Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Bhopal : 25 ans après, le verdict de la honte
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Bhopal : 25 ans après, le verdict de la honte

Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, se produisit à Bhopal, capitale du Madhya Pradesh, Etat situé au centre de l’Inde, ce qui reste encore aujourd’hui dans les esprits comme la plus grande catastrophe industrielle de l’histoire. Cette nuit-là, un nuage de gaz mortel s’échappa de l’usine américaine de pesticides Union Carbide, au Nord de Bhopal, suite à une fuite de 54 tonnes d’isocyanate de méthyle et d’autres produits réactifs. D’après un rapport d’Amnesty International, près d’un demi-million de personnes y furent exposées. Entre 7 000 et 10 000 y succombèrent sur le coup ou dans les jours qui suivirent, et 15 000 autres moururent au cours des 20 années qui suivirent. Impliquant bon nombre de pères de famille, ces victimes laissèrent de multiples familles dans le dénuement le plus total. La survenue récurrente de problèmes de santé graves et handicapants, voire invalidants, conduisirent des milliers de personnes à perdre leur travail sans autre moyen de subsistance.

Quatre ans plus tard, et malgré les efforts et les protestations des populations touchées, le gouvernement indien et la firme américaine Union Carbide s’accordèrent sur un règlement « à l’amiable », versant aux victimes une indemnisation dérisoire de 470 millions de dollars en échange de l’abandon des poursuites pénales, soit à peine 500 dollars par victime. Depuis lors, l’usine fut rachetée par le groupe Dow Chemical, ce dernier se défendant d’une quelconque responsabilité au regard des évènements passés.

Pourtant, la catastrophe est loin d’être terminée, le nombre de victimes continuant à croître. Ainsi, plus de 25 ans après ce drame, le site est laissé à l’abandon et poursuit sa contamination alentour. D’après Amnistie Internationale, des dizaines de milliers de personnes n’ont d’autre choix que boire régulièrement l’eau empoisonnée des nappes phréatiques. En outre, plus de 100 000 personnes souffrent encore de maladies incurables et chroniques, dont des problèmes respiratoires, des dysfonctionnements du système neurologique ou des cancers, en l’absence de soins médicaux.

Quasi inespéré, un jugement a finalement été rendu le 7 juin dernier. En effet, un tribunal indien a déclaré coupables de négligence huit anciens salariés de l’usine de pesticides à l’origine de la catastrophe. Mais cette maigre victoire fut de courte durée, laissant derrière elle un arrière-goût amer. Les reconnus coupables ont, en effet, été condamnés à une peine de deux ans d’emprisonnement, une punition pour le moins négligeable face aux préjudices passés, présents et futurs à prendre en compte.

Pour Karima Delli, eurodéputée Europe Ecologie et membre de la délégation Inde au Parlement européen : « Il est scandaleux d’avoir attendu 25 ans pour un verdict aussi ridicule. (…) Quant aux véritables responsables, Warren Anderson en tête, ils continuent de bénéficier de l’impunité ». Elle ajoute : « L’Union Européenne doit au contraire faire pression sur les autorités indiennes, à l’heure où elles négocient ensemble un accord de libre-échange, afin de réclamer de véritables sanctions à l’égard de tous les responsables et une décontamination totale du site. Il ne faut pas attendre une troisième génération de condamnés ».

Partageant la même position, Michèle Rivasi, eurodéputée Europe Ecologie et membre de la Commission Santé et Environnement, explique : « La catastrophe industrielle de Bhopal est révélatrice du climat délétère qui a accompagné le développement du commerce international au cours des trente dernières années. En effet, les pays riches n’ont pas hésité à délocaliser leurs industries les plus polluantes pour bénéficier – dans les pays d’accueil- de réglementations plus souples concernant les normes de pollution. Mais cet état de fait ne doit en aucun cas aboutir au délaissement des victimes silencieuses, ainsi les nappes phréatiques restent contaminées et cet empoisonnement a des conséquences inter-générationnelles effroyables ! En plus d’être cancérigène et d’affecter le système nerveux, il traverse la paroi du placenta chez les femmes enceintes, affectant directement les fœtus entraînant malformations et décès des nouveaux nés ».

Une chose est sûre, tous s’entendent à dire que l’urgence, à l’heure actuelle, réside dans la décontamination totale du site afin que cette catastrophe puisse avoir une chance de prendre fin.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 09 juin 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
10 juin 2010 - 0 h 00 min

Scandaleux !
Justice à deux vitesses comme toujours ! « Selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ». (Les Animaux malades de la peste, La Fontaine – XVII° siècle)
Aujourd’hui rien n’a changé, la racaille financière est toujours à l’abri de la justice, (Pas si aveugle que ça mémère !)
Et on a pas fini avec ces catastrophes industrielles quand on voit le développement du nucléaire par exemple !


gigi
12 juin 2010 - 0 h 00 min

je savais que lire ça allait me mettre de mauva


gigi
12 juin 2010 - 0 h 00 min

… de mauvaise humeur. 500€ par victime ! Merci d’en parler, il me semble qu’il y a eu bien peu d’échos et de détails dans les médias français.
comme si l’impunité des grands industriels ne nous concernait pas…vraiment ?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
48

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS