Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Des nez électroniques dans le Golfe du Mexique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des nez électroniques dans le Golfe du Mexique

Après les millions de barils de pétrole qui se sont déversés dans l’océan, suite au naufrage de la plateforme pétrolière de BP, et le ‘Tout est quasiment redevenu normal’ du président américain Barack Obama, les autorités sanitaires des Etats les plus concernés (Floride, Alabama, Mississipi, Louisiane et Texas) ont décidé de contrôler l’éventuelle contamination des produits de la mer proposés aux consommateurs.

Pour cela, l’agence américaine en charge des aliments et des médicaments (la Food and Drug Administration – FDA) a acquis plusieurs nez électroniques afin d’analyser rapidement, mais d’une manière scientifique et non subjective, une éventuelle contamination par les hydrocarbures des poissons, huîtres, crabes et autres écrevisses.

Première société à introduire des nez électroniques sur le marché, le français Alpha M.O.S vient ainsi d’annoncer la vente de plusieurs nez électroniques à la FDA pour un montant de 500 000 $. Au regard de la somme, on pourrait imaginer un nombre d’équipements important, or, joint par téléphone, Alpha M.O.S avance seulement 4 nez électroniques pour cette somme. Il est vrai que ces appareils qui équipent désormais la Georgie et la Floride sont des produits de haute technologie. Equipant des laboratoires mobiles, ces nez électroniques sont capables d’analyser plusieurs centaines d’échantillons par jour en détectant, à de très faibles concentrations, une contamination, sa nature (pétrole ou bactérie, par exemple), tout en déterminant la fraîcheur et l’origine des produits évalués. Par ailleurs, ils permettent de remonter à la source de la pollution pour identifier l’agent polluant, en comparant ses ‘empreintes’ à celles résultantes de la pollution.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 08 octobre 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Nol
10 octobre 2010 - 0 h 00 min

Je ne savais pas qu’il y avait des écrevisses dans la mer, à moins que ce soit déjà une mutation dûe à la marée noire.


Pascal
11 octobre 2010 - 0 h 00 min

Les écrevisses sont effectivement des espèces d’eau douce. Néanmoins, elles font partie des espèces analysées par ces nez électroniques puisque la marée noire ne s’est pas restreinte au large, venant également souiller les côtes, notamment les mangroves à l’eau saumâtre. Or, ces milieux, où l’eau est certes plus salée que de l’eau douce, mais moins que l’océan, font partis des sites où l’on rencontre l’écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii), une espèce très résistante et apte à vivre dans des conditions nettement plus variées que nos écrevisses européennes.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
21

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS