Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » Aïd-el-kébir, quand les autorités ferment les yeux…
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Aïd-el-kébir, quand les autorités ferment les yeux…

La plupart des musulmans du monde entier s’apprêtent à sacrifier un mouton à l’occasion de la fête de l’Aïd-el-kébir, le 21 janvier. Cette année, à l’inverse de l’année dernière, la fête musulmane a lieu en semaine et les abattoirs étant ouverts, les infractions à la législation devraient être moins importantes.

Néanmoins, si la réglementation impose que les animaux de consommation soient mis à mort dans des abattoirs, après étourdissement, une dérogation est accordée aux abattages rituels qui sont exemptés d’étourdissement préalable. Bien que très permissive, cette dérogation est chaque année bafouée dans plusieurs départements, des préfets et des maires autorisant des sites en toute illégalité. Dès lors, pratiqué sans étourdissement préalable, dans des conditions sanitaires déplorables, l’égorgement des animaux se fait en pleine conscience.

Cette permissivité de certains Etats est d’autant plus étonnante que rien dans le droit musulman n’impose un non-étourdissement de l’animal avant son sacrifice. Ceci est dû au fait que l’étourdissement est un procédé tardif, lié à l’évolution des mœurs. A l’instar de la communauté musulmane de Grande-Bretagne, l’étourdissement est donc pratiqué et bien accepté dans quelques trop rares pays.

A la décharge des autorités, la situation n’est pas des plus faciles à gérer. Ainsi, hier, le secrétaire général de la préfecture des Alpes-Maritimes a reconnu être dans une situation difficile avec un seul abattoir, dont les capacités sont de 500 à 700 bêtes, alors que la demande est de plusieurs milliers.

Précédant l’Aïd-el-kébir, en Algérie, chaque année, des combats de béliers sont organisés une quinzaine de jours avant la fête religieuse et alimentent d’importants paris. Initialement ‘ludiques’, ces joutes sans lien avec la religion, ont vite été l’objet de paris, si bien que les jeunes béliers les plus combatifs ne sont plus systématiquement sacrifiés et peuvent espérer vivre 3 à 4 années supplémentaires. Durant cette période, ils sont l’objet de toutes les attentions de leur propriétaire qui espère, la saison suivante, un retour sur investissement appréciable.

Si les autorités ferment les yeux, cette activité est de plus en plus décriée, les combats violents se terminant souvent dans le sang et même par la mort d’un des animaux…

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Izz-Good
22 septembre 2014 - 12 h 05 min

Cruauté institutionnalisée envers les animaux.

« Les troupeaux devaient attirer notre attention, puisqu’ils forment un des principaux éléments de la richesse publique en Algérie. Le pays qui avait donné à l’Espagne la belle race des moutons-mérinos ne livrait plus au commerce que des laines courtes, pleines de jardes, de sables et d’épines. Cette laine ne pouvait être employée par les filateurs et ne servait qu’à des usages domestiques. La première amélioration a consisté à substituer les cisailles à la faucille pour la tonte. Le procédé dont se servaient les indigènes martyrisait les malheureux animaux et dépréciait la laine. Avec les cisailles, l’opération est plus régulière elle marche plus vite elle sauve la vie à un grand nombre de jeunes bêtes qui succombaient aux blessures faites par la faucille. »

(Georges Voisin, “L’Algérie pour les Algériens”, chapitre III ; Éd. Michel Lévy frères, Paris, 1861, p. 110.)



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
239

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS