Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » L’Etat reconnu doublement coupable pour les marées vertes
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’Etat reconnu doublement coupable pour les marées vertes

Invoquant le non-respect des réglementations nationale et européenne et la négligence des préfets, le tribunal administratif de Rennes reconnaissait, le 23 octobre 2007, la responsabilité de l’Etat dans le développement des marées vertes bretonnes. Ce dernier se voyait ainsi condamné à verser une amende de 5002 € en indemnités aux trois associations requérantes « Eau & Rivières de Bretagne », « Halte aux marées vertes » et « Sauvegarde du Trégor ». Grand mal lui en a pris, l’Etat fit alors appel du jugement rendu. Début novembre, il se ravise et décide de retirer l’appel mais la machine judiciaire est déjà lancée. Rendant son verdict le 1er décembre dernier, la Cour administrative de Nantes a non seulement confirmé le jugement rendu en première instance mais a, en outre, durci les pénalités financières. Ainsi, la somme de 2000 €, initialement due à Eau et Rivières, est portée à 15 000 €, alors que la somme d’un euro respectivement destinée aux deux autres associations est élevée à 3 000 € chacune. Enfin, l’association « De la source à la mer » se voit également verser une indemnisation d’un montant de 3 000 €.

Mais si cette décision est salutaire dans la mesure où elle oblige l’Etat à assumer ses responsabilités, reste à voir si les mesures mises en place pour enrayer cette catastrophe environnementale le seront également. Pour l’heure, la prochaine échéance est fixée au 8 décembre prochain, date à laquelle les inspecteurs généraux doivent rendre leur rapport au Premier ministre. Doit y figurer un ensemble de propositions destinées à sortir de l’impasse écologique que constitue le phénomène croissant des marées vertes bretonnes. Or, nombre d’associations craignent que les solutions avancées ne dépassent pas le stade des coûteuses et vaines opérations de ramassage d’algues vertes menées jusqu’alors. Pour les militants associatifs, seule une réforme du système agricole breton est capable de trouver une issue à la situation actuelle. Comme le note Jean-François Piquot, porte-parole d’Eau & Rivières de Bretagne, « En 40 ans, la Bretagne, région pauvre de bocage et de polyculture-élevage est devenue la plus grande usine française de production animale (on y recense 60% des cochons, 60% des œufs, 45% des volailles, 25% des vaches laitières, 30% des gros bovins) sur moins de 5% de la SAU (1) nationale ». Président de Côtes d’Armor Nature Environnement, Thierry Dereux ajoute : « Les impasses sanitaires, sociales et environnementales d’une politique agricole dominée par « le marché » frappent de plein fouet la Bretagne et les Bretons : disparition de milliers d’exploitations agricoles indispensables à une agriculture de qualité, concentration industrielle de productions alimentaires de faible qualité, pollutions diffuses sanitaires et environnementales à grande échelle quasiment irréversible à court terme… ». Face à l’ampleur des changements nécessaires, la victoire est aujourd’hui loin d’être acquise et appelle à des actions menées en amont.

Cécile Cassier
1- Surface agricole utile.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 décembre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
opaque
14 décembre 2009 - 0 h 00 min

Sûr qu’avec de tels montants d’amendes, l’état français va se pencher rapidement sur la question de ses pratiques agricoles bien cochonnes…dans quelques décennies, bien entendu, car il faut prendre le temps de la reflexion!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
24

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS