Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Un primate fossile se découvre une nouvelle origine
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un primate fossile se découvre une nouvelle origine

En 1992, un petit primate fossile, vieux de 50 millions d’années, était découvert dans le Sahara algérien. Pesant 75 g et identifié comme étant un Algeripithecus, il fut dès lors considéré comme le plus ancien des primates anthropoïdes (1) africains connus. Cette découverte avait, à l’époque, fortement joué en faveur de l’hypothèse faisant de l’Afrique le berceau des primates anthropoïdes, auxquels on affiliait alors le type Algeripithecus.

Illustration ci-contre – Une mandibule d’Algeripithecus, découverte sur le site algérien

Mais c’était sans compter une récente révélation, mise au jour par des chercheurs français et des paléontologues algériens, sur le site de Glib Zegdou, au Nord-Ouest de l’Algérie. Ces scientifiques ont, en effet, exhumé des restes crâniens et dentaires de deux espèces de primates, l’une de type Algeripithecus, et la seconde de type Azibius. Cette dernière compte parmi les plus anciens représentants africains des lémuriformes, un groupe de primates non anthropoïdes, représenté aujourd’hui par les lémuriens de Madagascar, les galagos d’Afrique centrale et les loris d’Asie du Sud.

En comparant les deux spécimens, les spécialistes ont dégagé des caractéristiques communes, notamment une adaptation à la vie nocturne et une dentition particulière, spécifiques non pas aux primates anthropoïdes mais au groupe des lémuriformes. Aussi, déduction s’impose, Algeripithecus, à l’instar de son proche parent Azibius, n’appartient pas à la famille des primates anthropoïdes. En réalité, il serait très probablement l’un des plus anciens représentants des lémuriformes en Afrique. Cette révélation montre que le passé est finalement loin d’être derrière nous et a encore beaucoup de choses à nous apprendre.

Cécile Cassier
Photo © Rodolphe Tabuce – CNRS

1- Qui ressemble à l’homme.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 11 septembre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
218

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS