Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Nouvel épisode de dégazage en Méditerranée
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Nouvel épisode de dégazage en Méditerranée

Alors même que l’on saluait en juillet dernier un nombre de pollutions maritimes à la baisse, un nouvel incident est survenu cette semaine au large du Sud-Est de la Corse.

Deux nappes d’hydrocarbures, la première ayant sévi le week-end dernier, ont ainsi gagné le littoral corse, menaçant dangereusement la réserve naturelle de Scandola, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Première réserve française à héberger un patrimoine tout à la fois terrestre et marin, Scandola abrite plus de 450 espèces d’algues et environ 125 espèces de poissons, parmi lesquelles comptent des spécimens rares tels le mérou, la badêche, le denti et le corb.

Une richesse naturelle désormais en danger alors que les premières galettes de goudron ralliaient en début de semaine les plages de la réserve. A peine celles-ci nettoyées, une deuxième vague de pollution s’annonça qui, en raison d’une mer agitée, n’avait pu être rapidement identifiée. Mais, si elle n’a pu être anticipée, cette récidive a néanmoins été prise à temps, les travaux de nettoyage s’étant clos la nuit dernière. Grâce à la rapidité d’intervention des agents du Parc naturel régional de Corse, aucune répercussion directe sur la faune et la flore locales ne serait pour l’heure à déplorer.

L’alerte est cependant maintenue en raison des vents soutenus attendus pour le week-end à venir. Ces derniers pourraient en effet acheminer vers le littoral de nouveaux arrivages de goudron, présageant un avenir sombre pour les quelques 80 km qu’embrasse la réserve depuis la presqu’île de Capo Rosso (commune de Piana) à la limite Nord de la commune de Galéria.

Selon toute vraisemblance, ces rejets seraient dus à un dégazage sauvage effectué le week-end dernier au large de l’île. Bien que les chances d’interpeller le contrevenant soient extrêmement minces, les élus des mairies locales ainsi que des organisations de protection environnementale se sont d’ores et déjà constitués partie civile et ont déposé plainte contre x.

En réponse à ce nouvel incident de pollution maritime, Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, et Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, ont réaffirmé hier leur volonté de mettre un terme à ces « actes irresponsables et irrespectueux du patrimoine marin ». Une déclaration qui fait écho au durcissement de la législation sanctionnant ce type de comportement, laquelle fait passer de 1 à 15 millions d’euros le montant maximal des amendes encourues.

Mais si ces mesures dissuasives sont encourageantes, encore faut-il se donner les moyens de les mettre en application. Or, comme en témoigne ce nouvel épisode, des efforts restent encore à fournir en matière de vigilance. Conscient de la nécessité de remédier à ces faiblesses, le ministère de l’Ecologie a néanmoins annoncé la mise en place « dans les prochains jours » d’un dispositif renforcé de surveillance aérienne, actif de jour comme de nuit.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 08 août 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
10 août 2008 - 0 h 00 min

Je ne vois qu’une solution: installer sur les bateaux une boîte noire enregistrant tout ce qui s’y passe, comme c’est déjà le cas pour les avions et les camions… Mais pour cela il faut une vraie coopération internationale, et une lutte déclarée contre les paradis fiscaux et les pavillons de complaisance. C’est pas demain la veille…


pagu d|la hiaute
10 août 2008 - 0 h 00 min

Ma foi , quand certaines marinas , certains ports privés et villas de luxe de Sardaigne , Carvallo et ailleurs seront englués dans le pétrole , ça fera peut être bouger les choses ….



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS