerie on en redemande.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
199

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS