Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Phénomene naturel » Inondations et glissements de terrain en Bolivie
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Les voitures les moins polluantes en 2017
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Inondations et glissements de terrain en Bolivie

Depuis janvier 2011, la Bolivie connaît de fortes précipitations. Début mars, celles-ci ont entraîné des inondations et d’importants glissements de terrain, notamment dans l’agglomération de La Paz située en contrebas d’une vallée étroite. Déclenché le 26 février, un glissement de terrain de très grande ampleur spatiale a touché de nouveaux quartiers. Il affecte un vaste territoire, comprenant plus de 100 hectares de tissu urbain. Début mars, alors que le glissement n’avait pas encore été stabilisé, on estimait à au moins 250 le nombre de logements détruits, sans compter les infrastructures publiques (écoles, réseaux de distribution d’eau potable…). Près de 5000 sinistrés s’orientaient alors vers les refuges.

Mais des conséquences sur le plus long terme se dessinent. En effet, 300 000 habitants, soit un tiers de la population de La Paz, sont privés d’eau potable, le réseau principal de distribution d’eau ayant été fortement endommagé. En outre, le glissement pourrait détourner le torrent Irpavi de son lit, lequel inonderait alors le tissu urbain en aval, considéré comme le plus riche de l’agglomération pacénienne (La Paz).

Affectés en Bolivie, des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) ont identifié plusieurs causes à ces événements. D’une part, l’actuel épisode de La Niña a favorisé l’augmentation du volume des pluies et leur fréquence, d’où l’arrivée d’inondations. Mais les scientifiques ont également souligné la prévisibilité de ces glissements de terrain face à une urbanisation galopante et non maîtrisée. En effet, la Bolivie connaît une forte urbanisation, ayant entraîné la construction d’habitations en zones à risque. Pour autant, les mesures de gestion des risques naturels, et notamment les systèmes de surveillance des terrains et des torrents, les plans d’évacuation et de secours, restent insuffisants. Dès 2007, les chercheurs de l’IRD avaient noté des problèmes de calibrage des ouvrages destinés à canaliser le torrent Irpavi, favorisant l’urbanisation du secteur alors qu’un faisceau de failles parcourait déjà les terrains.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 16 mars 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS