Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Déchets radioactifs : dépollution des sites contaminés au radium
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Déchets radioactifs : dépollution des sites contaminés au radium

Découvert en 1898 par Pierre et Marie Curie, le radium est un métal alcalino-terreux, présent en faible quantité dans la croûte terrestre. Il présente plusieurs isotopes (1), tous radioactifs, dont le plus courant est le radium 226. Entre 1900 et 1960, le radium fut utilisé à des fins médicales, pharmaceutiques ou parapharmaceutiques, d’hygiène corporelle ou cosmétiques. Les industries horlogère, textile, aéronautique et de l’armement l’exploitèrent également pour sa luminescence. Enfin, il intégra la conception des premiers détecteurs de fumée et de paratonnerres.

Si l’usage du radium est abandonné depuis 1960, ses méfaits sont toujours à craindre, à l’instar de tout déchet radioactif. Le radium 226 a effectivement une période radioactive (2) de 1600 ans. Externe ou interne (ingestion, inhalation ou contact après la rupture d’un objet contenant du radium ou à proximité d’une source diffuse), une exposition rapprochée, répétée et prolongée peut causer des dommages physiques telles des brûlures et augmenter les risques de cancer.

Face à cette menace, s’est ouverte en septembre dernier une campagne de dépistage et de décontamination des sites pollués au radium. Elle signe l’aboutissement de 14 ans de recherches, effectuées par l’ANDRA (3) et l’association Robin des Bois dans le cadre de l’inventaire national des déchets radioactifs. Ces investigations ont permis de dresser une liste de 134 sites susceptibles d’être contaminés, dont 84 en Ile-de-France, 24 en Franche-Comté et 26 répartis dans les autres départements. Les sites répertoriés comprennent des laboratoires et des ateliers ayant mis en œuvre, conditionné, stocké, loué ou utilisé du radium dans des objets, des produits ou encore des pièces détachées. En revanche, elle exclut les sites de production de radium 226 et autres sites industriels dont l’assainissement est en cours ou a déjà été validé par les autorités de sûreté. Pour comparaison, les premières listes publiées en 1997 comprenaient environ 80 sites.

Intégrant la Commission Nationale des Aides dans le domaine Radioactif (CNAR), chargée de surveiller l’avancée des travaux de réhabilitation, Robin des Bois entend se montrer très vigilant quant aux propriétaires d’appartements ou syndics d’immeubles qui, bien qu’ayant abrité des activités historiques associées au radium, refuseraient l’accès de leurs propriétés aux diagnostiqueurs de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Concrètement, les traces ou poussières de radium éventuelles s’accumulent généralement dans des points ou des zones très localisés. Des activités artisanales concentrées dans un appartement, ou sur un ou deux niveaux, n’impliquent donc pas nécessairement la contamination de l’immeuble entier. Toutefois, il semble qu’une attention particulière doive être accordée aux parties communes, aux caves, aux combles, aux remises, aux locaux consacrés aux poubelles, aux canalisations d’évacuation des eaux usées, aux planchers et aux escaliers en bois lorsqu’ils sont d’époque. Le critère principal reste la quantité estimée de radium mise en œuvre pendant la durée d’exploitation.

Cécile Cassier
1- Eléments dont les atomes possèdent le même nombre d’électrons et de protons, mais un nombre différent de neutrons.

2- Correspond au temps nécessaire pour que la quantité d’atomes d’un élément radioactif se soit désintégrée de moitié.

3- Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 18 octobre 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
67

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS