Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution urbaine : la ville de Paris et la RATP se mobilisent
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :






Pollution urbaine : la ville de Paris et la RATP se mobilisent

paris-ratp

Pour la deuxième fois cette année, Paris a connu un nouvel épisode de pollution aux particules, de plusieurs jours consécutifs à la fin du mois de septembre dernier.  Des rejets toxiques dangereux pour la santé des riverains. Circulation alternée, péages poids lourds, développement des taxis verts, électrification des bus… La mairie de Paris ainsi que la RATP engagent de plus en plus de mesures afin de tenter d’endiguer cette pollution.

Jeudi 25 septembre dernier, la préfecture de police de Paris déclenchait une « procédure d’alerte ». En cause : un pic de pollution aux particules. Celui-ci aura duré du 23 au 26 septembre, soit quatre jours consécutifs, et sera finalement resté limité à 50 microgrammes de particules PM 10 par m3 d’air. Une concentration insuffisante pour mettre en branle les mesures antipollution du Gouvernement, bien que dangereuse. C’est la deuxième fois cette année que la région parisienne connaît une période de pollution de plusieurs jours consécutifs. En mars dernier, la capitale a en effet connu un épisode particulièrement alarmant de pollution aux particules, présentes à plus de 80 microgrammes par m3 d’air. Le seuil d’alerte a largement été dépassé et des mesures ont été prises avec un seul et même objectif : limiter le trafic routier.

Selon le rapport d’avril 2013 du Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique (Citepa), les secteurs les plus polluants en France sont la transformation d’énergie par l’industrie (31 %) et la combustion de bois pour chauffer les habitations (30 %), le trafic routier n’arrivant qu’en 4e position (15 %). Une situation qui diffère cependant lorsqu’on se focalise sur une agglomération. Ce même rapport a en effet également montré qu’en Île-de-France, que l’on soit proche du périphérique ou bien des axes majeurs de circulation, 51 % des particules fines que nous respirons proviennent du trafic routier. Une pollution qui concerne tout de même 2,5 millions de Franciliens et contre laquelle la maire de Paris développe plusieurs outils, certains plus efficaces que d’autres.

La Mairie de Paris limitée par la législation

Depuis la loi sur l’eau de 1996, il est par exemple possible pour la mairie de Paris d’interdire, en cas de pics de pollution à l’ozone, la circulation dans un sens donné, ceci pour une période de temps limitée. C’est la circulation alternée. Celle-ci n’a cependant été appliquée que deux fois depuis sa création : le 1er octobre 1997 et le 17 mars 2014. Si elle montre des résultats probants sur le taux de particules fines dans l’air selon Airparif, l’agence de surveillance de la qualité de l’air dans la région parisienne, elle montre rapidement des limites dues à la bureaucratie qui l’entoure. Pour l’appliquer, la mairie de Paris doit en effet attendre l’autorisation du Gouvernement, assez frileux en la matière. En mars, l’État a finalement accepté de la mettre en place après dix jours de pollution sévère et a refusé de réitérer l’expérience en septembre dernier.

Limitée dans ses actions d’urgence, la ville de Paris développe depuis quelques semaines un « plan d’envergure » afin d’améliorer la qualité de l’air au quotidien et pourquoi pas, prévenir les pics de pollution au lieu de les guérir. Parmi les mesures phares de ce plan, il y en a une qui fait couler beaucoup d’encre : la mise en place d’un « péage de transit poids lourds » sur le périphérique. Le but : « dissuader les poids lourds de traverser l’agglomération », précise Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris. Un dispositif qui n’est pas sans rappeler la fameuse écotaxe tant décriée en Bretagne et qui a du mal à convaincre aujourd’hui. Repoussé « aux premiers mois de 2015 », certains se demandent même s’il verra le jour. L’exécutif parisien n’en reste cependant pas là et souhaite également instaurer à l’horizon 2015 une voie réservée aux taxis et aux bus sur l’A6 et l’A1. Une mesure d’autant plus intéressante que ces derniers évoluent eux-aussi dans un esprit de mobilité durable.

Depuis plusieurs années, les chauffeurs de taxi sont en effet incités par la ville de Paris à se tourner vers des voitures hybrides, classiques ou rechargeables afin de limiter leur impact sur l’environnement parisien. Depuis 2009, chaque chauffeur de taxi se procurant une voiture hybride émettant moins de 120 g/km de CO2 reçoit une subvention de la mairie. Un dispositif d’aide dont 431 chauffeurs ont bénéficié et qui s’intensifie aujourd’hui. Depuis le 1er octobre, la ville a en effet mis en place un nouveau programme d’aides financières, plus exigeant, mais également plus généreux. Le véhicule acheté ne doit pas émettre plus de 61g/km de CO2 et les subventions attribuées peuvent atteindre 7 000 euros.

Le réseau de bus tout électrique de Pierre Mongin : la RATP est ambitieuse

Du côté des bus, le pic de pollution de mars dernier a également généré une prise de conscience. Alors que les conducteurs parisiens étaient incités à prendre davantage les transports en commun, Pierre Mongin, PDG de la RATP, a déclaré souhaiter « qu’à l’horizon 2025, l’ensemble du parc de bus soit électrique ». Une annonce si enthousiasmante qu’elle en paraitrait presque démagogique. Il a cependant ajouté que « ce n’est pas une simple promesse en l’air. Comme l’ont montré les débats de la campagne électorale, renforcée par l’épisode de pollution aux particules fines que nous avons vécu (…), il existe aujourd’hui une forte demande pour une solution de transport neutre en CO2 ».

Une promesse qui apparaît faisable alors qu’une filiale de la RATP, la RATP Dev, a déjà converti les bus du réseau urbain de Londres aux technologies hybrides. Si le prix de l’électrification d’un réseau de 4500 bus semble élevé à première vue,  il suffit en réalité d’associer les entreprises de transport avec les constructeurs, notamment par le biais d’appels d’offres. Afin d’éviter le rétropédalage, la RATP a également décidé de ne plus acheter de bus 100 % gazole et s’intéresse au Gaz naturel pour véhicules (GNV) qui émet neuf fois moins de particules que le diesel.

A l’heure de l’examen par le Sénat du projet de loi sur la transition énergétique de Ségolène Royal, des changements de comportement et d’habitudes semblent d’ores et déjà impulsés. Et si l’on est encore loin de la perfection, se fixer un idéal est déjà une première étape, qui aura mis bien longtemps à arriver.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Paul (voir la biographie)
le 08 octobre 2014 à 10:33

23 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2014
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
907

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS