Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » La filière bijoutière française mise face à ses responsabilités
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La filière bijoutière française mise face à ses responsabilités

En raison de l’arrivée d’une multitude de nouveaux consommateurs, avec notamment l’émergence de l’Asie, de l’Amérique latine et du Moyen-Orient, la bijouterie est aujourd’hui à la tête des secteurs utilisateurs. Ainsi, depuis une trentaine d’années, cette filière a transformé entre 60 et 80 % de l’or extrait dans le monde, l’électronique et la dentisterie réunies en consommant moins de 15 %. Malheureusement, l’extraction en amont de ce métal a des conséquences socio-économiques et environnementales aussi nombreuses que la liste des pays producteurs d’or est longue : pollution des fleuves du Plateau des Guyanes, empoisonnement de l’eau potable touchant plus de 2 millions de personnes en Roumanie, destruction d’écosystèmes forestiers uniques en Amazonie, soutien financier aux milices armées de Colombie et du Congo, exploitation de milliers d’enfants au Burkina Faso, Niger et Ghana etc.

En collaboration avec l’Union française de la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie, des pierres et des perles (BJOP), la Fédération nationale des horlogers, bijoutiers, joailliers et orfèvres (HBJO) et le Syndicat Saint Eloi, le WWF-France a réalisé une enquête auprès de quelques 200 professionnels de la filière bijouterie-joaillerie française (affineurs, fabricants, distributeurs). Toutefois, sur l’ensemble, 78 % des professionnels n’ont pas voulu répondre aux questions de l’enquête. Concernant ceux qui ont eu le mérite de se soumettre au questionnaire, 82 % reconnaissent ne pas connaître la provenance de l’or qui passe entre leurs mains. La minorité qui affirme en connaître la provenance reste, quant à elle, très évasive, faisant uniquement allusion aux grands bassins de production ou aux principaux continents producteurs (Afrique, Amérique du Sud). Aucun pays, ni localité, n’a été mentionné. Dans son rapport, WWF reprend les propos révélateurs d’un fabricant : «  C’est une réalité, personne ne sait d’où vient l’or. Personne. Ceux qui disent le contraire s’avancent, ou sont des menteurs. Nous sommes tous logés à la même enseigne, et pas seulement en France. C’est pareil pour les collègues partout dans le monde. La situation est celle-là aujourd’hui et pas une autre ».

Nulle surprise donc si 84 % des répondants reconnaissent n’avoir aucune garantie quant à la responsabilité des pratiques d’extraction. Nombreux détaillants avouent cette ignorance, invoquant une confiance aveugle en leurs fournisseurs. Pourtant, la plupart des répondants connaissent les principaux enjeux sociaux, économiques et environnementaux liés à l’exploitation aurifère. Ceux évoqués recouvrent la « forte empreinte écologique », la « destruction du milieu naturel », l’« utilisation intensive de produits toxiques et polluants comme le mercure », le « non respect du droit du travail », l’« insécurité », le « travail des enfants », l’« exploitation clandestine », le « blanchiment de l’or illégal » et le « faible impact économique pour les pays producteurs ». Malgré tout, il apparaît que, d’une manière globale, les professionnels de cette filière sous-estiment la fréquence des problèmes liés à l’extraction aurifère, ne parvenant pas à faire le lien entre une réalité désastreuse sur le terrain et leur quotidien professionnel. Au regard de quoi, plus on s’éloigne de la phase d’extraction, plus les professionnels français ont une vision positive de cette dernière.

Pourtant, 90 % des répondants se déclareraient prêts à agir, à leur niveau. Pour véritablement passer à l’acte, les professionnels doivent, dès à présent, œuvrer à la mise en place d’une traçabilité sûre du minerai, applicable à l’ensemble des étapes de production, de transformation et de distribution. Cela implique d’exiger des fournisseurs la provenance exacte de l’or fourni. Et si ces derniers ne sont pas à même de répondre, il relève de leur responsabilité d’interroger à leur tour leur propre fournisseur.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
11 avril 2011 - 0 h 00 min

Quand il y a du fric à gagner, la morale n’intervient que très rarement. La fièvre de l’or est une constante depuis des millénaires et peu importe que l’environnement soit détruit et que les populations en crèvent. Dans un tout autre domaine, on vante les mérites (?) de l’éthanol mais qui s’inquiète de la désertification des terres comme le Nordeste brésilien, de la destruction de la forêt primaire en Indonésie… et de l’esclavage auquel sont contraintes les populations autochtones qui plantent cannes à sucre et autres plantes avec lesquelles fabriquer le dit éthanol? Notre société vit à court terme et courte vue, peu lui importe que rien ne lui survive.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
31

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS