Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.


Fermer
Univers Nature - Actualité, ennvironnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » 300 000 litres de soude déversés en Gironde
L'éco-photo de la semaine
magasin bio qui produit ses legumes


Newsletter
+ de 150 000 abonnés

La ruche qui dit oui !
Les 5 dernières ruches ouvertes !

Chiffre Clé
· 190 000 litres d’eau potable sont perdus toutes les 5 secondes en France ·
1 300, c’est le nombre de milliards de litres d’eau potable perdus dans des fuites en France. [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Le principal prédateur du maïs s’adapte à sa ...
  2. En savoir plus sur les ampoules à LED
  3. Le GIEC ne fait plus recette
  4. Pollution de l’air intérieur, une ...
  5. Revêtements de sol écolo : y’a du choix !!

Focus Sur
maison ecologique
Une maison écolo pas comme les autres

Archives depuis 1999





Le dossier du mois
Revêtements de sol écologique
Si parfois, l’offre de produits écologiques est limitée, ce n’est assurément pas le cas pour les revêtements de sol. Il y en a pour tous les goûts et les pièces, avec des touchés très différents et des matières aussi variées que les couleurs, pour au final, des combinaisons décoratives et fonctionnelles qui n’auront de limite que votre imagination. • Les sols durs et froids - [...] Lire la suite ...


300 000 litres de soude déversés en Gironde

Le 5 juillet 2012, l’une des cuves de l’usine de fabrication de pâte à papier Smurfit Kappa, implantée à Biganos, en Gironde, s’est éventrée, répandant 300 000 litres de soude caustique et autres composés dans la Leyre, principal affluent du Bassin d’Arcachon. Le 19 juillet, l’association Sibylline (1) faisait déjà état de plus de 350 kg de poissons en décomposition, de rats et ragondins ramassés. Mais l’impact sur la faune (loutres…) de cette zone classée Natura 2000 sera probablement bien plus lourd avec un risque de contamination des nappes phréatiques. En outre, ces rejets menacent l’activité conchylicole de ce bassin déjà fragilisé.

Etat de corrosion avancé des installations d’où des cuves non étanches, simple talus en terre en guise de bac de rétention etc., font que, bien qu’accidentelle, cette pollution était prévisible. Une autre pollution, celle-ci programmée, confirme le faible degré de sensibilité à la préservation de l’environnement de la société. Celle-ci projette en effet de déverser prochainement 3 500 000 litres de ses résidus directement dans l’océan, au niveau du Wharf de la Salie. Dissimulé en profondeur pour préserver le public de l’aspect rébarbatif des déversements, cet émissaire en mer est utilisé pour rejeter les effluents épurés du Bassin d’Arcachon. Le 20 juillet, sous l’égide du sous-préfet d’Arcachon, Mr Jean-Pierre Hamon, l’ensemble des acteurs concernés se réuniront pour entériner cette nouvelle pollution.

Cécile Cassier
- Fondée en 2003 pendant la marée noire du Prestige, l’association Sibylline regroupe des vétérinaires français et espagnols.
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 juillet 2012 à 12:00

3034 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Josemite
21 juillet 2012 - 0 h 00 min

Bizarre plus de 15 jours déjà et aucun article dans la presse ! Le pouvoir de l’argent a encore une fois gagné sur la nature. Plus les déversements de liquides pollués dans l’océan : dans quel monde vivons nous. Si en plus le sous préfet est d’accord qu pouvons nous espérer.


marseille42
22 juillet 2012 - 0 h 00 min

Et surtout ne pas en informer population et touristes en période estivale! Quels sont les parfaits crétins qui ont autorisé l’installation d’industries polluantes et dangereuses près d’un cours d’eau aussi important et fréquenté que la Gironde? Il est vrai qu’à Marseille, il existe autour d’une zone très peuplée une usine Sevéso, un site pollué par des déchets radioactifs….et que les responsables politiques et administratifs ne s’en émeuvent pas. En attendant la catastrophe après laquelle sera invoquée la fatalité.


stardiet
24 juillet 2012 - 0 h 00 min

c’est vraiment insupportable de laisser faire ces stockages de produits toxine sans une sécurité maximale et loin d’un fleuve qui va forcément répandre ces pollutions. Personnellement j’habite sur une zone classée Natura 2000 et on me fait chier parce-que je veux faire une extension bois sur ma maison !
Je ne risque pourtant pas de polluer !
Il y a vraiment des magouilles pour qu’une entreprise puisse stocker des produits à risques dans ces zones protégées…


thinkgreen
25 juillet 2012 - 0 h 00 min

Il faut investir dans l’INNOVATION VERTE !

« Les quatre parties du bois, digérées par les mêmes bactéries présentes dans le système digestif des lapins :
la cellulose pour le papier, l’hémicellulose en tant que matière première pour des sucres alimentaires, la lignine comme un combustible de haute qualité et les lipides pour l’huile »

http://www.blueeconomy.eu/m/news/view/Innovations-in-Paper



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
41

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS