Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Eaux intérieures : 643 marées noires recensées en trois ans en France
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Les voitures les moins polluantes en 2017
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Eaux intérieures : 643 marées noires recensées en trois ans en France

Selon l’atlas 2008 – 2010 des marées noires dans les eaux intérieures, réalisé par l’association Robin des bois, les marées noires dans les fleuves, les rivières, les canaux et les plans d’eau sont en hausse. En effet, si le précédent atlas 2004 – 2007 recensait 561 pollutions, l’édition 2008 – 2010 fait état de 643 épisodes de marées noires. Les hydrocarbures ciblés lors de cet inventaire incluent le pétrole brut, les combustibles, les carburants, les huiles, les lubrifiants et les solvants produits par l’industrie pétrochimique. Sont également mentionnés certains produits usagés assimilables à des déchets, tels que les huiles de vidange et les huiles minérales de transformateurs.

Détaillé par bassin fluvial, on comptabilise 69 marées noires dans le bassin Artois Picardie, 83 dans le bassin Rhin-Meuse, 121 dans le bassin Seine-Normandie, 168 dans le bassin Loire-Bretagne, 62 dans le bassin Adour-Garonne et 140 dans le bassin Rhône Méditerranée et Corse. Des micropolluants persistants affectent ainsi le réseau hydrologique français, contaminant les sources d’eau potable ainsi que la faune aquatique. Nulle surprise donc si, depuis 2005, tous les bassins font l’objet de restrictions ou d’interdictions de pêche.

On observe également des changements concernant les causes de ces pollutions, lorsque celles-ci sont identifiées, entre les éditions 2004 – 2007 et 2008 – 2010 de l’atlas. Dans la version actualisée, la première cause des pollutions des eaux douces par les hydrocarbures sont les accidents de transport impliquant en premier lieu les poids lourds. En seconde position, vient la maintenance défaillante, la vétusté ou l’abandon des cuves à fioul de chauffage. Passant de la 1ère place dans l’édition précédente à la troisième position dans la version la plus récente, les pollutions par hydrocarbures d’origine industrielle semblent en recul. Cette évolution peut s’expliquer par la désindustrialisation mais pourrait être compensée par une augmentation des pollutions en provenance des friches industrielles et sites pollués. En augmentation, les pollutions d’origine agricole passent de la 8ème à la 4ème place.

Une augmentation des pollutions consécutives aux Travaux Publics (1) a été constatée. Dans la plupart des cas, elles sont dues à une mauvaise maintenance des engins et à une mauvaise connaissance de l’environnement. Parallèlement, quasi inexistantes dans le précédent inventaire, les pollutions causées par des inondations « font une apparition significative ».  

Selon Robin des bois, dans la majorité des cas, les impacts des pollutions par hydrocarbures sont négligés. Pour preuve, bien que le développement du transport et du tourisme fluvial entraîne une augmentation proportionnelle des dégazages, il subsiste un fort décalage d’ordre judiciaire entre les dégazages en mer et les dégazages en rivières et canaux. Pourtant, dans certains cas, les quantités rejetées en hydrocarbures sont d’ampleur similaire, les capacités de dilution des eaux douces étant, quant à elles, inférieures à celles des eaux marines. D’après le CEDRE (2), les rapports types sur les conséquences écologiques et les moyens de réparation ou d’atténuation suite à des déversements accidentels de produits toxiques dans les eaux intérieures sont de plus en plus oubliés. Démentant les engagements du Grenelle de l’environnement et du Grenelle de la mer, l’inventaire, la mémorisation et la prise en considération environnementale et pénale de ces pollutions n’évoluent pas, voire régressent.

Cécile Cassier
1- Il s’agit de ruptures de canalisation et de pollutions consécutives dans le cadre de travaux de terrassement, généralement sur la voie publique.

2- CEntre de Documentation, de Recherche et d’Expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS