Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Le démantèlement des navires pèche pour cause de crise mondiale
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le démantèlement des navires pèche pour cause de crise mondiale

Si la crise mondiale qui sévit actuellement a de lourdes retombées pour les secteurs financier et économique, d’autres domaines, moins évidents, ne sont guère plus épargnés. Tel est le cas des activités de démantèlement des navires. Si l’on se fie au rapport rendu par l’association Robin des Bois, les envois de bateaux destinés à la démolition en direction des chantiers asiatiques se seraient en effet fortement accrus au cours du dernier trimestre 2008. Loin d’être le fruit du hasard, la concentration des principaux grands sites de démantèlement en Asie s’explique tant par les vastes espaces qui y sont disponibles que par les faibles exigences revendiquées en matière de respect de l’environnement. Aussi n’est-il nullement surprenant que les détenteurs de navires devenus trop chers à l’usage et à l’entretien soient redirigés vers ces chantiers peu regardants.



Un navire en attente de démolition sur un vaste chantier indien


Or, sur la totalité des navires partis à la démolition sur la période observée, 54 % des navires étaient la propriété d’armateurs soit de l’Union européenne, soit de l’Association Européenne de Libre Echange (AELE). Et, alors que les risques encourus, d’une part, par la main d’œuvre et, d’autre part, par l’environnement sont avérés, il semble qu’aucune démarche de décontamination préalable des navires jugés obsolètes n’ait été entreprise. Pourtant, selon Robin des Bois, 65 % des navires partis à la casse pendant le dernier trimestre 2008 ont été retenus à quai dans des ports répartis dans le monde entier pour cause de défaillances techniques. Témoignant d’un relâchement quant aux travaux de maintenance accordés à ces navires, ces avaries sont une fois encore symptomatiques d’un contexte international en crise.

Pour nuancer ce sombre tableau et clore, malgré tout, sur une touche positive, Robin des Bois évoque quatre cas faisant exception à cette tendance générale. Ainsi, les matériaux polluants du Serepca 1, ancien pétrolier appartenant à Total, seront extraits, puis reconduits en Europe pour être traités. Pareillement, dans les chantiers de Bassens en Gironde (France) ainsi que sur une plate-forme située à Concarneau, une vingtaine de bateaux de pêche a pu être démantelée et la plupart des matériaux recyclés. Autre progrès à noter, aux Etats-Unis, 25 navires de la flotte de réserve ont été démantelés à même le territoire, l’Etat semblant se détourner peu à peu du recours à la technique de l’immersion.

Pour ne retenir que la plus célèbre, l’affaire du Clemenceau augure, elle aussi, d’un soin croissant porté aux navires arrivés en fin de vie. Attestant d’un souci réel de transparence, le chantier accueillant le renommé bâtiment sera ouvert, au cours de trois visites, aux associations intéressées. Mais, ces bonnes intentions doivent être tenues pour pouvoir déboucher sur un accord ayant autorité à légiférer à l’échelle mondiale. Un projet de convention internationale est, d’ailleurs, déjà en cours de discussion. Orchestré par l’OMI (Organisation Maritime Internationale), il devrait être défini courant mai 2009, avant d’entrer en vigueur à l’horizon 2015 (1).

Cécile Cassier

1- A lire sur ce thème, l’article « Responsabiliser le démantèlement des navires : un enjeu international », dans le magazine Echo Nature n°23 (janvier / février 2009).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 04 février 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
394

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS