Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Coulée de boue toxique en Hongrie : le Danube menacé
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Quel panneau solaire pour recharger une batterie ?
  2. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  3. Prendre conscience de l’impact des ...
  4. Une centrale nucléaire flottante en Russie
  5. Greenpeace contre le suremballage


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Coulée de boue toxique en Hongrie : le Danube menacé

Lundi, la rupture d’une digue entourant un bassin de rétention de millions de tonnes de substances toxiques, issues du traitement des déchets d’exploitation d’un site de production d’alumine, est à l’origine de la ‘pire catastrophe écologique’ hongroise selon le secrétaire d’Etat à l’environnement, Zoltan Illès.

La rupture de la digue du bassin de cet important site minier, situé à Ajka à environ 160 kilomètres à l’Ouest de Budapest en Hongrie, aurait conduit à la dispersion d’environ 1,1 million de mètres cubes de boue rouge toxique dans sept villages voisins. Or, outre leur couleur, ces boues se distinguent par leur composition (soude caustique,  fer, alumine, silicium, sodium, calcium, titane, manganèse, vanadium, chrome hexavalent, plomb et cadmium) qui aboutit à un mélange hautement toxique. Si le dernier bilan recense quatre morts, trois personnes disparues, 123 blessés, dont 61 hospitalisées, la boue est omniprésente, que cela soit dans les champs, les maisons ou la rivière locale, la Torna.

Que cela soit pour les riverains de la catastrophe ou la faune sauvage ou domestique, le danger immédiat tient essentiellement aux risques de brûlures causées par un contact avec la boue toxique. A moyen terme, le danger devrait venir du séchage de ces boues, source de poussières inhalables, puis, plus sournois, à plus long terme, le risque tiendra en une contamination des chaînes alimentaires et de la ressource en eau par les métaux lourds.

Alors que la pollution pourrait atteindre le Danube d’ici la fin de la semaine, plusieurs centaines de personnes s’activent pour nettoyer les rues et les maisons à grands renforts de jets d’eau sous pression. Simultanément, des tonnes de plâtre sont déversées dans la rivière Marcal, dans laquelle se jette la Torna, afin de réduire la toxicité de la boue. L’enjeu de ce ‘nettoyage’ est énorme, les eaux de cette rivière alimentent le lit de la Raab, qui est un affluent direct du Danube. Au-delà des dégâts déjà constatés, la contamination de ce fleuve est un scénario ‘catastrophe’ considéré comme probable par Zoltan Illès, avec des conséquences écologiques potentiellement énormes, et l’exportation de la catastrophe dans les pays que traverse le Danube (Croatie, Serbie, Roumanie, Bulgarie, Ukraine et Moldavie) avant de se jeter dans la mer Noire.

Si officiellement les causes de l’accident restent à déterminer, selon le secrétaire d’Etat à l’environnement, l’usine pourrait avoir entreposé trop de boue rouge dans son réservoir.

Ce type d’accident n’est pas une première. En Europe, après plusieurs accidents au cours de la dernière décennie du XXe siècle (Suède, Espagne, Grèce, etc.) les catastrophes d’Aznalcollar en Espagne (1998) et de Baia Mare en Roumanie (2000) on aboutit à une directive européenne visant à encadrer la gestion des déchets de l’industrie minière pour un renforcement global de la sécurité. Néanmoins, le risque zéro n’existe pas et l’application de cette législation demeure encore très perfectible.

Au niveau international, la plupart des sites miniers étant dans des zones reculées, loin des habitations, la gestion de ces boues est souvent traitée avec une grande désinvolture par les exploitants, à savoir un rejet quasiment sans traitement dans l’environnement. Ainsi, Payal Sampat, directeur de l’ONG américaine Earthworks, rappelle que l’industrie minière et l’ensemble de son réseau de sous-traitants constituent le secteur d’activité le plus polluant des Etats-Unis selon l’agence de protection de l’environnement US (EPA – Environmental Protection Agency), l’équivalent de notre ministère de l’écologie.

Pascal Farcy
1- L’alumine, extraite du minerai de bauxite par une réaction chimique, sert à la production d’aluminium.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 06 octobre 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
7 octobre 2010 - 0 h 00 min

Aux US ils ont en principe les « moyens » et sont en principe un pays « democratique » , que penser alors de ces petits pays ni riches ni democratique….






à lire aussi
     
Flux RSS