Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Incinérateurs et santé en Ile-de-France
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Incinérateurs et santé en Ile-de-France

Selon une étude de l’Observatoire régional de Santé (ORS), l’incinération des ordures ménagères reste la première source d’émissions de dioxines en Ile-de-France. Avec 25 grammes (vingt-cinq grammes) émis par an, les incinérateurs sont responsables pour près de 25 % des émissions totales de dioxines, toutes sources confondues.

‘Dioxine’ est en fait un terme générique pour désigner un ensemble de molécules (210) produites généralement par l’incinération de composés contenant du chlore. Parmi celles-ci, 17 présentent une toxicité avérée dont la plus toxique est la Tétrachloro-2378 dibenzo-para-dioxine dite dioxine Seveso. Pour donner une idée de sa toxicité (qui se compte en millionièmes de grammes) sachez simplement qu’elle fut utilisée par les Américains lors de la guerre du Vietnam dans la confection du fameux ‘agent orange’.

Entré en vigueur en décembre dernier, l’arrêté ministériel de septembre 2002, qui fixe le seuil d’émission à 0,1 ng/m3 devrait néanmoins contribuer à abaisser ces rejets. Lorsque la totalité des incinérateurs sera aux normes, les émissions de dioxines en Ile-de-France, issues de l’incinération des déchets, ne devraient pas excéder les 2 à 3 g/an. En attendant ce jour, le 1er janvier dernier, les incinérateurs de Massy et Sarcelles ont été fermés pour mise en conformité, et rouvriront au cours du premier trimestre. L’incinérateur de Issy-les-Moulineaux continue à fonctionner cet hiver pour assurer la continuité du chauffage urbain (cogénération), mais sera définitivement fermé après cette période.

En Ile-de-France, 66 % des déchets ménagers (soit 3,8 millions de tonnes/an) sont incinérés dans 19 usines, contre 44 % en France. La plupart de ces usines ont près de 50 ans et se situent en zone agglomérée dense, tandis que près de six millions de Franciliens, soit 56 % de la population de la région, résident à moins de cinq kilomètres de l’une de ces installations.

Si l’incinération réduit le volume des déchets elle ne détruit pas totalement leurs polluants. Outre les dioxines, les polluants rejetés dans l’atmosphère, dans les gaz de combustion, sont nombreux. Ainsi, en 2000, l’incinération a émis en Ile-de-France 1 522 tonnes de dioxyde de soufre, 7 000 tonnes d’oxydes d’azote et près de 8 tonnes de plomb, de chrome, de cuivre, de nickel, d’arsenic, de mercure et de cadmium.

L’étude de l’ORS propose quelques recommandations pour limiter les incidences sanitaires de l’incinération, comme la diminution des volumes incinérés en accélérant la mise en œuvre des politiques de réduction des déchets, la modernisation des incinérateurs franciliens, la mise en place sur chaque installation d’un contrôle en continu des émissions et enfin, la surveillance sanitaire de la population vivant autour des incinérateurs, avec à la mise en place d’un registre des cancers en Ile-de-France.

Cécile Fargue

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
53

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS