Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Les décharges de pneus…bientot oubliées ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les décharges de pneus…bientot oubliées ?

Chaque année, ce sont pas moins de 40 millions de pneus qui arrivent en fin de vie en France, pour un poids de 300 000 tonnes. Oui, ça fait beaucoup, nous sommes bien d’accord. Quel est le devenir de ces pneus ? Grâce à une éco-contribution de 1,35€ payée par le fabricant, ils sont orientés vers des filières de recyclage dédiées où se présentent 2 options.

Première option : les pneus sont brûlés et fournissent de la chaleur pour alimenter les cimenteries, en remplacement du charbon et du gaz traditionnellement utilisés. Deuxième option : ils sont réduits en granulats. Ils serviront alors à fabriquer des murs anti-bruit, des roulettes de caddies ou des revêtements pour les pistes d’athlétisme ou les aires de jeux pour enfants. Seulement, si en 2012, le législateur semble avoir fait le nécessaire pour assurer une deuxième vie aux pneus usagés, il n’en n’a pas toujours été de même.

Dans la France d’hier, les pneus qui n’étaient pas valorisés finissaient leur vie en plein air. Cela partait soit d’une mauvaise intention volontaire (‘Tiens, on n’a qu’à mettre tous les pneus ici, personne ne le saura’), ou de déboires de sociétés de recyclage forcées de mettre la clé sous la porte et d’abandonner sur place leurs stocks de pneus. En 2003, l’association Robin des Toits et l’ADEME ont lancé conjointement une opération de recensement de ces décharges de pneus et en ont dénombré pas moins de 114 en France métropolitaine, pour un total d’environ 240 000 tonnes de pneus. Si les décharges en tant que telles ne présentent que peu de danger à court terme, elles peuvent devenir problématiques avec les eaux stagnantes qui s’y accumulent, véritables nids à moustiques, un insecte potentiellement vecteur de graves maladies. Mais le risque majeur, c’est l’incendie. Dans ce cas, les fumées et autres émanations polluent durablement l’environnement immédiat, les nappes phréatiques, et met même en danger la santé des habitants alentours.

Depuis 2008, l’association Recyvalor, constituée de professionnels du pneu, se charge de résorber le stock de pneumatiques usagés. Depuis quatre ans, 31 000 tonnes ont ainsi été valorisées dans les filières citées plus haut. Si une décharge sauvage existe près de chez vous, renseignez-vous pour savoir si elle a déjà été recensée par l’ADEME.

Et si vous avez des pneus usagés, par pitié, ne les jetez pas dans le premier fossé venu.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
bussereau
6 janvier 2013 - 0 h 00 min

Autrefois, les pneus étaient recyclés sous forme de « caoutchouc régénéré » réintégré dans de nouvelles fabrication à base de caoutchouc.

Il semble donc que là également, nous avons marché à l’envers…


patrick25
6 janvier 2013 - 0 h 00 min

Même si bonne intentions il y a, tout ceci n’est qu’un demi leurre !
En effet nos vieux pneus peuvent être utilisés en tant qu’isolants ou autres confections d’articles.
mais la moitié du parc qui auparavant faisait désordre dans nos campagnes, part aujourd’hui en fumée, tous bénéfices pour les cimenteries déjà grosses polluantes des nappes phréatiques.
Quelle aubaine pour ces dernières de ne plus payer cher pétrole ou charbon sans ce soucier de la pollution atmosphérique encore plus accentué avec les pneumatiques. Business oblige, on voudrait nous faire gober que cela évite la prolifération des moustiques, il y en a marre de prendre les gens pour des cons ! On va bientôt nous dire qu’il faut supprimer toutes les mares en les remplissant de déchets toxiques pour contrer le moustique tigre ! Nous n’avons déjà pas assez de ces grévistes qui crament des pneus, nous avons maintenant les cimenterie qui polluent légalement sous couvert du ministère de l’écologie ! C’est une honte de brûler ce genre de polluants.
Collectif REC.
Politique, social, santé, éducation, religion, 600 pages pour vous prouver que tout est possible, pour le prix d’un paquet de cigarettes.
Les solutions grâce à la lecture sur Amazon des 40 premières pages gratuites :

http://www.amazon.fr/T%C3%AAtes-%C3%A0-flaques-ebook/dp/B00A5ZVJIC/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1353528529&sr=8-1


cuicui
17 janvier 2013 - 0 h 00 min

Ne pourrait-on pas les utiliser pour stopper l’érosion marine à certains endroits.Les pneus dans la mer se couvrent d’algues et deviennent invisibles, ils servent de refuge aux poissons, sont imputrescibles et resistants aux assauts des vagues.Leur forme devrait permettre de les assembler facilement ,solidement et économiquement.N’y a -t-il vraiment rien à en tirer de cette façon.


Christian
16 mars 2013 - 18 h 33 min

l’éco participation est payée par l’acheteur de pneus neufs!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
201

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS