Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Bonus-malus 2011 : entre baisse et réflexion
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Bonus-malus 2011 : entre baisse et réflexion

Depuis son introduction, dans la continuité du Grenelle de l’environnement, le bonus-malus écologique n’a cessé d’être de plus en plus restrictif, tant pour pousser les constructeurs à proposer des véhicules peu énergivores que pour limiter l’impact sur les comptes de l’Etat. Attribué, en janvier 2008 lors de son lancement, pour toute voiture émettant moins de 130g/km de CO2, tandis que le malus débutait à 161g/km, le bonus-malus qui devait être neutre pour les comptes de l’Etat, s’est en réalité avéré extrêmement coûteux : 214 millions d’euros en 2008, 528 millions en 2009 et vraisemblablement autant en 2010. En conséquence, les seuils 2011 ne font pas exception à la règle et sont à ce titre revus à la baisse :

- suppression du bonus de 100 € pour les véhicules émettant entre 110-120 g de CO2/km;

- passage de 500 € à 400 € du bonus pour la tranche de 90-110 g de CO2/km;

- passage de 1 000 € à 800 € du bonus pour la tranche de 60-90 g de CO2/km.

En outre, le bonus spécifique pour les véhicules GPL est supprimé, tandis que celui de 2 000 €, concernant les voitures hybrides (mêlant motorisation électrique et thermique pour la totalité de l’offre), voit son seuil d’attribution passé de 135 à moins de 110 g de CO2/km. Parallèlement, le super bonus (plus précisément conçu pour les voitures électriques), allant jusqu’à 5 000 € pour les véhicules émettant moins de 60g de CO2/km, demeure maintenu.

La baisse reste toutefois partielle, puisque seule l’attribution du bonus est concernée, le durcissement du malus étant annoncé pour 2012. Au 1er janvier 2012, le malus concernera ainsi tous les véhicules neufs émettant un minimum de 141 gCO2/km, soit un durcissement de 10gCO2/km du dispositif actuel, et sera surtout plus progressif. La tranche la plus élevée verra un malus de 2 600 € (à partir de 231gCO2/km au lieu de 241 gCO2/km aujourd’hui), 1 100 € de malus entre 181 et 190 gCO2/km, 500 € entre 151 et 155 gCO2/km et 200 € entre 141 et 150 gCO2/km.

Officiellement, le bonus-malus a rempli ses objectifs en incitant les acheteurs de véhicules neufs à choisir les modèles les plus sobres en CO2. La baisse de la moyenne d’émission des véhicules neufs, passée de 149 g CO2/km en 2007 à 131 en 2010 est il est vrai indéniable. Néanmoins, l’effet crise économique ainsi que la prime à la casse ont également fortement contribué à faire descendre d’une catégorie le marché automobile français avec le succès des véhicules de début de gamme, plus économiques à l’achat mais aussi à l’utilisation. Il est donc difficile d’adhérer au discours officiel, tenu en l’occurrence par la nouvelle ministre de l’écologie, Nathalie Kosciusko Morizet, qui veut que ‘En adhérent massivement à ce dispositif, les Français ont montré leur volonté d’agir concrètement et rapidement pour réduire les émissions.’ Il est plus vraisemblable qu’ils ont préserver leur pouvoir d’achat ou, tout simplement, pas pu faire autrement que d’acheter ce type de voitures, autrefois peu prisées. Faut-il s’en réjouir, ce n’est pas évident, d’autant que ces véhicules à bas-coût sont pour l’essentiel fabriqués à l’étranger, y compris ceux arborant le logo d’une marque française …

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
nourson
2 janvier 2011 - 0 h 00 min

Il serait peut-être temps de vous apercevoir que les particules fines des moteurs DIESEL tuent beaucoup plus rapidement et sûrement que le CO2, alors arrêtez de vous focaliser sur la politique de baisse des émissions de CO2 des voitures françaises. Le seul objectif des aides gouvernementales est, et restera de favoriser l’industrie automobile française qui a, contrairement aux autres pays Européens, tout misé sur ce type de moteurs. On appelle cela du « green washing », vous devriez connaître !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
24

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS