Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » La France va dépolluer «la baie poubelle» de Dakar
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La France va dépolluer «la baie poubelle» de Dakar

Au Sénégal, il y a 25 ans, la baie de Hann était considérée comme une des plus belles plages d’Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, elle est un des plus désolants sinistres écologiques de notre époque, véritable dépotoir nauséabond, où rejets industriels et effluents domestiques sont déversés sans aucun traitement. Ce lundi, l’Agence française de développement (AFD) et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont signé une convention de prêt à hauteur de 50 millions d’euros pour aider le Sénégal à dépolluer la baie. Il était temps.

Rougeâtre, verdâtre, noirâtre, on ne sait plus vraiment comment définir la couleur de l’eau qui miroite le long des dizaines de kilomètres de la baie de Hann. « Baie poubelle », « rio merdos », les surnoms dont les Sénégalais affublent le site n’en finissent pas de dénoncer, non sans un certain humour, une situation totalement inacceptable. 55 000 personnes vivent dans la baie et sont exposées depuis des années à des concentrations en polluants largement au-dessus des normes admises. Arsenic, acide phosphorique, ammoniac, hydrocarbures, sang des abattoirs, matières fécales, déchets hospitaliers, bactéries en tout genre, la liste des ingrédients est vertigineuse. Deux sources de pollution en sont responsables. Vient en premier, un des plus grands complexes industriels du Sénégal, qui rejette tous ses effluents dans la baie. Ce complexe regroupe, d’après l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), 71 unités industrielles, et, d’après la presse locale, 259 unités, tous secteurs confondus. S’y ajoutent ensuite les eaux usées domestiques qui s’écoulent directement sans aucun traitement.

Suite à la mobilisation des associations de riverains, le gouvernement sénégalais a commencé à considérer le problème et organisait, en février 2002, un Conseil interministériel pour la réhabilitation de la baie de Hann. En 2006, 500 millions de Francs CFA (1) étaient alloués pour le déblaiement mécanique, l’enlèvement des couches superficielles des déchets, et l’extraction des déchets enfouis. Des mesures de traitement des conséquences de la pollution jugées très insuffisantes tant que la pollution n’était pas jugulée à sa source. C’est grâce au prêt accordé cette semaine par la France et l’Union Européenne que l’on espère enfin une opération de dépollution industrielle de plus grande ampleur. Un canal devrait être créé pour collecter les rejets industriels et domestiques et les conduire vers une station d’épuration. Une fois traités, les effluents seront rejetés dans le fond de l’océan, à trois kilomètres de la côte. Les travaux devraient débuter en 2010. Ce projet s’accompagne de l’introduction au Sénégal du principe « pollueur-payeur », puisque les industriels, soumis à un nouveau système de tarification, devraient prendre en charge une partie du coût de l’assainissement.

Elisabeth Leciak
1- Le Franc CFA est la monnaie officielle d’une quinzaine de pays africains. Créé en 1939, il n’a cessé d’être dévalué par rapport au Franc et, aujourd’hui, à l’Euro (1 € = 655,957 F CFA).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
opaque
31 janvier 2009 - 0 h 00 min

Peut on savoir quel est l’encours de la dette de l’afrique (et du sénégal en particulier) envers le système ganster(pardon, Bancaire) européen? peut on savoir quel est le taux du prêt,et pourquoi L’Europe ne peux pas se payer le luxe de financer unilatéralement cette opération dans le fameux cadre de l’aide au développement?(écologique , le développement, c’est bien connu)
ce serait pourtant la meilleure chose à faire, le devoir de partenariat solidaire avec l’Afrique devant remplacer d’urgence le partenariat économique à la sauce libérale à base de taux d’intérets :marchés de dupes imposés à sens unique ou passés bien trop souvent avec des dictateurs complaisants,au dépends de tout un continent.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
51

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS