Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Fuite d’uranium : l’ASN relève des dysfonctionnements à la SOCATRI
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Fuite d’uranium : l’ASN relève des dysfonctionnements à la SOCATRI

Depuis que la fuite d’effluents contenant de l’uranium, à l’usine SOCATRI (1) en début de semaine, a été rendue publique, de nombreuses informations contradictoires ont circulé. L’inspection menée hier par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) permet enfin d’éclaircir la situation.

Les quatre inspecteurs de l’ASN, accompagnés de deux experts de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire), ont notamment constaté que :

- des cuves remplies d’effluents uranifères restent fuyardes ou sont démunies de bac rétention ;

- l’excavation des terres contaminées n’a été que partiellement réalisée ;

- la partie du canal Ouest, entre le point de rejet de l’installation et la rivière la Gaffière, est contaminée par des effluents uranifères ;

- les conditions d’exploitation lors de l’incident présentaient des irrégularités par rapport aux dispositions réglementaires applicables.

D’autre part, l’analyse de la chronologie des événements, de la communication et des premières actions entreprises par la SOCATRI, a vu les inspecteurs relever des lacunes en matière d’information des pouvoirs publics.

Aujourd’hui, il apparaît que l’incident a débuté aux environs de 23 heures, au cours de la vidange d’une cuve de stockage contenant de l’uranium naturel dilué, avec le constat de la présence de liquide uranifère dans le bac de rétention situé sous la cuve, mais alors en travaux. Au cours des heures suivantes, la surveillance mise en place a montré qu’une partie de ce liquide se répandait en dehors du bac de rétention dont l’étanchéité s’est révélée défectueuse. La présence d’uranium a alors été constatée dans une canalisation d’évacuation de SOCATRI. La Direction du site a mis en place son organisation d’urgence interne à 6 h 15, tandis que l’ASN n’était avertie de l’incident et des dispositions prises qu’à 7 h 15 et la préfecture de la Drôme à 7 h 30. Au final, ce ne sont pas 30 mais environ 20 m3 d’effluents uranifères qui se seraient infiltrés dans les sols et déversés dans la rivière La Gaffière, soit une quantité de 240 kg d’uranium, dont 75 auraient atteint la rivière.

En conséquence, au regard de ces nombreux dysfonctionnements et anomalies relevés sur le site, ce matin l’ASN a pris la décision d’imposer immédiatement à la SOCATRI la suspension de l’arrivée d’effluents dans la station de traitement à l’origine de la pollution et la mise en place de mesures de mise en sécurité. Soulignons toutefois que la suspension de l’activité de cette station ne devrait pas beaucoup gêner la filière d’AREVA, puisque l’incident s’est produit dans le cadre de l’arrêt de cette installation de stockage.

Parallèlement, l’exploitant se voit aussi obligé de mettre en place un plan de surveillance renforcée comprenant notamment des analyses dans les rivières et la nappe phréatique environnantes dont les résultats doivent être régulièrement transmis à l’ASN.


Une prochaine nouvelle inspection est d’ores et déjà programmée pour vérifier l’état de l’installation et l’application des mesures demandées. Enfin, notons que cette fuite a été classée en incident au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale de classement des événements nucléaires).

Pascal Farcy
1- La SOCATRI, filiale de EURODIF SA, fait parti du groupe nucléaire français AREVA. Située sur le site nucléaire du Tricastin, dans la Drôme, c’est une Installation d’assainissement et de récupération d’uranium.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
26

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS