Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » Baisse de la collecte publique des déchets : des progrès à relativiser
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Baisse de la collecte publique des déchets : des progrès à relativiser

Depuis une dizaine d’années, on observe une baisse de la collecte des déchets assurée par les collectivités au sein des grandes villes. En France, si la production de déchets par habitant et par an a doublé depuis 1960, favorisée par l’essor de la consommation de masse, la production annuelle d’ordures ménagères s’est finalement stabilisée entre 2000 et 2009 autour de 420 kg/hab. Elle a même régressé dans le cas de l’agglomération parisienne, passant de 482 à 414 kg/hab. Ce constat s’observe également dans d’autres grandes villes européennes. Ainsi, à Berlin, la collecte de déchets a enregistré une baisse de 20 % entre 1999 et 2004, marquant une évolution encore plus marquée que celle de l’agglomération parisienne (-5 % entre 2000 et 2005). Dans le cas de la capitale allemande, la baisse ne vient pas de la collecte des tonnages rejetés par les ménages, mais de celle des activités commerciales, des déchets de voirie et des encombrants collectés par la ville.

Afin de déterminer s’il faut y voir une tendance durable ou une répercussion de la crise économique, le Syndicat de traitement des ordures ménagères de Paris et sa région (Syctom) a demandé au CREDOC (1) de mener une enquête. Communiqués courant février 2011, les résultats de cette étude, observés dans diverses grandes villes françaises (Paris, Lille, Lyon etc.) et européennes (Berlin, Londres etc.), attestent d’un ensemble de facteurs propres aux grands centres urbains.

Selon le rapport, les fluctuations de la conjoncture économique ne sont certes pas étrangères à cette tendance à la baisse, et constituent même la première explication des variations de

tonnages de déchets collectés. Au niveau national, cette répercussion ne s’est ressentie qu’à partir de 2008. En revanche, l’évolution de la collecte propre à l’agglomération parisienne a suivi très précisément les variations de l’indicateur de l’Insee sur la propension des ménages à s’engager dans des achats importants. Si cette corrélation se vérifie plus particulièrement dans les grandes villes que sur le reste du territoire, c’est en raison du niveau de consommation plus élevé que la moyenne qui caractérise les populations vivant en métropole.

Toutefois, l’argument économique n’est pas le seul à entrer en jeu. La multiplication des circuits de collecte spécialisés a également changé la donne. Ainsi, les déchets portés en déchetteries par les particuliers ou confiés à des prestataires spécialisés par des commerces et services représentent autant de tonnages qui ne sont pas ramassés par les bennes à ordures de la collecte publique. Au niveau national comme dans les grandes villes, le mouvement de création des déchetteries par les communes a été très dynamique entre 1995 et 2003, se stabilisant depuis 2005. Au cours des dix dernières années, la progression des tonnages issus de ce circuit de collecte a été plus importante que la progression des tonnages issus des collectes séparatives (tri sélectif des déchets). Aussi, la baisse de la collecte publique ne rend-t-elle pas forcément compte de l’évolution globale de la production de déchets sur le territoire.

Enfin, diverses tendances ont appuyé une réduction de la production de déchets à la source, à l’instar de la miniaturisation des produits, de l’essor de la multifonctionnalité des appareillages, de la diminution du poids des emballages. Ont également influé dans ce sens la diffusion de la micro-informatique et la numérisation de nombreux support, ainsi que la tertiarisation de l’économie. Cette dernière a, en effet, favorisé de manière indirecte la baisse de production de déchets, notamment en orientant davantage la consommation des ménages vers plus d’achats de services et moins d’achats de biens matériels.

Cécile Cassier
1- Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 05 avril 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
28

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS