Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Taxe Carbone, oui mais comment ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Taxe Carbone, oui mais comment ?

Mis sur le devant de la scène lors de la campagne des élections présidentielles de 2007 par le Pacte écologique de Nicolas Hulot et des associations écologistes, le principe de la taxe carbone est en bonne voie pour rejoindre les innombrables outils de la fiscalité française.

Sur ce sujet, le flou avait été de mise lors du Grenelle de l’environnement, et le gouvernement a réellement mis en route le processus fin 2008.

Aujourd’hui, cette taxe carbone, apparaît plus particulièrement sous l’appellation de Contribution Climat-Energie (CCE) ; le terme « contribution » étant, sans aucun doute, moins négatif que le mot « taxe ». Les six mois d’étude, commandés par le Gouvernement, ont abouti, début juillet, à la publication d’un livre blanc définissant les grandes lignes de la CCE et exposant une série d’interrogations à lever avant sa mise en place.

Sur le fond, la CCE vise exclusivement à taxer les émissions de CO2, soit uniquement à travers les consommations directes des énergies fossiles (gaz, pétrole et charbon), soit aussi à travers les émissions engendrées par la fabrication des produits et leur transport. Si la taxation de l’énergie consommée est très simple à mettre en place, la taxation des volumes de CO2 émis lors des processus de production et de transport des produits est bien plus complexe. Elle nécessite en effet d’analyser, pour chaque produit, son cycle complet de fabrication et de mise sur le marché. Ainsi un même type de produit devrait avoir plusieurs taux de taxe, selon par qui et comment il est fabriqué, ainsi que selon son lieu de fabrication. Cela pourrait aussi aboutir à des situations paradoxales, où des produits tels batteries pour véhicules hybrides et électriques, panneaux solaires photovoltaïques seraient, d’un côté, lourdement taxés pour les importantes émissions de CO2 liées à leur fabrication et, d’un autre côté, bénéficieraient de subventions pour les faibles émissions liées à leur utilisation.

A la question, qui des entreprises ou des particuliers doivent être assujettis à la contribution ? La réponse est assez claire : les deux (seules les entreprises déjà soumises au système européen de quotas de CO2 ne devraient pas être concernées).

Sur le plan de l’utilisation des fonds récoltés par la CCE, le gouvernement a toujours indiqué que cela ne devait pas être un nouvel impôt et que la totalité des montants collectés devait être redistribuée aux Français. Si cette notion de redistribution fait consensus, les modalités restent à définir : envoi d’un chèque à l’ensemble des foyers fiscaux, baisse de charges pour les entreprises… Ce qui semble certain, c’est que l’équité sera très difficile à réaliser, et faire la différence entre la consommation fossile de loisir et celle de nécessité semble illusoire.

Concernant les montants de la taxe, ils devraient être relativement faibles lors de la mise en place, puis être relevés chaque année. Une base de 35 euros la tonne de CO2 conduirait à une contribution de 8 à 9 centimes sur le litre de carburant à la pompe. Quant à la date de démarrage de cette contribution, on s’oriente vers 2010 ou 2011.

Après ces travaux et ce livre blanc, le gouvernement et le Président de la République devraient donner leurs arbitrages dans les prochaines semaines, avant la transmission des textes de loi aux parlementaires.

Michel Sage

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 13 juillet 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
robo47
15 juillet 2009 - 0 h 00 min

Le problème d’une taxe sur l’énergie consommée, c’est que l’on va encore taxer ceux que la spéculation immobilière dans les grandes villes a chassés dans une périphérie toujours plus lointaine et surtout très mal desservie autrement que par la route. Il va falloir faire de très très gros efforts sur les transports en commun.


musico
15 juillet 2009 - 0 h 00 min

Il s’agit encore de ramasser du pognon tout en faisant croire qu’on lute contre la pollution. Quand on a les moyens de payer on à donc le droit de polluer ?! C’est du cynisme pur.
Mais vous ne voyez pas qu’on se fout de nous ?!


Airelle
16 juillet 2009 - 0 h 00 min

Facile de créer encore et encore de nouvelles taxes !!! C’est toujours en direction des mêmes !!! Et pendant ce temps on dilapide l’argent public en manifestations grandioses, tel le 14 Juillet, combien a-t-il coûté en euros et en carburant, avec ces défilés d’engins terrestres et aériens ( plus les répétitions!!! ) Combien de voyages officiels ou pas de notre Président et du gouvernement !!! et la pollution dans tout cela ??? c’est à la France d’en-bas d’en faire les frais ????



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
47

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS