Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Un serpent utilise le venin de ses proies pour son propre compte
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un serpent utilise le venin de ses proies pour son propre compte

Selon une récente découverte de chercheurs de l’Université Old Dominion, en Virginie, le serpent Rhabdophis tigrinus (1) a mis au point un procédé original lui permettant de faire du venin de ses proies son propre venin.

Totalement dépourvu de venin à la naissance, ce reptile, en se nourrissant de crapauds toxiques, parvient à conserver la substance sécrétée par leur peau : la bufadienolide (un poison extrêmement dangereux). Non content de ne pas en mourir, il pousse la prouesse jusqu’à l’acheminer dans ses glandes nucales (glandes situées sur la nuque) où elle lui servira de venin. Une aubaine pour ce serpent qui d’ordinaire fuit devant ses prédateurs, notamment le faucon. En possession du venin, il n’hésite plus à faire face et s’arc-boute de sorte que son agresseur touche en premier lieu la nuque, autrement dit les glandes porteuses du poison. Plus étonnant encore, les femelles serpents en possession du venin n’hésitent pas à en injecter dans leurs œufs pour permettre à leur progéniture d’en bénéficier dès leur naissance.

Les chercheurs ignorent encore comment le venin du crapaud passe de l’appareil digestif du serpent à ses glandes, et si la substance reste identique après ce transfert.

Si on connaissait déjà le cas d’invertébrés fabriquant leur venin à partir d’autres espèces (des mollusques avec des végétaux, par exemple) ) ou encore de vertébrés (des grenouilles avec des insectes), ce serpent est le premier cas recensé chez les reptiles.

Cécile Fargue
1 – Une espèce de serpent présente uniquement en Asie du Sud-Est, principalement en Chine et au Japon. C’est une petite couleuvre, ressemblant beaucoup à notre couleuvre à collier, atteignant plus d’un mètre de long. C’est un serpent aglyphe, c’est-à-dire dépourvu de crochets venimeux.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 mars 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS