Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Le bruit causé par l’exploitation du gaz et du pétrole nuit aux oiseaux
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  2. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire
  5. Un tout nouvel anti-âge signé Nu Skin


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le bruit causé par l’exploitation du gaz et du pétrole nuit aux oiseaux

Avec le réchauffement climatique, les énergies fossiles sont dans la ligne de mire des écologistes. Mais au cas où la démonstration de leurs impacts sur l’environnement n’aurait pas encore convaincu tout le monde, une équipe de scientifiques canadiens vient de mettre en évidence que la pollution sonore générée par l’exploitation du pétrole et du gaz a un impact important sur les oiseaux.

Le bruit des activités humaines, entre autres autoroutes, aéroports, ou zones urbaines, représente une nuisance importante pour la faune sauvage. Les animaux se déplacent, évitant les espaces bruyants, pour y revenir parfois dans les moments plus calmes. L’industrie des énergies fossiles génère, pour sa part, un bruit intense en continu, et on parle alors de pollution sonore chronique. Les compresseurs, qui maintiennent les flux de gaz ou de pétrole dans les pipelines, sont actifs 24h/24, 365 jours par an, avec une puissance sonore allant de 75 à 105 décibels (sur l’échelle sonore, 100 dB correspond au bruit d’un marteau piqueur dans la rue). L’effet peut se faire ressentir jusqu’à 700 mètres alentour.

Une étude scientifique, menée en Alberta, une région boréale qui connaît un fort développement des industries de l’énergie, a comparé les densités d’oiseaux dans les zones affectées avec celles des zones plus silencieuses. Une différence de 20 à 50 % a été constatée, avec des effectifs de plus en plus réduits à mesure que l’on s’approche des compresseurs. Des observations de même grandeur avaient été réalisées en France dans le cas des routes. Mais ici, les collisions avec les véhicules étaient aussi une cause de raréfaction. Dans le cas d’Alberta, le bruit est le seul facteur explicatif.

L’information acoustique est très importante pour les oiseaux, et elle est fondamentale pour la reproduction. Lorsque les mâles se trouvent à proximité du bruit des compresseurs, ils sont beaucoup moins à même de se faire entendre pour attirer les femelles. Dans le même ordre d’idées, la survie des jeunes repose également sur la communication, et dans un environnement bruyant, les parents ne peuvent plus percevoir les cris d’appel ou d’alerte aux prédateurs, ce qui réduit considérablement le taux de réussite des couvées. Le chant des oiseaux a également une fonction de défense passive du territoire. Avec la pollution sonore, les individus se repèrent moins facilement et le manque de « visibilité » acoustique des territoires augmente les risques de rencontre et d’affrontement, et provoque un stress important. Une fécondité plus réduite, un facteur stress plus important, la pollution sonore a des impacts parfois sous-estimés sur les populations oiseaux.

En conséquence, sur la région étudiée, à la perte d’habitat liée à l’exploitation (coupe rase de près de 10 000 ha de forêts, correspondant à la disparition d’environ 27 000 passereaux) si l’on ajoute les 300 mètres d’influence autour de chacun des 5 000 compresseurs de la zone, c’est plus de 85 000 oiseaux qui ont disparu, démultipliant l’impact premier de l’industrie du gaz et du pétrole.

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 05 novembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS