Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Naissance d’un premier gypaète barbu dans les Alpes du Sud
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Naissance d’un premier gypaète barbu dans les Alpes du Sud

Récompensant les efforts menés depuis plus de 20 ans par les diverses associations et collectivités impliquées dans le cadre d’un vaste programme de réintroduction, le premier gypaète, fruit d’une reproduction spontanée dans la région des Alpes du Sud, a pris son envol le 16 août dernier. Installé dans la Haute Ubaye, à proximité du Parc National du Mercantour, le couple reproducteur avait en effet donné naissance à un unique œuf en février de cette année.

Reconnu comme le plus grand vautour européen avec ses 2,80 mètres d’envergure, le gypaète barbu n’en reste pas moins une espèce extrêmement rare et menacée. Malgré son statut protégé, il continue à être la cible de tirs de chasse illégaux comme l’illustre l’incident survenu en janvier dernier dans les Pyrénées-Atlantiques. Par ailleurs, les nuisances liées à la cohabitation avec l’homme sont également des facteurs handicapants qui freinent sa réintroduction. C’est le cas notamment des survols d’avions et d’hélicoptères, civils comme militaires, dont les passages à proximité des nids perturbent la reproduction ainsi que la couvaison des petits. Pour éviter ceci, lorsqu’une nidification est détectée, une protection du site est mise en œuvre, comme dans le cas présent, à St Paul sur Ubaye, où les éleveurs, les naturalistes locaux, l’armée, les gendarmes et de nombreux autres partenaires ont contribué à la protection/surveillance du lieu (cf. photo).

Photo ci-contre – Gypaète barbu mâle

Selon le Parc National du Mercantour, cette naissance représenterait la première reproduction réussie en milieu naturel dans les Alpes du Sud du gypaète barbu « depuis plus d’un siècle ». Habituellement, les petits naissent en captivité puis sont réintroduits dans des sites de lâcher et nourris jusqu’à leur envol.

De bon augure, cet événement marque un réel pas en avant vers le rétablissement « d’une population naturelle, viable et autonome dans les Alpes » pour celui que l’on surnomme le « casseur d’os » (1), dont les talents d’équarrisseur naturel constituent des atouts non négligeables.

Cécile Cassier

1- Se nourrissant d’animaux morts, le gypaète barbu se distingue des autres rapaces par son aptitude à digérer les os des carcasses dont il se repaît, notamment grâce à un suc gastrique particulièrement acide. Son surnom de « casseurs d’os » lui vient plus précisément de sa technique destinée à briser les os trop gros en les lâchant depuis les airs sur des pierriers.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
emlo
21 septembre 2008 - 0 h 00 min

Un très bel exemple de travail collectif pour sauver ce magnifique oiseau.
Sans vouloir polémiquer,il me semble que ce type de démarche est beaucoup plus constructive que la réintroduction d’une espèce disparue, je pense évidement à l’ours,à la fois excessivement couteuse et sujette à de graves conflits humains.


rafouine
21 septembre 2008 - 0 h 00 min

…si le projet des « balcons du Mercantour » se réalise. Je suis d’ailleurs étonnée que le site « univers-nature » n’en parle pas car on assiste là à une grave atteinte à l’environnement et à la biodiversité. D’ailleurs ça a déjà commencé : un chemin de 1,50 à 2 m de large a été creusé à l’aide de pelleteuses et de dynamite au départ du refuge de Rabuons dans la zone périphérique du Parc National du Mercantour. Vous parlez de survols en hélico dérangeant la reproduction des rapaces, or ces engins ont été amenés par des hélicoptères. Et ce n’est pas fini: le projet parle de 140 km de sentier en zone centrale avec construction de nouveaux refuges.
De nombreuses voix émanant des milieux naturaliste et montagnard se sont déjà élevées. Une manif a eu lieu hier au refuge de Rabuons (voir photos sur http://www.alpes-sud.net/), une prochaine a lieu vendredi prochain à 9 h devant la préfecture des Alpes-Maritimes à Nice.
Une pétition est à signer sur http://www.ipetitions.com/petition/sauvons_le_mercantour/signatures-6.html.
Plus d’infos :
http://www.06krou.org/blog/?p=66
http://denali-sud.superforum.fr/balcons-du-mercantour-f6/
http://www.cg06.fr/tourisme/tourisme-balcons-mercantour.html

Merci de relayer cette information.


tombeleau
21 septembre 2008 - 0 h 00 min

C’est une très bonne nouvelle mais n’aura-t-il pas le même problème que certains autres oiseaux qui s’attaquent aux troupeaux parcequ’ils ne trouvent pas de quoi se nourrir dans la nature :les éleveurs n’ont plus le droit de laisser les cadavres et ces pauvres bêtes ne peuvent plus faire leur travail d’équarisseur tout comme ce gyapète barbu .



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
337

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS