Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Phénomene naturel » Recrudescence des séismes exceptionnels : simple hasard ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Recrudescence des séismes exceptionnels : simple hasard ?

Indonésie en 2004, Chili en 2010 et Japon en 2011 : tout porte à croire que nous subissons davantage de séismes de très grande ampleur ces dernières années. Des secousses avec de telles magnitudes (respectivement 9,1, 8,8 et 9) sont statistiquement extrêmement rares : ainsi, seulement sept séismes d’une magnitude équivalente ou supérieure à 8,8 ont eu lieu depuis 1900, dont trois dans les six dernières années !

Dans une mise à jour d’une analyse publiée pour la première fois en 2005, Charles Bufe, un ancien sismologue du Geological Survey américain (USGS) et son collègue David Perkins, un géophysicien de l’USGS, affirment que la dernière série en date de séismes majeurs pourrait être la marque du début d’une nouvelle « épidémie » mondiale de méga-séismes. D’après leur modèle, la probabilité pour qu’un autre séisme de magnitude 9 ou plus ait lieu dans les six prochaines années est d’environ 63%.


C’est un avertissement inquiétant quant l’on sait ce que les scientifiques révèlent aujourd’hui au sujet des forces monumentales à l’origine du séisme d’une magnitude de 9,0 qui a dévasté le Japon le 11 mars dernier. La principale secousse a fait rompre une zone de bloquage sismique mesurant 250 kilomètres de long et 175 kilomètres de large.

Dans l’ensemble, ces secousses et ces répliques ont affecté des zones qui avaient déjà glissé suite à cinq séismes différents. En conséquence, la totalité de la partie Nord de Honshu, la plus grande île du Japon, s’est déplacée d’un mètre vers l’Est, et un site se situant près de l’épicentre du séisme s’est même déplacé de 5,4 mètres horizontalement et enfoncé de 1,1 mètres dans l’eau, aggravant l’impact du tsunami qui a eu lieu quelques heures après la secousse.

Néanmoins, ces méga-séismes pourraient n’avoir aucun lien entre eux d’après plusieurs scientifiques. Selon Richard Aster, un géophysicien de l’Institut du Nouveau Mexique pour la Mine et la Technologie, cette accumulation de séismes pourrait être liée au fait que les statistiques s’appuient sur un échantillon de petite taille. En effet, la sismologie moderne n’a qu’un peu plus d’un siècle, quand les processus tectoniques qui génèrent des séismes majeurs sont produits par des centaines voire des milliers d’années d’activité, selon lui.

Une thèse qui ne signifie pas que les séismes majeurs ne stimulent pas davantage d’activité sismique. Ainsi, à peine quatre mois après le séisme qui a frappé l’Indonésie en décembre 2004, une secousse d’une magnitude de 8,6 a eu lieu un peu plus bas sur la même côte, résultat selon les scientifiques de la redistribution de la pression sismique sur la croûte terrestre suite au premier séisme. Habituellement, l’extension de cette pression est limitée à la région voisine du séisme, d’après R. Aster.

En savoir plus en lisant

l’article source
de notre-planete.info

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thinkgreen
27 avril 2011 - 0 h 00 min

Il est connu que la lune est au plus proche de la Terre en ce moment (depuis 1992). Cela explique les plus grands mouvements de l’écorce (marée terrestre). De plus le champ magnétique de la Terre est perturbé car Jupiter et Saturne conjuguent leurs effets gravitationnels sur le soleil en ce moment aussi d’où plus de protubérances solaires et donc de perturbations de notre magnétosphère via les particules cosmiques et donc l’augmentation de l’occurrence des aurores boréales au pôles et perturbation des mouvements magmatiques à travers notre noyau terrestre ferrique..

Guillaume Besset
http://www.eco-veille.com



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
137

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS