Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » RT 2012 : une qualité de vie qui interroge avec l’expérience…
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :




RT 2012 : une qualité de vie qui interroge avec l’expérience…

RT 2012 et ventilation

La RT 2012 (Réglementation Thermique 2012) n’a pas que des avantages. Si, d’un point de vue climatique et économique, elle constitue une indéniable avancée pour les usagers qui en bénéficient, le confort, l’aspect sanitaire et la qualité de vie offerts interrogent nombre de ses bénéficiaires.

Trois points posent plus particulièrement problème :

- l’aspect sanitaire, avec des habitations étanches où l’air est insuffisamment renouvelé ;

- le sentiment d’enfermement (limitation des périodes d’ouverture des fenêtres, protection solaire en été, phénomène de dépression, impression de manque d’air, etc.)

- dernier point, le côté culturel, avec l’obligation de repenser son rapport à l’habitation.

Le premier de ces points vient d’être dénoncé par l’Institut pour la conception écoresponsable du bâtiment (Iceb), avec une incompatibilité des exigences entre la RT 2012 et les taux de renouvellement d’air. Selon l’institut, ces taux ventilation devraient être deux fois supérieurs, voire trois fois pour les crèches et écoles (actuellement le renouvellement d’air est fixé à 15 m3.heure par personne). En effet, comme le rappelle l’Iceb, le taux de renouvellement d’air intérieur influence la transmission des maladies contagieuses aéroportées. Plus le débit est inférieur à 27 m3.heure/personne, plus le danger de contagion augmente. En revanche, au-delà de ce seuil, le risque diminue progressivement jusqu’à 70 m3.h/personne. Mais à 45 m3.h, pour l’Iceb, on est déjà quasiment sûr de dépasser les exigences énergétiques de la RT 2012, ce qui impose de repenser en partie l’enveloppe et la ventilation pour rester conforme à la réglementation thermique.

Le sentiment d’enfermement et de mal-être est plus sournois. Reposant sur une enveloppe étanche, une construction RT 2012 ne tiendra son niveau de consommation d’énergie annuel qu’en limitant les ouvertures de fenêtres et, dans une moindre mesure, en bloquant les rayons solaires estivaux (sous peine du recours à une climatisation). Or, par cette non ouverture, non seulement les habitants séquestrent l’air pollué intérieur, mais ils se coupent aussi psychologiquement du monde extérieur (sentiment d’enfermement). De même, les équipements consommateurs d’oxygène, notamment les foyers de chauffage au bois, sans un apport d’air extérieur spécifiquement conçu, vont puiser dans le capital « air » de l’habitation au détriment des occupants (dépression, manque d’air).

Enfin, une habitation conforme à la RT 2012 impose de repenser un minimum le rapport à l’habitat, pour bénéficier de l’intégralité des économies promises. Son enveloppe étanche impose de limiter les échanges avec l’extérieur, faute de quoi sa coûteuse ventilation double flux fonctionnera pour rien, une climatisation sera nécessaire en été…

En conclusion, s’il n’est pas ici question de remettre en cause le bien-fondé de la RT 2012, reconnaissons qu’au regard des retours d’expériences, elle mérite une évolution de sa réglementation en termes de ventilation et une plus grande franchise quant à la réalité de son usage ou, à défaut, de son niveau de consommation énergétique.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 mai 2014 à 08:42

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Passonsauxsolutions
21 mai 2014 - 16 h 45 min

Les normes française de renouvellement de l’air sont les plus élevé d’Europe. Le standard minenergie suisse est bien moindre. C’est surtout les colles des meubles scandinaves qui posent problème pas l.étanchéité ( bien relative avec la vmc ). Quant au poêles, il devrait avoir leur entrées d’air mais gare au refroidissement de leurs foyers et la perte de la double combustion qui entraînerait elle une pollution conséquente.


Jicé60
21 mai 2014 - 17 h 48 min

L’arrivée d’air à la VMC via un puits canadien permettrait de bien ventiler tout en en limitant la baisse de température intérieur, non ?


DESCHAMPS Christine
21 mai 2014 - 17 h 55 min

La RT 2012 n’impose pas une VMC double flux, mais au minimum une simple flux hygroréglable. De la même façon, il n’est pas « interdit » d’ouvrir ses fenêtres afin de renouveler l’air ambiant. J’habite dans une maison BBC depuis plus de 3 ans et n’ai aucun problème de ce côté-là.
Quant au poêle à bois, il consomme effectivement de l’oxygène qu’il suffit de lui apporter avec un puits canadien par exemple si son entrée d’air n’est pas directement connectée à l’extérieur. Le puits canadien sert aussi à rafraîchir en été.
Sans doute mes remarques ne sont valides que pour des maisons auto-construites car je me doute bien que les promoteurs fabriquent des logements au standard minimum et ne tiennent pas compte des mauvaises habitudes de leurs occupants: un logement qui n’est jamais aéré par exemple ne sera plus sain s’il est BBC!


blandine vue
21 mai 2014 - 22 h 50 min

On peut aussi réapprendre à vivre avec des températures moins élevées, mettre de gros pulls, ne chauffer que moins longtemps dans l’année et uniquement les pièces de vie, ce qui permet de vivre plus fenêtres et portes ouvertes. Les scandinaves avaient le nomadisme saisonnier : réfugier le maximum d’activités dans la pièce chauffée en plein hiver!
Le puits canadien a ses avantages et ses inconvénients : il ne laisse pas passer le chant des oiseaux, mais les émissions du PVC du tube, certainement, l’alternative de l’argile permet à l’air, les cas échéant, de se charger de radon… Et ça ne règle pas la sensation de claustrophobie!

J’habite dans la région la plus froide de France, une maison ancienne aux murs épais, bien exposée, isolée sur les chambres, et entre le rez de chaussée et l’étage, sans double vitrage, avec des fenêtres et une porte datant de 1936, à trois personnes, pour 120 m2, avec un poêle double combustion, on n’utilise que quelques stères de bois par hiver. Chambres non chauffées, on peut se permettre le luxe de dormir fenêtres ouvertes une grande partie de l’année!
L »écologie de l’habitat devient une course à la technologie, alors qu’elle devrait être un retour à la simplicité et au bon sens de nos ancêtres!
Mais c’est plus facile de bourrer les maisons de gadgets que de repenser la manière d’habiter! Et plus rentable pour les marchands!


Henry
21 mai 2014 - 22 h 59 min

Il faut également penser aux maisons anciennes qui ont une âme caractérisée par des murs épais en granit et des pierres apparentes à l’interieur:va-t-on devoir recouvrir ces beautés témoins de l’histoire de l’habitat de nos régions pour un pseudo gain écologique alors que l’on ne dépense pas tellement en énergie car on se contente de 18 degrés dans la pièce commune et les chambres ne sont guère chauffées mais on vit avec de gros pulls .


Narayana
22 mai 2014 - 7 h 56 min

Je suis d’accord avec Blandine mais dans une maison ancienne construite traditionnellement avec des pierres et de la chaux, on peut vivre confortablement avec un chauffage réduit dans les chambres sans dépenser des cents et des milles, avec un simple vitrage si les fenêtres ne sont pas immenses et une isolation chaux/chanvre plaquée sur les murs recouverts ensuite d’un bel enduit à la chaux naturelle ou à la terre pour un confort maxi. Un retour à un peu plus de simplicité dans les habitats, en limitant l’orgie de matériaux technologiques qu’il faudra un jour gérer et recycler (difficile quand les matériaux sont composites) serait, à mon avis, bien plus logique que cette course en avant vers des solutions coûteuses et compliquées.
Les centenaires d’aujourd’hui ont vécu dans ces maisons et sont certainement plus solides que nos ados d’aujourd’hui !


iolofato
22 mai 2014 - 8 h 06 min

Poêle de masse et poêle à bois, une isolation correcte faite soi-même à base de laine de bois, pas de vmc mais des fenêtres qui s’ouvrent, on se couvre un peu plus en hiver. Rien d’incroyable à vrai dire. Les solutions officielles proposées sont destinées à faire tourner l’économie, coûte que coûte, le vrai durable n’est pas intéressant.


forlane
22 mai 2014 - 9 h 18 min

je pense que Blandine et Iolafato ont raison … repenser sa manière de vivre et mettre des gros pulls l’hiver et accepté d’avoir un peu chaud l’été … on emmagasine de la chaleur pour l’hiver … nous aussi on dort fenêtre ouvertes à 850 m d’altitude hiver comme été , pas de double flux , et tout ouvert l’été … de belles avancées de tout qui empêche le soleil de rentrer dans la maison l’été … et bien sûr une très bonne isolation partout …
et non à la course aux gadgets comme dit Blandine


justin
22 mai 2014 - 9 h 22 min

on peut se demander pourquoi l’omerta a fonctionné depuis le début sur l’objectif d’étanchéité. Même sans avis officiel, cet objectif a été dès le départ anti-sanitaire voire absurde pour les maisons individuelles. Double flux, persiennes, chasse aux ponts thermiques, excellente isolation, çà marche très bien sans étanchéité. Mais il fallait faire courir après la maison passive « productrice » d’énergie, indispensable quand le pétrole aurait disparu. Producteur d’énergie rien qu’en respirant! Et cette course là ne peut être gagnée qu’avec l’étanchéité. Cà rappelle la décision anti-développement durable de ne pas développer et donc de ne pas promouvoir la voiture « à 2 litres au 100km ». Pas assez de marge a dit PSA.


Pascale
22 mai 2014 - 9 h 56 min

c’est à se demander si toutes ces normes ne sont pas faites en partie pour certaines grosses entreprises de production de matériaux !! Les normes c’est bien beau, mais avant de les mettre sur le marché, il faudrait que ceux qui les conçoivent vivent un an sous ces fameuses normes ! Ils reverraient sans doute leurs objectifs.
Ce n’est pas tant de normes dont nous avons besoin mais d’éducation au respect de l’environnement et tout ce qui va avec, non ?


Bioclim
22 mai 2014 - 19 h 14 min

J’habite une maison (200m2) depuis janvier 2013.
Je dors la fenetre ouverte.
Je profite de mon jardin et passe la double flux en simple flux en avril (je réside en Bretagne)
Vous allez me dire: et la facture d’électricité? 2000 kw les 12 premiers mois
N’écoutez pas les théoriciens: vivez simplement.


Compagnon Damien
23 mai 2014 - 14 h 17 min

J’en pense qu’il faut être extrêmement réservé vis à vis des conclusions que voudrait tirer cet article.. Il se veut à la fois généraliste, simpliste, démagogue et pourtant essaie de “dénoncer” en partant d’idées reçues..

Il ne faut pas mélanger exigence réglementaire et bonne conception. Un bâtiment peut être RT2012 et être invivable. Tout comme le meilleur bâtiment du monde peut ne pas être “homologué” RT2012.

Premièrement :

- l’aspect sanitaire, avec des habitations étanches où l’air est insuffisamment renouvelé ;
→ FAUX! RT2012 = ventilation mécanique OBLIGATOIRE. Un bâtiment étanche à l’air est un bâtiment ou l’on cherche à contrôler le renouvellement d’air, afin qu’il soit minimum pour l’hygiène et la qualité de vie, mais maximum pour limiter les consommations. Ici on mélange tout ..

Une ventilation mal posée ou mal dimensionnée, avec un réseau non étanche sera strictement inefficace, et le bâtiment serait conforme sur le papier.

L’arrêté de 88 relatif aux débits de ventilation impose des débits minimaux compatibles avec une bonne qualité de l’air. L’iceb les remet en cause pour les tertiaires, alors qu’en tertiaire en RT2012 il est désormais impossible de rester en ventilation simple flux. La “couteuse” double flux est devenue obligatoire. Et c’est très bien, on peut enfin faire circuler les bons débits, dans exploser les consommations. reste l’épineux problème de la maintenance et du nettoyage des réseaux/filtres/caissons que personne ne veut prendre en charge pour une question de budget. La santé de nos enfant ne vaut pas plus qu’un contrat de 1000€ par ans pour une administration… Les machines vendues en France pour l’habitat individuel sont toutes compatibles avec cet arrêté. La mise en œuvre par contre commence seulement à rendre le résultat final compatible avec l’exigence, et ce à cause de l’ombre qui plane sur les pro de bientôt avoir l’obligation de mesurer les fuites des réseaux aérauliques de tous les bâtiments neufs.. C’est déjà le cas pour ce qui est des labels Effinergie adossés à la RT2012.

Un bâtiment qui n’est pas étanche provoque l’apparition de désordre dans les murs. Les champignons et les bactéries qui s’y développent ont en plus la possibilité de se propager dans l’air ambiant si le mur n’est pas étanche à l’air, car le courant d’air suffit à les déloger.

Un bâtiment étanche et suffisamment ventilé est le seul gage de pérennité possible pour la structure, et la santé des habitants. De plus la RT2012 n’impose pas l’achat de meubles chez Ikea, qui eux sont une vraie source de polluants pour l’air intérieur..

- le sentiment d’enfermement (limitation des périodes d’ouverture des fenêtres, protection solaire en été, phénomène de dépression, impression de manque d’air, etc.)
J’aimerai bien voir ces études….

En RT2012 on oblige un rapport de 1/6 de surface vitrée, c’est une nouveauté, très peu de constructeurs la respectaient avant ça, et encore aujourd’hui un projet sur deux doit revoir sa copie à la suite de notre premier calcul…

On ne limite pas du tout l’ouverture des fenêtres, ou contraire.. ce n’est même pas pris en compte dans le calcul. A chacun de voir sa facture à la fin de l’année, et d’en déduire le temps optimal pour allier confort et économies..

Les protections solaires d’été avaient été pointées en BBC, ou les apports solaires étaient mal pris en compte, dans les maison à ossature bois. Bien souvent les maisons se trouvaient obligée de climatiser, alors qu’une vrai protection aurait suffi à éviter les surchauffes aux heures de pointe.. La RT2012 prend un peu mieux en compte ce problème et l’inertie des bâtiments, mais la encore il reste d’immenses progrès à faire. C’est un problème de conception, du ressort du constructeur, architecte, et bureau d’étude. A chacun de faire son travail et prendre ses responsabilités. La réglementation n’a rien à voir la dedans, à part le fait qu’elle n’impose rien qui puisse faire changer les mentalités sur la question de la climatisation… Un bâtiment climatisé à un droit à consommer très important en réalité..

Le phénomène de dépression et de manque d’air : la encore c’est le rôle du concepteur de concevoir un bâtiment pour des êtres humains, c’est pas à la réglementation et au gouvernement d’apprendre aux gens comment faire leur travail..

- dernier point, le côté culturel, avec l’obligation de repenser son rapport à l’habitation.

Alors la c’est l’apothéose. Des arguments sans queue ni tête, et qui peuvent être réfutés par tout ce qui est ici au dessus.


bernard
25 mai 2014 - 9 h 43 min

si il faut « repenser un minimum le rapport à l’habitat ». pour la notion de qualité de l’air qui semble être un des paramètres d’insalubrité dans nos nouvelles « cocotte minute » Il faut aussi peut être « repenser un minimum le rapport à l’ameublement ».
l’ameublement est lui aussi entré dans la surconsommation.
On achète à tout va, des meubles « montables /démontable  » bourrés de COV qui détériore l’air de nos pièces à vivre (les chambres de nos enfants ?).
Un conseil qui vient du bon sens de nos aïeux : Ouvrez vos fenêtres 10 minutes par jours ( quel que soit le temps extérieur)et quelque soit votre système de ventilation.
Et pensez à nettoyer les filtres de vos VMC régulièrement.
La maintenance du lieu de vie devrait être transcrite dans un livret spécifique et donnée au propriétaire ou locataire de nos habitats nouveaux.


Mael
31 mai 2014 - 16 h 25 min

Bonjour, Maël ingénieur en thermique sur Rennes.

Un petit calcul simple pour ceux qui disent n’importe quoi sur le fait que l’ouverture des fenêtre est mieux qu’une VMC.

Prenons une maison de 100m² avec 2.2m sous plafond soit 220 m3. Si vous ouvrez les fenêtres 1 fois par jour et que en 10 minute vous renouvelez toutes l’air des pièces (ce qui vous descendrait la température au niveau de la température extérieure, quand il fait 0°C j’attends de voir) vous aurez ventilé votre maison à 220 m3/jour.

Avec une VMC AUTO-réglable, pour 100m² vous aurez en général 2 chambre et 1 salon soit 2 entrée d’air de 15 m3/h et une de 30 m3/h ce qui donne un total de 60 m3/h x 24 h ce la nous donne 1440 m3/jour !!!!

D’autres questions ?

Alors oui, il ne faut pas s’interdire d’ouvrir les fenêtres, mais cela n’est en AUCUN CAS mieux qu’une ventilation mécanique.

Par contre, une ventilation HYGRO-réglable réduit sont débit en fonction de l’humidité intérieure, et en général, fonctionne à 1/4 de son débit maxi plus de 90% du temps, donc on aura environ un débit de ~470 m3/jour. CELA EST INSUFFISANT et contrairement à ce que tout le monde dit, le ventilation HYGRO réglable type A et surtout type B est un MAUVAIS choix vis à vis de la qualité d’air de nos maisons.


Duguesclin
1 juin 2014 - 9 h 50 min

Trop de confinement ? Pas un bon plan, plein de bonnes questions …
Car la maintenance, qui la fait (faire), concrètement ?
En neuf, devoir faire mesurer ses fuites aérauliques, c’est pas de l’attrape pognon/couillon ?
Et simple ou double flux, quel retraité grimpe dans ses combles avec l’échelle par la trappe… lorsque ça ne marche plus depuis plus de 20 ans…


Joel
1 juin 2014 - 10 h 51 min

Mon constat c’est que une fois de plus les constructeurs de maisons ont trouvé comment détourné le principe de la loi en s’appuyant sur les régles imposées. Exemple quand la VMC double flux est contournée….Quand des solutions simples tel que : quand on ouvre les fenêtres parce qu’il fait doux et ensolleillé on arrête la VMC double flux. Quand a la notion d’enfermement ça c’est gonflé et a d’autres causes que la maison…Nos ancêtres avait de très petites fenêtres pour limiter les déperditions ou encore fermaient volets et fenêtres lors des fortes chaleurs… La sensation de se sentir enfermé est de mon point de vue l’incapacité à communiquer avec ses voisins et de préférer l’enfermement proposé par la télé même avec des émissions sur la nature…actuellement j’écris tout en entendant les oiseaux qui chantent dehors ma fenêtre est ouverte, ma VMC est fermée et aucun chien des voisins ne gueule…le paradis, je vous assure.


bernard
3 juin 2014 - 10 h 38 min

Bonjour
Je n’ai jamais dit que l’ouverture des fenêtres remplaçait la VMC.
c’est leur mauvais entretien qui est souvent la cause de l’insalubrité de notre air ambiant
Ayant vécu tés agréablement dans une maison a ventilation naturelle durant toute mon enfance et mon adolescence, l’ouverture des fenêtres était un fait régulier ,et ma santé ne s’en est jamais trouvée altérée.
Il n’en est pas de même actuellement pour mes enfants et mes petits enfants qui vivent dans des pavillons aseptisés et qui sont sujets à toutes sortes d’allergie (respiratoires et cutanées).
Il est indéniable qu’avec nos nouvelles maisons très hermétiques , la gestion de l’air et de son renouvellement deviennent des paramètres essentiels tant au point de vue économique que sanitaire.
Il faut que les professionnels liés à ces nouveaux concepts soient beaucoup plus pédagogues et moins obtus et assis sur leurs chiffres


scott
14 juin 2014 - 16 h 01 min

 »Vivre avec des températures moins élevées, mettre de gros pulls, ne chauffer que les pièces de vie… » : tout dépend de la maison ! c’est supportable si la maison est saine. Si ce n’est pas le cas, le manque de chauffage ne fera qu’augmenter le taux d’humidité, la sensation de froid et les moisissures.

Quant aux centenaires qui ont vécu dans les vieilles maisons d’autrefois, demandez-leur si c’était si confortable…
J’ai eu l’occasion de discuter avec pas mal d’anciens qui habitaient dans des fermes et pas un seul ne regrettait ces conditions de vie (une seule pièce pour toute la famille, très sombre, pas de lumière naturelle, le sol en terre battue, les murs noircis par la fumée de la cheminée… sans oublier les rhumatismes).

Je pense qu’aujourd’hui, on idéalise beaucoup la vie  »comme dans le temps, à la campagne ». Interrogez des mamies de 80 ans, elles qui lavaient le linge dans la mare et qui, l’hiver, devaient briser la glace pour puiser de l’eau dans le puits, elles n’ont jamais été aussi heureuses que le jour où elles ont emménagé dans une maison tout confort équipée d’une machine à laver !

Elles n’ont aucune nostalgie d’un autrefois qui n’avait rien d’idyllique…


pleinchamps
17 juin 2014 - 20 h 15 min

à noter que Cécile Duflot a rendu obligatoire la norme RT2012 pour les nouvelles constructions enfin au moins celles concernées par la loi duflot (cf : http://www.la-loiduflot.org ), après est ce un progrès ou pas ? en tous cas ça augmente le coût de la construction ça c’est sûr !


bernard 39
29 décembre 2014 - 12 h 15 min

la RT 2012 est un engagement du grenelle de l’environnement, elle est définie par l’arrêté du 26 octobre 2010, madame Duflot n’y est pour rien.
le chauffage avec un poêle à bois bûches n’est qu’un chauffage d’appoint, dont la part est très limitée dans la RT 2012.
la RT 2012 impose une étanchéité à l’air minimum, un poêle à bois non raccordé directement à l’air extérieur ne fonctionne pas; raccordé à l’air extérieur il n’a aucune incidence sur la qualité de l’air.
la VMC double flux maintien une Qualité de l’Air Intérieur (QAI) correcte, elle n’empêche personne d’ouvrir les fenêtres, mais laissez la VMC en fonctionnement position 1 pour éviter la condensation dans les conduits.
l’échangeur géothermie à eau glycolée est aussi efficace que le puits canadien à air, sans en présenter les inconvénients: mauvaise QAI due aux points bas avec condensation si contre-pente, radon si canalisation enterrées non étanches.
ne vous fier pas aux rendements supérieurs à 90 % annoncés, les tests sont réalisés en laboratoires. en Suisse les tests sur sites donnent des rendements de l’ordre de 40 % pour les moins bons et de 70 % pour les meilleurs.
Pour une VMC double flux de qualité, concevoir le logement de façon judicieuse avec un local technique implanté à proximité de la cuisine et des sanitaires pour limiter la longueur des conduits.les conduits de section circulaire seront posés dans le volume chauffé ou isolés en volume non chauffé et devront permettre le passage d’un furet pour le nettoyage. bien entendu toute VMC double flux devra être adossée à un contrat d’entretien.


Catherine
30 décembre 2014 - 17 h 37 min

http://www.univers-nature.com est très utile . Il ya toujours la totalité de la idéal info dans les idées de mes doigts . Merci et continuez votre excellent travail !


TechMédiaBat
18 janvier 2016 - 0 h 44 min

Bonjour,

Je suis « sur le terrain » tous les jours et je peux vous dire que cet article est très réaliste. L’objectif de 50Kw/m²/an est impossible à obtenir et que nombres de plaintes pour impropriété à destination se multiplient et que très vite il va falloir revoir les normes actuelles sinon le gouvernement va se retrouver avec des milliers de plaintes. D’autre part les problèmes de ventilation provisoire en cours de construction montrent chaque jour leur inefficacité. Ces normes ont été établies sans aucune concertation avec les professionnels du bâtiment et c’est fort dommage, des problèmes auraient été évités.


jacques
26 mars 2016 - 23 h 24 min

ON fait des maisons étanches, pour que tout le renouvellement d’air passe par les aérations en haut des fenêtres. Mais lorsque la VMC se met en grande vitesse, la taille des ouvertures étant limitée, l »air passe violamment, car plus rapidement, et c’est très inconfortable de sentir le courant d’air. Je trouve que les entrées d’air, c’est extrêmement simpliste et qu’il faudrait améliorer pour ne pas sentir l’air froid.

Quant aux VMC DF, c’est très encombrant, il faut avoir la place, et aussi il faut amener l’air au moyen de tuyaux dans les pièces dites sèches.


jacques
26 mars 2016 - 23 h 26 min

ON fait des maisons étanches, pour que tout le renouvellement d’air passe par les aérations en haut des fenêtres. Mais lorsque la VMC se met en grande vitesse, la taille des ouvertures étant limitée, l »air passe violamment, car plus rapidement, et c’est très inconfortable de sentir le courant d’air. Je trouve que les entrées d’air, c’est extrêmement simpliste et qu’il faudrait améliorer pour ne pas sentir l’air froid.

Qui plus est les gens continuent d’étendre le linge dans les pièces habitables, et lorsqu’il y a des enfants, ce sont des machines en continu tous les jours, et les gens ne veulent pas que de l’air entre alors qu’ils saturent l’air d’humidité….

Quant aux VMC DF, c’est très encombrant, il faut avoir la place, et aussi il faut amener l’air au moyen de tuyaux dans les pièces dites sèches.


jacques
19 mai 2016 - 22 h 30 min

En ce qui concerne l’inconfort que l’on peut ressentir près des fenêtres comportant une aération j’ai trouvé un tutoriel qui peut permettre d’améliorer la situation.

L’air entrera moins violamment et le débit s’adapte aux besoins de la VMC. Il doit aussi gagner quelques degrés en se mélangeant avec l’air ambiant. En plus, les poussières et pollens restent sur le filtre.
https://www.youtube.com/watch?v=OgZqOi-6RmI



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
5878

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS