Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Pondre moins, mais mieux : quand la nature s’adapte
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  4. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  5. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Pondre moins, mais mieux : quand la nature s’adapte

Nouvelle preuve de l’étonnante capacité de la nature à s’adapter à des conditions environnementales variables, deux chercheurs du CNRS ont mis en évidence l’aptitude de certaines femelles collemboles à conditionner leurs œufs de manière à leur octroyer les meilleures chances de survie.

Mesurant entre 1,5 et 2,5 millimètres de long, ces petits invertébrés ont longtemps été intégrés à la classe des insectes. Mais le collembole présente certaines spécificités qui contestent cet amalgame. Dit « aptère », il ne possède pas d’ailes et se déplace en sautant. Egalement « amétabole », l’hexapode (1) en question ne dépasse jamais le stade larvaire. S’il ne subit pas de métamorphoses, cela ne l’empêche pas pour autant de jouer un rôle fondamental dans le cycle de vie du sol. En effet, allié non négligeable du compostage, il intervient dans la décomposition de la litière (feuilles mortes…) en transformant les matières végétales en humus, riche en minéraux.

Présent en abondance, le collembole semble être particulièrement sensible au milieu dans lequel il s’implante. C’est du moins la conclusion qui s’impose suite à l’étude menée au CNRS. En effet, confrontée à un environnement devenu plus hostile, notamment en raison d’une raréfaction de la nourriture face à la multiplication des individus, la femelle collembole est capable d’adapter simultanément la taille et le nombre de ses œufs d’une ponte à l’autre. Ainsi, dans un contexte de compétition alimentaire, ceux-ci seront moins nombreux mais plus gros. Les nouveau-nés bénéficieront dès lors d’une meilleure résistance grâce à une masse corporelle plus conséquente.

Mais cette faculté d’acclimatation a une contrepartie. Les scientifiques ont effectivement démontré que les individus pratiquant cette « reproduction plus intense » souffraient parallèlement « d’une mortalité plus précoce ». C’est à ce prix que se paie la conservation de l’équilibre naturel.

Cécile Cassier
1- Qui est muni de six pattes

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 15 septembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS