Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » L’omble chevalier intoxiqué aux PCB
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’omble chevalier intoxiqué aux PCB

Une étude commanditée par la CIPEL (Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman) et le SILA (Syndicat Mixte du Lac d’Annecy) a révélé une forte pollution aux PCB dans les lacs alpins du Léman et d’Annecy. En effet, les populations d’omble chevalier, poisson sauvage d’eau douce, présentent une concentration en PCB 4 fois supérieure à la norme européenne. Le préfet de Haute-Savoie, interpellé par ce chiffre, a placé la région en état d’alerte et, par l’arrêté du 2 avril, a suspendu toute activité de pêche de l’espèce concernée.

Mais si le phénomène venait à s’intensifier, le décret serait étendu à l’ensemble de la faune marine de ces sites. Des investigations complémentaires seront menées en ce sens afin de déterminer l’ampleur réelle de la contamination. Le corégone, la truite lacustre, le brochet et l’écrevisse feront ainsi l’objet de recherches approfondies, la perche venant clore cette liste de poissons classés à risque.

Si l’omble chevalier est particulièrement vulnérable à cette forme de pollution, c’est en raison de son mode d’alimentation spécifique. Poisson des profondeurs, il se nourrit de petits mollusques, de larves d’insectes mais surtout de débris végétaux réceptionnant une grande part des résidus PCB déposés au sol.

L’homme est tout autant menacé par cette pollution. Bio-accumulables, les PCB (1), ou polychlorobiphényles, ont la capacité de se fixer dans les graisses. Ainsi stockés, ils se transmettent à chaque étape de la chaîne alimentaire. Dans ces conditions, il est à prévoir que les individus les plus touchés seront les grands carnivores situés au sommet de la chaîne.

Ce dépistage est loin d’être une première en France, les occurrences de pollution aux PCB se multipliant ces dernières années. Le Rhône, la Somme et la Seine sont déjà concernés. Une enquête a d’ailleurs été engagée par WWF-France, s’appuyant sur des prélèvements sanguins réguliers effectués auprès de franges de populations habitant la capitale et le Nord de la France (Seine et Somme). Ces tests visant à déterminer les dangers qu’implique une exposition soutenue à ces agents toxiques ont débuté le 4 mars dernier pour le Rhône. Une initiative bien venue quand on sait que l’ONU catalogue les PCB comme l’un des 12 polluants les plus dangereux pour l’homme, également appelés les « Douze Salopards ».

Cécile Cassier
1- Les PCB représentent une famille de 209 composés organochlorés. Nuisibles et peu biodégradables, ils sont classés parmi les polluants organiques persistants (POPS). Les polychlorobiphényles sont parfois dénommés à tort ‘pyralènes’, du nom commercial de préparations huileuses qui les intègrent dans leur composition.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
jsb
10 avril 2008 - 0 h 00 min

Vraiment sympathique le PCB… et un grand merci aux responsables de ces pollutions!


jsb
10 avril 2008 - 0 h 00 min


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
69

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS