Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Nature et tourisme ne font pas bon ménage sur les îles de l’Atlantique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Nature et tourisme ne font pas bon ménage sur les îles de l’Atlantique

Bien que souvent assimilées au littoral qu’elles jouxtent, les îles de l’Atlantique doivent faire face à une pression touristique plus importante que celle sévissant sur les côtes. l’IFEN (Institut français de l’environnement) en a dénombré seize, comprenant toutes au moins une commune.

A la fois dépendantes et victimes des flux touristiques, ces îles diffèrent du littoral atlantique par leur faible population, majoritairement peu active et âgée. En raison d’une économie tournée essentiellement vers le tourisme, les zones artificialisées (tissu urbain, voies de communication…) couvrent plus de 15 % du territoire global des îles, soit un peu plus que la moyenne établie pour le littoral atlantique (13, 2 %). Ceci s’explique par un niveau de construction de logements plus élevé sur l’essentiel des îles. Ces dernières présentent toutes, en effet, une pression de construction (1) plus importante que la moyenne métropolitaine, entre 1990 et 2005, excepté dans le cas de l’île d’Ouessant.

Paradoxalement à l’origine du succès de ces portions de terre perdues en mer, les richesses biologiques des îles souffrent de cette popularité. On estime ainsi qu’en période estivale les touristes résidents peuvent être cinq fois plus nombreux que les îliens. Or, une telle pression humaine est nécessairement lourde de conséquences sur des territoires réduits où la nature reste très présente. Bien que la quasi-totalité des îles bénéficie d’au moins une protection (parc naturel…), des îles comme Ouessant, Groix, Belle-Île, Houat et Yeu mettent en péril leurs pelouses rases et leurs landes océaniques dont certaines sont réputées rares comme la lande à bruyère vagabonde. Les passages répétés des promeneurs peuvent entraîner la régression, voire la disparition, des dites pelouses, landes basses et dunes végétalisées. Pour exemple, le Conservatoire du littoral estime à 600 000 le nombre de visiteurs par an sur la Pointe des Poulains située à l’Ouest de Belle-Île.

Le trafic maritime généré est tout aussi nuisible aux écosystèmes qu’il traverse, les principaux risques environnementaux consistant en le raclage des herbiers (2), le rejet des eaux usées des bateaux et le dérangement des oiseaux nicheurs, notamment les sternes. Illustratives de l’attrait que constituent les abords des îles, des études ont permis de dénombrer jusqu’à 7 500 bateaux dans le golfe du Morbihan à la mi-août.

Les effets pernicieux de ce dynamisme intrinsèquement lié au tourisme ne touchent pas que la faune et la flore locales. Face à cette pression urbaine et touristique croissante, l’agriculture ne trouve plus sa place et peine à se maintenir. D’après l’IFEN, celle-ci aurait ainsi perdu sur l’ensemble de ces territoires îliens 41 % de ses surfaces entre 1970 et 2000 contre 19 % sur la façade atlantique. En conséquence de quoi, plus de 70 % des exploitations ont disparu, ôtant un débouché supplémentaire aux habitants locaux. Seuls Belle-Île, Batz et Noirmoutier font exception, ayant su tirer parti de leur climat au profit de la production de primeurs.

Du point de vue de l’immobilier, le bilan s’avère lui aussi négatif. De fait, l’acquisition de logements secondaires par des résidents saisonniers aux revenus élevés, cumulée à la rareté des terrains constructibles, réduit l’accès des populations locales au foncier et ne favorise pas le maintien de celles-ci. Par ailleurs, l’aménagement de logements individuels et de lotissements, de locaux non résidentiels et de zones commerciales dénaturent et dégradent les paysages, lesquels représentent pourtant, aujourd’hui, le principal « fonds de commerce » de ces îles.

Cécile Cassier
1- Elle se calcule par le nombre de m2 construits par km2.

2- Amas de plantes aquatiques.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 05 décembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
logikécolo
10 décembre 2008 - 0 h 00 min

Comment faire pour satisfaire les envies des urbains pour le plein air, le vent vif!
C’est la même chose pour les marais salants du Côté de la Baule, le croisic, et ses alentours. Des nidifications ne se font plus, trop de tourisme à se balader, trop de foncier à s’installer même sur le natura 2000!!!! Ils en ont rien à f….! que ce soit les élus locaux pas assez résistant aux pressions foncières, et touristiques… comment faire????


rose
11 décembre 2008 - 0 h 00 min

Si les urbains ont ces envies bucoliques, c’est bien parce que la ville n’est pas viable, parce qu’elle est pathogène et mortifère.
C’est ainsi que le Salut viendra inéluctablement de la campagne, il faut arrêter ces migrations insensées vers les villes et retourner dans sa chaumière regarder fumer la cheminée.
Faute de quoi les citadins toujours plus nombreux à la recherche toujours plus désespérée et absurde d’espaces « préservés » afin de les coloniser sauvagement, ne laisseront plus un cm2 inviolé, impollué, inhabité sur l’écorce terrestre, mais c’est déjà le cas!
Il est vrai que le futur est dans l’espace..
(ou dans l’abîme?..)


nourson
22 décembre 2008 - 0 h 00 min

N’y a-t-il d’iles de l’atlantique qu’en Bretagne ?
Je suis propriétaire d’une maison sur l’ile de Ré (Je pense que l’eau autour s’appelle Atlantique, comme autour d’Oléron je crois !) et la cohabitation toutisme – insulaires semble bien se passer. La culture de la vigne et les salines semblent bien se porter pour le plus grand bonheur des habitants et des touristes.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
549

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS