Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Refus d’étendre la zone d’évacuation : quand le Japon sacrifie une partie de sa population
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Refus d’étendre la zone d’évacuation : quand le Japon sacrifie une partie de sa population

Si jusqu’alors les constats d’une radioactivité justifiant une extension du périmètre évacuation, autour de la centrale nucléaire de Fukushima, n’émanaient pour l’essentiel que d’organismes dits ‘alternatifs’, hier l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) a fait de même.

Suite à une nouvelle campagne de mesures de radiations dans des zones non évacuées, l’AIEA a constaté des niveaux de radiations importants à 40 km au nord-ouest de la centrale. Selon le chef du département de sûreté et sécurité nucléaire de l’AIEA, Denis Flory, ‘Les premiers résultats indiquent que l’une des valeurs limites justifiant une évacuation, selon les recommandations de l’AIEA, a été dépassée dans le village de Litate’. En précision, Elena Buglova, la directrice du centre d’urgence et d’incident de l’organisme, précise qu’il avait en effet été mesuré 2 mégabecquerels par mètre carré à Litate, soit un ratio deux fois supérieur au niveau à partir duquel l’agence recommande l’évacuation…


Malgré cette demande, émanant pourtant d’un organisme que l’on ne peut pas accuser de parti pris, le gouvernement japonais a aujourd’hui exclu d’élargir actuellement la zone d’évacuation d’un rayon de 20 km. Le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, a même poussé l’horreur à déclarer ‘Je ne pense pas que ce soit quelque chose de nature à exiger une telle action’, tandis qu’un responsable de l’officielle agence japonaise de sûreté nucléaire ajoutait que les résidents ‘peuvent être sereins’.

A noter que face à ces déclarations et à l’absence d’extension du périmètre d’évacuation, le gouvernement recommande néanmoins aux habitants vivant dans la zone comprise entre 20 et 30 kilomètres de quitter la région, une distance à comparer aux 40 km du rayon d’évacuation de l’AIEA.

Paradoxalement, alors que ce discours était tenu, l’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco), annonçait que de l’iode radioactif avait été découvert dans une nappe phréatique située à 15 mètres sous la centrale et qu’une concentration en iode radioactif 4 385 fois supérieure à la norme légale avait été relevée à 300 m des côtes, deux événements qui constituent des premières depuis le 12 mars dernier.

Alors que le risque sanitaire est impensable en somme de tragédies pour les individus exposés aux gaz, poussières, eau et denrées radioactives, mais aussi pour leurs enfants et les enfants de leurs enfants, on ne peut qu’être effaré devant le cynisme et le total manque de transparence des autorités japonaises. Aussi, face à cela, saluons l’initiative du site Internet Cryptome (1) qui publie dix photographies aériennes, prises entre le 20 et le 24 mars, attestant visuellement de l’état des installations nucléaires de la centrale de Fukushima (cf. photo ci-dessus). Un état proche du chaos, où la présence de frêles camions citernes, conduits par des ‘condamnés à mort’, démontre la dérision d’une industrie nucléaire qui se disait infaillible en croyant prévoir l’imprévisible.

Pascal Farcy
Photo © Air Photo Service Co. Ltd., source Cryptome.org

1- Cryptome est un peu l’ancêtre de WikiLeaks, en proposant des milliers de documents sensibles ou censurés par divers gouvernements depuis 1996. Les dix photographies aériennes publiées sont visibles ici.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 31 mars 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
diego
2 avril 2011 - 0 h 00 min

Un article qui fait hélas plaisir à lire.
Merci de dire tout haut ce que les gouvernements n’ont pas le courage de dénoncer. Alors que le Japon est en train d’assassiner à petits feux des centaines de milliers de ses habitants dans l’indifférence des « grands » de ce monde, sarko et ses copains s’en vont guerroiller en Lybie pour des modifs que l’on peine à comprendre.


diego
2 avril 2011 - 0 h 00 min

Surtout ne manquer pas les 9 autres photos de cryptome qui sont en lien, elles sont très révélatrices du mensonge dans lequel on nous tient.


rose
2 avril 2011 - 0 h 00 min

Je croyais qu’il n’y avait pas plus corrompus que nos dirigeants, je découvre que nos amis japonais n’ont rien à nous envier.
Ainsi donc on est prêts, sans états d’âme, à sacrifier des millions de personnes et plusieurs générations de Japonais au lobby nucléaire, à l’action Tepco et Areva, n’est-ce pas ce qu’on peut appeler un génocide.
On a véritablement l’impression de vivre dans des sociétés nihilistes ou satanistes, c’est terriblement désespérant, et on se sent parfaitement impuissants. Comment aider ces millions de Japonais, condamnés ?
N’est-ce pas doublement monstrueux d’imposer cela à un peuple qui a déjà vécu l’horreur absolue, avec Nagasaki et Hiroshima. Et quelles excuses pouvons-nous nous trouver, alors que nous reproduisons Tchernobyl, en pis, quelques années plus tard, comme si on ne savait pas, comme si c’était reproductible, un cauchemar pareil.
Vraiment, j’ai honte de faire partie de l’espèce dite « humaine », et j’ai honte des déclarations de notre président qui a encore le cynisme d’aller faire des discours obscènes à un peuple que lui et ses pairs sont en train d’assassiner.


marseille42
3 avril 2011 - 0 h 00 min

Quand je me souviens de l’horreur suscité par la manière dont l’ex-URSS a procédé face à la catastrophe de Tchernobyl, la comparaison avec le Japon est en sa faveur, sauf en ce qui concerne les liquidateurs. Ce qui n’honore guère le Pays du soleil levant. Mais il est vrai qu’en France, alors que les pays limitrophes distribuaient de l’iode et mettaient en garde les populations, la PAF était parvenu à arrêter les nuages! Et qu’il y a eu une majorité de sots pour y croire. Alors qu’on ne compte plus les incidents liés aux établissements nucléaires français, on continue à nous affirmer que nous ne risquons rien. Cet article est très bon mais combien a-t-il de lecteurs? Pourquoi les gouvernements dénonceraient-ils le choix du gouvernement japonais alors qu’ils feraient sans doute de même dans des circonstances semblables? Face au pouvoir financier, la vie humaine n’a aucun poids.


humanité
3 avril 2011 - 0 h 00 min

Pour faire connaître les articles qui me plaisent, je copie l’url et je la mets sur mon facebook. c’est un des moyens. Merci encore à univers-nature pour les infos.


rose
3 avril 2011 - 0 h 00 min

Je viens de lire que Tepco recrute des liquidateurs, à qui il propose un salaire MAXIMAL de 3500 € (!) pour colmater la fissure du fameux puits qui déverse son liquide radioactif à 1000 mSv/h…
Au moins on connaît maintenant le prix d’une vie humaine.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
63

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS