Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Pourquoi les lézards perdent-ils leur queue ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Pourquoi les lézards perdent-ils leur queue ?

Enfants, nous avons probablement tous fait cette expérience déroutante. A la poursuite d’un lézard des murailles, sa queue nous est toujours restée entre les mains…

Les scientifiques interprètent cette capacité des lézards comme une stratégie anti-prédateurs. En laissant choir son appendice caudal, l’animal améliore ses chances de fuite, détournant l’attention d’un assaillant perplexe devant un petit bout de queue qui bouge encore. Si cette compétence est commune à presque tous les lézards, la facilité avec laquelle ils perdent leur queue varie entre les différents groupes d’espèces et les zones géographiques. Car, question stratégie, entre la simple fuite ou la crispation, perdre sa queue représente un coût énergétique important mais est aussi très handicapant. Or, pour que cette tactique ait été sélectionnée par l’évolution, elle a du prouver son efficacité. On s’attend dès lors à ce que le degré d’expression de ce que les scientifiques nomment « l’autotomie caudale » chez les lézards dépende des conditions environnementales et tout spécialement de la pression de prédation.

Une équipe de recherche de l’Université du Michigan vient de tester cette hypothèse en comparant 15 espèces de lézards méditerranéens. Les études ont été menées sur le terrain et en laboratoire, en Grèce et dans les îles de la Mer Egée, considérant plusieurs habitats et plusieurs « combinaison » de prédateurs. D’après les observations, l’autonomie caudale varie substantiellement entre les populations étudiées et les résultats, publiés ce mois-ci dans la revue Evolution (1), confirment bien que les prédateurs sont en cause. Mais, pas n’importe quelle sorte de chasseurs ! Parmi tous les serpents, les rapaces et des mammifères comme les renards qui se nourrissent de lézards, c’est la présence des vipères qui expliquent le mieux les différences observées.

Effectivement, les vipères, surtout à leur stade juvénile, s’attaquent très fréquemment aux lézards. D’après l’équipe de chercheurs, il était donc logique que la proie ait évolué en fonction du caractère de son principal ennemi, c’est-à-dire, son venin mortel. Et c’est bien là que perdre sa queue s’avère des plus compétitifs. Une rapide autonomie caudale va empêcher le venin de se diffuser dans les organes vitaux. Le lézard y laissera peut être un morceau mais pourra sauver sa peau.

Elisabeth Leciak
1- Panayiotis Pafilis, Johannes Foufopoulos, Nikos Poulakakis, Petros Lymberakis, Efstratios D. Valakos. Tail Shedding In Island Lizards [Lacertidae, Reptilia]: Decline Of Antipredator Defenses In Relaxed Predation Environments. Evolution, 63-5, 2009.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 25 avril 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Thierry G
27 avril 2009 - 0 h 00 min

Bien que d’une certaine façon la queue prenne son autonomie (!), il ne s’agit pas de « l’autonomie caudale » comme vous l’avez écrit, mais de « l’autotomie caudale ».


Elisabeth
30 avril 2009 - 0 h 00 min

Joli lapsus! merci d’avoir relevé !


christine
1 mai 2009 - 0 h 00 min

est-il vraiment ausi important de savoir « pourquoi » les lezards perdent leur queue? au point d’en enfermer certains dans des labos et de les mettre en presence de viperes ou autres predateurs? pourquoi toujours chercher a « savoir »? combien de lezards ont perdu la vie pour des chercheurs « sachent »? laisser faire la nature et lui faire confiance sans toujours chercher a savoir, c’est ça la sagesse!


Clarad
18 juin 2014 - 3 h 27 min

Bonjour,
Je me pose une question, faut il attraper le lezard par la queue pour qu’il la lache ou bien le simple fait de ce sentir menacer peut il entrainer l’autotomie caudale?
Parce que mon chat avez un lezard dans la bouche qui a ete sauver mes il n’avais plus de queue, alors je me suis poser la question.
Merci d’avance pour votre réponse
Clara


Dès l’aurore
23 juillet 2014 - 12 h 49 min

Relever les lapsus c’est bien, les corriger ce serait mieux. Madame Leciak, quelle crédibilité dois-je accorder à un article – pourtant intéressant sur le fond – mais qui comporte plusieurs fautes d’orthographe et aucune apostrophe ?!?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1813

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS