Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Ours : grand écart de Chantal Jouanno entre pro et anti-ours
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Ours : grand écart de Chantal Jouanno entre pro et anti-ours

Le début des années 2000 a démontré que les Pyrénées étaient aptes à accueillir et faire prospérer une population ursine, via son renfort par des opérations de réintroduction. Décriée par les uns, souvent avec véhémence, pour ne pas dire violemment, et encensée par les autres, jusqu’à une personnalisation parfois limite (cercueil …), la petite population d’ours pyrénéens (une vingtaine aujourd’hui) déchaîne les passions et partage les politiques quant à sa gestion.

C’est dans ce cadre qu’était attendue la présentation du nouveau Plan Ours par la secrétaire d’Etat à l’écologie, Chantal Jouanno. Faite ce matin, à l’occasion d’une interview exclusive au quotidien Le Parisien, puis sur le terrain à Toulouse (Haute-Garonne), le nouveau plan ours tente la recherche d’un impossible consensus.

Estimant que ‘l’écologie doit se faire avec les populations locales’, la secrétaire d’Etat a présenté un plan ours qui sonne la fin des réintroductions systématiques qui ont permis la reconstitution d’un noyau de population actif dans les Pyrénées centrales. S’appuyant sur les 19 individus dénombrés, auxquels se sont ajoutées deux naissances en 2009 et deux autres cette année, elle a estimé que ‘… les conditions d’une reproduction naturelle sont à présent réunies’ avant d’ajouter qu’il n’était ‘… pas question de laisser cette population d’ours s’éteindre’. A ce titre, un ‘remplacement systématique’ des ours tués par l’homme a été décidé, et pour l’inaugurer une femelle va être introduite dans le Béarn, où seul des mâles cohabitent. Outre ce renfort ponctuel, un suivi annuel et individualisé va voir le jour pour éventuellement décider de réintroduire des ours ‘si l’on constate qu’il y a trop peu de naissances pour maintenir l’espèce’. A l’inverse, ‘si un animal pose problème en s’approchant à plusieurs reprises trop près des habitations … nous proposerons qu’il soit retiré du massif et envoyé dans un parc’.

Enfin, rappelant ‘qu’il y a eu trop de problèmes, de heurts, de crispations locales lorsqu’on a imposé aux Pyrénéens un renforcement de la population d’ours en 2006′, elle veut que ‘le temps de bien choisir l’animal’ à introduire soit pris, soulignant juste à propos que ‘Les ours ne sont pas des peluches, et qu’il faut que toutes les conditions soient réunies pour qu’un plantigrade soit réintroduit sans risque d’être tué.’

Au final, si la position adoptée peut sembler sage, il est peu probable qu’elle ne reçoive le soutien des parties prenantes, ni même des ours qui, s’ils pouvaient se prononcer, demanderaient probablement un peu de sang neuf pour apporter de la diversité dans une population qui en manque fort.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
30 juillet 2010 - 0 h 00 min

Si l’on écoute que les éleveurs il n’y aura bientôt plus que des moutons comme animaux dans les montagnes. Malheureusement on est toujours obligé de composer avec ces gens là qui croient que toute la nature leur appartient. Encore une fois la pression du lobby des éleveurs a dû être bien pesante pour aboutir à cette décision timorée.


Wikum
1 août 2010 - 0 h 00 min

Je suis PRO ours, mais je ne comprends pas cet acharnement à vouloir les réintroduire de force au péril de leur vie ! On retire ces ours d’une région où ils ont leurs habitudes, leur vie , pour les réintroduire dans un lieu où de toutes façons, plus ici qu’ailleurs, ils seront la cible des anti-ours, comme les loups…alors ???? où est le raisonnable dans tout ça ??? le travail est plus long à faire mais d’abord sur l’homme, les nouvelles générations, son acceptation et les conditions raisonnables pour qu’ils puissent faire leur travail …. n’y a t’il pas d’autres dossiers plus urgents tels que leur protection dans leur environnement actuel, la disparition de bien d’autres espèces, la barbarie de l’homme (corrida, animaux de labo, boucherie, élevage, transports,trafics, espèces inutilement domestiquées etc…)de ces dossiers, jamais un mot, ben oui c’est moins gratifiant sans doute pour une ministre !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
19

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS