Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Phénomene naturel » Des ouragans moins fréquents mais plus violents
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Quel panneau solaire pour recharger une batterie ?
  2. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  3. Prendre conscience de l’impact des ...
  4. Greenpeace contre le suremballage
  5. Le Bitcoin est très gourmand en énergie


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des ouragans moins fréquents mais plus violents

Dans une étude publiée jeudi, des météorologues américains estiment que le nombre d’ouragans, typhons ou cyclones, de grande puissance a quasiment doublé au cours des 35 dernières années, parallèlement à l’augmentation de la température de la surface des océans. Selon l’équipe de P. Webster (institut de technologie de l’université de Georgie à Atlanta) cette hausse des phénomènes météorologiques violents pourrait être lié au réchauffement climatique, puisque ces tempêtes, d’une violence extrême, utilisent la chaleur des océans pour acquérir leur puissance*.

Les chiffres sont éloquent, puisque le nombre de tempêtes de catégorie 4 et 5 (le maximum sur l’échelle Saffir-Simpson) a presque doublé en 35 ans, passant de 20%, dans les années 70 (en moyenne 10 ouragans), à 35% ces dix dernières années (environ 18 ouragans par an).

Toutefois, au-delà de ce constat, la hausse des températures océaniques devrait également accroître le nombre de cyclones toutes catégories confondues, or celui-ci a diminué, tout comme leur durée, depuis dix ans, laissant les chercheurs perplexes.

Si la tendance est là, pour les scientifiques c’est insuffisant pour définir une certitude. Les météorologues devront donc recueillir de nouvelles données sur une période encore plus grande, afin d’affiner leurs modèles et conclusions.

* Un ouragan ne peut se former que si la température à la surface de l’eau est d’au moins 26°C, générant un air chaud et humide nécessaire à son développement. Ce besoin explique que dès qu’il arrive sur la terre ferme (ou qu’il se déplace sur des eaux plus froides), coupé de sa source d’énergie, l’ouragan diminue progressivement d’intensité, jusqu’à disparaître.

Alex Belvoit
Photo © NASA

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS