Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Des ajustements à faire pour la filière de recyclage des imprimés publicitaires
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des ajustements à faire pour la filière de recyclage des imprimés publicitaires

Dès novembre 2008, les collectivités françaises vont bénéficier d’aides financières pour les soutenir dans le recyclage des prospectus et des supports publicitaires distribués quotidiennement avec allégresse dans nos boîtes aux lettres, et qui représentent en moyenne 40kg de papier par an. S’appuyant sur le principe « pollueur – payeur » validé par le Parlement en 2003, les producteurs de ces imprimés devront souscrire à une éco-contribution. EcoFolio, l’organisme chargé de récolter les cotisations, reversera leurs participations aux collectivités afin de les indemniser des coûts générés par le recyclage de ces déchets papiers.

D’un point de vue théorique, le concept semble juste et efficace. Pourtant, sa mise en application est délicate et demande quelques ajustements, comme en témoignent les revendications communes d’Amorce (1) et du Cercle National du Recyclage.

Leur première contestation tient dans la restriction de ces dédommagements à une seule catégorie de papier par collectivité, alors que le tri sélectif des emballages et des journaux nécessite le traitement de plusieurs types de papiers-cartons. Si une collectivité a à traiter plusieurs sortes papetières, ce qui est fréquemment le cas, une seule seulement pourra être prise en charge par l’éco-contribution. Ainsi, les collectivités assument encore à l’heure actuelle 80% des imprimés non inclus dans la norme.

Une seconde incohérence apparaît dans l’écart, plus que significatif, entre le volume de tonnage estimé et la quantité finalement déclarée. L’éco-organisme avait ainsi prévu un tonnage de 400 000 tonnes pour 2006 et de 800 000 pour 2011. Or, en 2006, première année où les tonnages contribuants ont été déclarés, ce sont finalement 950 000 tonnes qui ont été enregistrées. Ce décalage s’explique par l’adhésion massive des producteurs à cette participation financière, qui a surpassé les estimations d’EcoFolio. Un nouveau plan prévisionnel financier sera nécessaire pour corriger ces données.

Avant d’envisager une possible extension à d’autres supports imprimés, ce système de contribution doit être optimisé. Dans cette optique, Amorce et le Cercle National du Recyclage requièrent la mise en place d’une commission d’agrément, déjà en vigueur dans les filières parallèles de traitement des déchets telles que les DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques ménagers). Elle aura pour rôle de contrôler la juste répartition des fonds amassés.

Il est heureux que des mesures soient prises pour mettre fin à un gaspillage papier qui ne doit plus avoir cours, alors que les ressources naturelles sont aujourd’hui durement menacées. Mais ces mesures ne pourront être efficaces que si une surveillance accrue est instaurée. Quoi qu’il en soit, les efforts déployés pour éliminer ces déchets importuns ne doivent pas se faire au détriment de la prévention, qui se développe via des campagnes à l’image de l’opération « stop pub ». Le meilleur moyen de réduire les déchets étant encore d’en diminuer la production.

Cécile Cassier
1- Amorce est une association regroupant collectivités territoriales et professionnels, qui œuvre dans les domaines des réseaux de chaleur, de la gestion des déchets municipaux et de l’énergie.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 26 mars 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
phosphora
27 mars 2008 - 0 h 00 min

j’ai acheté une étiquette en plastique rouge, sur laquelle est marquée
PAS DE PUBLICITE SVP
je l’ai collée sur ma boite aux lettres, ça fait ça de moins à trier et jeter,
j’espère que ça inspirera mes voisins


claude reboul
27 mars 2008 - 0 h 00 min

Naturellement que je suis d’accord avec tout le monde à propos de ce gachis de papier de la pub dans nos boites aux lettres. Moi qui fais du spectacle de rue et qui participe à de nombreux carnavals, je suis toujours effaré qu’on puisse encore de nos jours, gacher autant de papier pour faire ces petites pastilles ridicules qu’on se jette dans un semblant de liesse populaire. Non seulement les mouflets et leurs parents se les balancent mutuellement, mais sur les chars du défilé, il y a les canons à confettis qu’on approvisionnent tout au long de la journée afin d’en arroser la foule. Dans certaines villes, j’ai constaté que la chaussée et les trottoirs étaient recouvert d’un bon centimètre sur tout le parcours. Ce qui représentre des centaines de kilo de papier, balancés comme ça pour rien. Il faudrait interdire dans un premier temps ces canons à confettis. Le reste on verrait plus tard en éduquant les quidams sur la stupidité de cette coutume.


Rosie
28 mars 2008 - 0 h 00 min

A noter: l’pération « Stop pub » n’et efficace que pour la pub non-adressée personellement. Pour le reste il est recommandé de s’inscrire sur les listes Robinson et Orange et d’écrire à ceux qui nous envoient à notre adresse des pubs non-sollicitées pour leur demander de cesser, faisant référence à la loi 78-17 du 7 janvier 1978. Il faudrait améliorer cette loi. J’ai écrit une vingtaine de lettres (à €0.49 la lettre) et il y a encore des récidivistes. Je suis tellement agacée maintenant que j’hésite à commander quoi que ce soit par catalogue ou à distance – car tous les gens de la pub se communiquent les adresses et je me demande s’il servirait à quelque chose de leur demander au moment de la commande de ne pas communiquer l’adresse! Il faut y penser aussi …


jerome
29 mars 2008 - 0 h 00 min

Inutile de payer un timbre pour se faire rayer des listes. Vous renvoyez le bon de commande barré où vous indiquez ne plus vouloir recevoir d’offres dans une enveloppe SANS L’AFFRANCHIR, en n’hésitant pas à cocher la case « commande » s’il y en a une sur l’enveloppe. La société de VPC pensera que vous avez oublié de timbrer par étourderie et paiera le surcoût à la Poste, ayant trop peur de laisser filer une commande. En voyant qu’elle a payé pour rien, vous pouvez être sûre qu’elle vous rayera de ses listes (sinon vous recommencez). C’est radical ! Depuis que je fais cela, je ne reçois plus deux fois de la même entreprise de courrier commercial non sollicité.


marseille42
30 mars 2008 - 0 h 00 min

J’ai apposé sur ma boîte aux lettres un macaron « stop publicité pour sauver ma planète! » J’ai renvoyé les publicités adressées, j’évite comme une maladie contagieuse les achats par catalogue et par Internet s’il s’agit de grandes enseignes (pour éviter les ventes de fichier. Or, ma boîte aux lettres déborde tous les jours. Alors que faut-il faire? Toutes les semaines, malgré un abonnement à un quotidien en ligne (économie de papier mais pas d’électricité), je jette dans le conteneur ad hoc environ 10 Kg de papier inutile car je n’ai pas lu la plupart des documents reçus. Une éco-participation n’y changera rien à moins que celle-ci soit vraiment très, très élevée. Et encore! Si les commerçants nous submergent de papier imprimé c’est qu’ils sont très fortement gagnants.


LNco
30 mars 2008 - 0 h 00 min

Pour ne plus recevoir de publicité adressée, il faut tout simplement ne pas ouvrir l’enveloppe, barrer son adresse d’une grande croix et écrire en majuscule « REFUSE ». Il faut ensuite remettre le courrier dans une boîte aux lettres. Ainsi, ce courrier retourne à l’expéditeur (dont l’adresse figure en général en haut de l’enveloppe), expéditeur qui est obligé de payer à La Poste le prix du retour de son envoi. Essayez, c’est un moyen très efficace !


Josemite
2 avril 2008 - 0 h 00 min

Nous sommes actuellement agressés dans nos boîtes aux lettres par les pubs (surtout dans les grandes villes). Des sociétés spécialisées s’en sont fait un vrai business. Rien n’y fait. De plus, de semaine en semaine les produits et les promos ne changent pas vraiment tout comme les grandes surfaces qui les financent (enfin leurs consommateurs). Quel gaspillage écologique ! Quelles solutions ? Evidemment les imprimeurs et autres agences de pub se frottent les mains et gonflent leur portefeuille.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
26

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS