Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Société - lois - politique » 203 millions d’hectares de terres spoliés aux petits paysans
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






203 millions d’hectares de terres spoliés aux petits paysans

A des fins agricoles, d’exploitation minière ou pétrolière, pour la production d’agrocarburants ou l’aménagement d’infrastructures (barrages etc.), l’accaparement de terres, au détriment des communautés paysannes qui en dépendent, sévit partout dans le monde. Selon les ONG, au moins 203 millions d’hectares de terres, soit près de quatre fois la taille de la France métropolitaine, seraient concernés par ce phénomène. En février 2011, plus de 900 associations ont signé l’Appel de Dakar contre l’accaparement de terres pour aider ces communautés isolées, généralement sans recours juridique. Le 17 avril 2012, à l’occasion de la Journée internationale des luttes paysannes (1), de nombreuses actions seront menées partout dans le monde pour dénoncer ces pratiques.

En France comme ailleurs, les militants défendent un meilleur encadrement juridique des activités des entreprises ainsi qu’un renforcement des droits fonciers des communautés. Une première étape en ce sens se jouera en mai prochain avec l’adoption et la mise en œuvre des « Directives Volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers des terres, pêches et forêts ». Elles résultent de négociations tenues en mars dernier, à Rome, dans le cadre du Comité sur la Sécurité Alimentaire mondiale (CSA).

Cécile Cassier
1- Le 17 avril commémore le massacre de 19 paysans qui se battaient pour défendre leur accès à la terre et leurs droits au Brésil en 1996. Cette année, à cette date, les associations françaises signataires cet accord se sont regroupées en un Collectif citoyen français (AGTER, les Amis de la Terre, CCFD-Terre solidaire, la Confédération Paysanne, Fédération Artisans du Monde, Oxfam France, Peuples Solidaires/ActionAid France, Secours Catholique, Sherpa, SOLIDARITE, Survie, Terre des Hommes France).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
philou
19 avril 2012 - 0 h 00 min

150000 ha de maïs à destination des agrocarburants dans le Gers et les landes en 2010, subventionnés à 550€ l’hectare …. (de mémoire, lettre au CG des landes des amis de la terre) elle est pas belle la vie?
Là aussi, de gros agriculteurs, bien sûr …. peut on encore parler de paysans?


marseille42
19 avril 2012 - 0 h 00 min

C’est l’ensemble des agrocarburants qu’il faut boycotter, qu’ils émanent du palmier à huile, du maïs ou de toute autre plante. Il y a d’autres carburants pour avancer: de nos muscles -marche, vélo- à l’électricité solaire ou éolienne pour les moteurs. Est-ce si difficile de lancer un boycott international? A quoi servent les grandes ONG environnementales?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
38

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS