Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Pollution - Déchêts » 2010 : nouveaux records de concentration de gaz à effet de serre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






2010 : nouveaux records de concentration de gaz à effet de serre

Selon le dernier bulletin de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), les concentrations de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère ont atteint de nouveaux pics en 2010, surpassant les niveaux records déjà observés en 2009. En effet, les GES d’origine anthropique présents dans l’atmosphère ont atteint en 2010 les plus hauts niveaux jamais enregistrés depuis l’époque préindustrielle. On constate également une accélération du taux d’accroissement de ces gaz, avec notamment une augmentation notable de la concentration de protoxyde d’azote. En conséquence de quoi, « le forçage radiatif de l’atmosphère par les gaz à effet de serre », à l’origine d’un réchauffement du système climatique, s’est accru de 29 % entre 1990 et 2010.

A ces conclusions, fait écho un nouveau rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). Dans ces travaux récemment publiés, les experts climatiques expliquent que les épisodes de fortes chaleurs risquent de se multiplier et de gagner en intensité dans l’ensemble du monde, sous l’effet des émissions de GES. Ainsi, dans le cas du scénario prévoyant des émissions élevées, la fréquence des jours chauds sera probablement multipliée par dix dans la plupart des régions du monde. Les fortes précipitations devraient également être plus fréquentes. Par ailleurs, si leur nombre devrait stagner ou diminuer, les cyclones tropicaux devraient s’illustrer par une augmentation de la vitesse du vent.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 21 novembre 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
24 novembre 2011 - 0 h 00 min

Les changement qui attendent la biosphère se précisent, bien qu’on reste pour l’instant dans un flou suffisant pour que personne ne s’inquiète vraiment, et que certains « négationnistes climatiques » disent même que c’est faux. Comme pour beaucoup de phénomènes (la surpopulation par exemple), le changement climatique se produit à une vitesse suffisamment lente pour ne jamais provoquer de réaction importante et collective de l’humanité (cf tous les protocoles et accords sur lesquels tout le monde s’asseoit tranquillement après les avoir signés). Pour qu’un événement produise un résultat (une réaction), il faut que ce soit une « catastrophe », c’est à dire qu’il se produise dans un temps court par rapport au temps des Hommes (cf Fukushima). Pourtant, du point de vue de l’ampleur de l’événement, le réchauffement atmosphérique par effet de serre, c’est autre chose que l’événement du Japon. Mais c’est trop lent pour nous émouvoir… On verra bien…
Et puis les pays riches et « leader » de l’humanité sont majoritairement dans les régions tempérées; ainsi, sans trop l’avouer, ils estiment peut-être que, dans un premier temps du moins, quelques petits degrés de plus ne pourraient pas faire de mal…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
25

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS