Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Quand respirer devient risqué
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Quand respirer devient risqué

Reconnus par la loi de 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie, les effets sanitaires de la pollution atmosphérique font, depuis lors, l’objet d’une surveillance obligatoire. En ce sens, l’Institut de Veille Sanitaire initia en 1997 un Programme de surveillance air et santé (Psas) dans neuf villes françaises (1) avec pour objectif d’identifier et d’évaluer les risques sanitaires liés à l’exposition à la pollution atmosphérique urbaine.

Menée en ce sens, une étude parue en 2002 révéla l’existence d’une association entre les taux de mortalité et certains indicateurs de pollution mesurés en France à la fin des années 1990. Furent pris en compte le dioxyde d’azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2), l’ozone (O3) ainsi que les fumées noires.

Mais, face à l’évolution constante de la composition chimique de la pollution atmosphérique, cette étude fut reconduite à des fins de réactualisation. Communiquée début février, la nouvelle enquête se détache des précédentes par la prise en compte d’indicateurs supplémentaires de pollution atmosphérique, incluant notamment les nouveaux indicateurs de pollution particulaire (PM10), relevés entre 2000 et 2004. Les résultats obtenus sont la synthèse de deux rapports, publiés successivement en 2007 et 2008, traitant des liens à court terme entre, d’un côté, les niveaux de NO2, de O3 et de PM10 et, de l’autre, la mortalité et les admissions hospitalières enregistrées pour causes cardiovasculaires et respiratoires.

Edifiantes, les conclusions attestent d’une « association significative » entre les risques de mortalité toutes causes non accidentelles au sein de la population générale et l’ensemble des indicateurs de pollution étudiés. Ainsi, pour une augmentation de 10 μg/m3 de chacun des indicateurs, l’augmentation des risques serait respectivement de 1,4 % concernant les PM10, de 1,3 % pour le NO2 et 0,9 % pour le O3.

En matière de mortalité cardiovasculaire et cardiaque, « l’augmentation du risque de décès associée à une augmentation des PM10 et du NO2 est jusqu’à deux fois plus élevée que pour la mortalité toutes causes », notamment chez les personnes de 65 ans et plus.

Rejoignant ces données, on a également établi un lien significatif entre les variations du nombre journalier d’hospitalisations pour causes cardiovasculaires et les niveaux de PM10 et de NO2. Cela se vérifie plus spécifiquement sur la frange de la population âgée de 65 ans et plus.

Cas à part, bien qu’aucune interaction n’ait été mise en évidence entre les hospitalisations dues à des troubles cardiovasculaires et les niveaux d’ozone, ceux-ci semblent, en revanche, influer significativement sur le risque d’admission hospitalière due à des causes respiratoires chez les personnes de 65 ans et plus.

Inhérente à toute étude de ce genre, la multiplicité des facteurs entrant en jeu impose de relativiser ces liens de cause à effet. De fait, des variables telles que la température peuvent, dans certains cas, interagir dans les effets sanitaires observés, notamment lorsqu’il s’agit de l’impact exercé par l’ozone. Mais, si l’ampleur du phénomène prête à débat, la réalité de la nocivité d’un air pollué sur la santé humaine, elle, ne fait plus de doute.

Cécile Cassier
1- Bordeaux, Rouen, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Strasbourg, Toulouse.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
dieselstop
8 février 2009 - 0 h 00 min

Les pouvoirs publics continuent a encourager l’achat de véhicules Diesel, BRAVO.Enfin, il serai temps de dire la vérité sur le scandale du diesel. Honte à ceux qui encouragent les pauvres Français ignorants et obsédés par le prix du carburant, pensant faire de grosses économies alors que c’est précisément l’inverse qui se produit,frais d’entretien plus élevés,plus cher à l’achat, moins fiable désormais (usine à gaz).Le pompon,la prime à la pollution toujours encouragé par notre gouvernement,qui n’en loupe pas une,le gaz-oïl qui revient plus cher à fabriquer que l’essence et pourtant vendu au rabais,on subventionne les déficits(ce n’est pas nouveau) Roulez moins vite: Pics de pollution à l’ozone, à cause du soleil? Dites donc la vérité, vous les médias aux ordres,non à cause de cette SALETÉ de DIESEL!!!! Je suis révolté depuis fort longtemps par tous ces diesels de Me….Que fait la police?


phigoudi
9 février 2009 - 0 h 00 min

Monsieur Dieselstop se trompe de combat. Le diesel est-il pire que l’essence ? Il produit moins de co² mais plus de particules ; il est nettement moins cher et permet de faire plus de km avec le même plein ; alors,adoptez vous aussi le filtre à particules (bien qu’il ne soit pas parfait). C’est plus cher à produire ? Pourtant, c’est moins raffiné, non ? Moi, je trouve que c’est bien supérieur à l’essence quoique que vous en pensiez, monsieur Dieselstop : beaucoup moins cher au km, consomme bien moins, pas du tout d’entretien,je réfute tous vos arguments.
Par contre, là où je vous suis : remplacer ces carburants par de l’électrique, rouler moins vite, rouler moins, couper le moteur à l’arrêt, ne pas accélérer. Redécouvrez la conduire en roue libre : c’est fou le nombre de km qu’on peut faire ainsi.


thylacine
9 février 2009 - 0 h 00 min

Je dirais, surtout pour dieselstop, que tous les jugements à l’emporte-pièce sont risqués… et à tous les deux, que le problème majeur n’est pas « diesel ou essence », mais réduire l’utilisation de tout carburant. C’est vrai, si nos concitoyens roulaient à l’économie, en se servant de leur cerveau pour se remettre en question, on économiserait, combien? 10%? 20%? Ce sera bien insuffisant à terme, non?… Il faudra aller beaucoup plus loin…


dieselstop
10 février 2009 - 0 h 00 min

Ce que je dénonce, c’est l’encouragement à faire rouler au diesel en faisant croire qu’il est moins polluant et en le subventionnant de surcroit par les pouvoirs publics, et il semble bien qu’ils y parviennent très bien…Je suis pénalisé parce que je refuse de céder à la facilité et cela m’agace particulièrement.Les asthmatiques et autres insuffisants respiratoires vous remercient. Je maintien que le diesel est pire que l’essence ne vous en déplaise! C’est tout, vous pouvez FUMER.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
19

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS