Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Démantèlement préoccupant d’un ancien cargo à propulsion nucléaire
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Démantèlement préoccupant d’un ancien cargo à propulsion nucléaire

En hausse au cours de ces dernières années, le nombre de navires destinés à la casse inquiète non tant par son volume croissant que par les conditions propres à ces actions de démolition. De fait, majoritairement implantés en Asie, les chantiers de démolition navale pâtissent pour la plupart de critères sociaux et environnementaux précaires. Mais, en vertu de considérations spatiales et économiques, ces sites perdurent, voire prospèrent, accueillant des bâtiments de tous pavillons et notamment européens.


L’ex-cargo allemand « Otto Hahn », anciennement à propulsion nucléaire et reconverti en cargo conventionnel en 1980, est la dernière illustration en date révélée par l’association de protection de l’environnement Robin des Bois. De fait, mis en exploitation en 1967, le navire en question a donc fonctionné pendant treize ans à l’aide d’un réacteur nucléaire de 38 MW.

Retiré en 1980, le réacteur est toutefois suspecté d’avoir contaminé ou irradié par des rejets ou des radiations non maîtrisés certains composants internes de la structure du navire. Cette hypothèse est encore renforcée par l’incident nucléaire qui frappa le bâtiment en août 1973, lorsque deux assemblages combustibles du réacteur se fissurèrent. Mais ces craintes ont finalement été tues et ignorées, le chantier indien retenu pour le démantèlement de « l’Otto Hahn », basé dans la baie d’Alang, n’étant absolument pas équipé pour faire face à ce type de déchets. Pour Robin des Bois, de telles pratiques quant à la gestion de déchets potentiellement radioactifs ne sont pas acceptables de pays adhérant à l’Union européenne. De fait, elles mettent en jeu la santé des travailleurs indiens, sans compter l’atteinte irréversible portée à l’environnement, plus ou moins immédiat, par les risques résiduels potentiels.
Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
kermit
1 février 2010 - 0 h 00 min

C’est le chantier d’Alang dans le golfe de Cambay, et non la baie d’Alang… Ce lieu est un scandale qui arrange bien les européens, et les riches Indiens qui exploitent le site… en terme de pollution, il doit etre difficile de faire pire… On peut toujours espérer que le conseil d’état réagisse, comme avec le Clémenceau… Comme ça la France aura bonne conscience parce qu’elle a facturé la destruction « propre » au contribuable, mais sans aucunement aider les pauvres gars qui démantèlent nos bateaux pieds et mains nus, à l’autre bout du monde!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
158

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS