Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Tortues marines : un projet d’arrêté français les menace
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Tortues marines : un projet d’arrêté français les menace

Ce n’est pas nouveau, la plupart des espèces de tortues marines sont menacées. Les causes sont bien identifiées avec les sacs plastiques que les tortues peuvent ingérer, l’utilisation de filets non-sélectifs qui les piègent et, surtout, le braconnage et le ramassage illégal des oeufs.

Avec des effectifs en chute libre pour certaines espèces (tortue luth…), aujourd’hui seule l’adoption de mesures internationales draconiennes peut entretenir l’espoir de sauver des animaux qui ont fait leur apparition il y a 80 millions d’années. Pour cela, la législation doit être sans faille, ce qui ne semble pas le cas de celle que la France prépare.

Très concernée par la protection des tortues marines, avec ses territoires et département d’Outre mer qui comptent plusieurs sites de nidification, la France travaille à la rédaction d’un arrêté visant à les protéger.

Si le projet d’arrêté, de juin 2004, envisage une stricte protection en interdisant ‘… la détention, le transport, la naturalisation, le colportage, la mise en vente ou l’achat, l’utilisation commerciale ou non des spécimens de tortues marines prélevées dans le milieu naturel…’, le texte s’accompagne également de nombreuses dérogations. Parmi celles-ci, figure la possibilité d’autoriser une activité commerciale visant à écouler des stocks d’écailles ou de produits dérivés. Or, dans l’impossibilité de dater précisément et simplement les différents produits, autoriser le commerce c’est encourager implicitement les trafiquants et braconniers.

Sur la petite île de Mayotte, territoire français dans l’océan Indien, malgré les efforts visant à sensibiliser la population, chaque année on estime qu’environ 2 000 tortues sont victimes du braconnage.

Pour l’association Oulanga na Nyamba, qui oeuvre pour la sauvegarde des tortues, l’adoption de cet arrêté serait la négation ‘…des résultats obtenus en matière de dissuasion du braconnage, progrès acquis contre des habitudes culturelles solidement ancrées, et dans un contexte de pénurie alimentaire notoire. Ce serait ouvrir la porte aux trafiquants en tout genre, conduisant ainsi les espèces de tortues marines vers une fin rapide et tragique.’ Selon Oulanga na Nyamba, les conséquences auraient un impact sur toutes les espèces protégées, et le texte créerait un précédent que d’autres pays ne manqueraient d’exploiter pour leurs propres besoins. A ce titre, l’association, qui vient de prendre connaissance du projet, envisage d’interpeller les instances européennes et, dans une lettre au ministère de l’écologie, refuse de ‘… cautionner de telles décisions, arbitraires et sans aucune concertation, notamment avec ceux, fonctionnaires ou bénévoles, qui se dévouent sans compter, afin que survivent ces espèces.’

Pascal Farcy

photos © Huguet / BIOS

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 12 février 2005 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
759

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS