Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Oiseaux migrateurs : des sentinelles de l’environnement à la dérive
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Oiseaux migrateurs : des sentinelles de l’environnement à la dérive

Selon le programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), la migration concerne chaque année quelque 50 milliards d’oiseaux, représentant environ 19 % des 10 000 espèces du globe. Pourtant, les espèces migratrices sont de plus en plus menacées, notamment par la raréfaction des sites migratoires nécessaires à leur reproduction et leur ravitaillement. L’augmentation de la population humaine, l’urbanisation rapide des campagnes, l’assèchement des terres, le développement d’infrastructures telles que les plates formes off-shore, l’utilisation non durable des sites naturels sont responsables de la perte, de la fragmentation et de la dégradation des habitats naturels des oiseaux. S’intensifiant à l’échelle planétaire, l’utilisation non durable des terres prend de multiples aspects, tels que la déforestation, l’agriculture intensive, la production d’agrocarburants, l’urbanisation, les activités d’exploitation minière.  

Au cours des 25 dernières années, la perte de près de 50 % des laisses de vase (mélange vase / sable) intertidales (1) dans la mer Jaune, découlant de l’assèchement de terres, a causé le déclin de nombreux oiseaux de mer le long de la voie de migration d’Asie de l’Est-Australasie. Bordant la Chine et la Corée du Nord et du Sud, les côtes de la mer Jaune constituent un site stratégique pour beaucoup d’oiseaux de mer utilisant cette voie de migration d’Australasie (2) jusqu’à leurs sites arctiques de reproduction.

Guère mieux lotis, les habitats d’eau douce doivent également faire face à des pressions croissantes dues à l’intensification de l’agriculture, à la dérivation de l’eau des zones humides à des fins d’irrigation et à l’extension des zones urbanisées.

Ces facteurs environnementaux changeants ne sont, toutefois, pas les seules causes de l’inhospitalité de certains sites migratoires. Ainsi, réfugiés sur les côtes françaises en novembre 2010 en raison de conditions météorologiques difficiles, près de 5 000 canards siffleurs furent condamnés à rester posés en mer face à la commune de Sangatte (Pas-de-Calais), sous peine d’être abattus par des chasseurs les empêchant de s’alimenter dans les polders (3).

Actuellement, deux traités intergouvernementaux se consacrent à la conservation des animaux migrateurs à l’échelle mondiale, à savoir la Convention sur les espèces migratrices et l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie. Ils sont à l’origine de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, tenue les 14 et 15 mai derniers et destinée à sensibiliser le public sur le devenir de ces espèces spécifiques. Dépendants de nombreux habitats au gré des itinéraires empruntés, les oiseaux migrateurs sont particulièrement vulnérables aux environnements changeants. Ils constituent, de ce fait, des indicateurs pertinents de la santé de notre environnement. Or, le message qu’ils délivrent actuellement n’est guère optimiste.

Cécile Cassier
1- La zone intertidale correspond à la zone du littoral balayée deux fois par jour par le flux et le reflux de la marée.

2- Ne répondant pas à une définition figée, l’Australasie désigne une partie de l’Océanie qui comprend généralement l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

3- Un polder est une étendue artificielle de terre dont le niveau est inférieur à celui de la mer.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
cuicui
28 mai 2011 - 0 h 00 min

Il est éxact que les chasseurs des zones humides de la frontière belge à la baie de SOMME sont très actifs et très suceptibles.Il faut tout faire pour arréter ces massacres nocturnes d’oiseaux aquatiques et l’assassinat des dernières loutres qui pourraient admirer le clair de lune aisi que que le balbuzard et le pygargue.Il faut absolument encadrer sérieusement ce genre de chasse.Chasseurs sérieux , la majorité,réagissez contre ces abus qui vous causent un préjudice.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
27

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS