Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Réglementer les prospectus « pare-brise » dans Paris
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Réglementer les prospectus « pare-brise » dans Paris

Selon un récent communiqué de la Mairie de Paris, François Dagnaud, adjoint au maire chargé de la propreté, a suggéré aux députés et sénateurs de Paris de modifier le Code de l’environnement afin de lutter contre les distributions sauvages de prospectus sur les pare-brise des voitures. Depuis 2008, on assiste, en effet, à une recrudescence de ce type de flyers dans la capitale. Parfois collés par la pluie ou jonchant les trottoirs, ils finissent leur courte vie dans les caniveaux. Or, cette pollution non contrôlée représente une charge de travail supplémentaire pour les agents municipaux de la capitale.

Concrètement, François Dagnaud s’en remet à l’interdiction de l’affichage sauvage (1) et appelle à inclure au sein de cette mesure les publicités glissées sous les essuie-glaces. Si tel devait être le cas, les annonceurs seraient alors verbalisés et mis en demeure de payer les frais de nettoyage. Pour l’adjoint au maire chargé de la propreté, il est nécessaire de combler un vide juridique, la « publicité pare-brise » n’étant soumise à aucune réglementation à l’heure actuelle. Il est à espérer que, si cette réclamation venait à être satisfaite, elle donnerait l’exemple à d’autres villes françaises.

Cécile Cassier
1- La dite loi interdit l’affichage sur les arbres, le mobilier urbain et les immeubles privés sans autorisation écrite du propriétaire et autorise l’enlèvement immédiat des affiches sauvages, sans mise en demeure préalable du responsable. On parle alors d’enlèvement d’office.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 mars 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
dany
31 mars 2011 - 0 h 00 min

Qu’elle bonne idée .Et c’est à espérer qu’elle soit appliquer dans d’autres grandes villes .Venez voir sur notre French rivièra !! Il y a plus de prospectus dans les caniveaux que d’ordures, et Dieu sait si ces dernières sont abondantes vu l’incivilité de plus en plus croissante de la population.


vigie 53
1 avril 2011 - 0 h 00 min

Je m’étonne que personne ne parle des coûts de la pubicité payés sous de multiples formes par les acheteurs de base de produits. Succintement: si l’on part de la matière première,puis des routages, de l’industrie papetière,des agences de publicité,de l’industrie chimique,des circuits de distribution de cette publicité, des actionnaires financiers de tous ces secteurs, on s’apperçoit que l’environnement et ce client de base sont mis à contribution pour un bilan négatif sur la santé publique ,le porte-monnaie et le cadre de vie



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
137

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS