Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Muni d’un équipement anti-braconnage, un rhinocéros meurt
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Muni d’un équipement anti-braconnage, un rhinocéros meurt

Troisième trafic mondial derrière la drogue et les armes, le trafic d’espèces et le braconnage qui l’alimente ne désarment pas. Depuis le début de l’année, plus de 30 rhinocéros ont été chassés illégalement pour leurs cornes en Afrique du Sud selon IFAW (1). En 2011, ce chiffre culminait à 448 rhinocéros, soit 25 % de plus qu’en 2010. Les moyens disponibles pour lutter contre ce marché parallèle sont très limités. Sous-équipés, les éco-gardes ne sont pas toujours en mesure de faire face aux attaques et aux représailles. Ainsi, en octobre 2011, un éco-garde succombait aux tirs de braconniers traquant des gorilles au Cameroun. Aussi, d’autres mesures sont étudiées pour lutter contre les actes de braconnage, avec plus ou moins de succès, comme en témoigne un récent accident.

Le 9 février dernier, un rhinocéros blanc, âgé de 20 ans, est mort à Johannesburg au cours d’une démonstration médiatisée de nouvelles techniques de protection contre les braconniers. Après lui avoir administré un sédatif, on avait implanté à l’animal une micropuce GPS ainsi qu’un composé toxique pour l’homme, destiné à le protéger des braconniers prisant sa corne. Selon IFAW, la cause de la mort n’a pas encore été déterminée. Qualifiée de « tragique » à double titre, la mort de ce rhinocéros révèle l’impuissance des autorités en charge de la conservation à lutter contre le braconnage d’espèces, telles que les éléphants et les rhinocéros.

Cécile Cassier
1- Fonds international pour la protection des animaux.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
cuicui
18 février 2012 - 0 h 00 min

Comme si le risque d’empoisonner qui que ce soit par la corne de rhino va émouvoir les braconniers et les empecher de la vendre un bon prix.Heureusement qu’il y a les zoos, l’avenir me parait bien triste avec de telles solutions.


rose
18 février 2012 - 0 h 00 min

Il n’y a rien de plus sinistre que les zoos. S’il y a une seule espèce qui a sa place dans un zoo (équipé de fossés et de très hautes palissades), c’est l’espèce humaine, pour son comportement hégémonique, dévastateur, prédateur et infiniment nuisible.
Que je sache, le rhinocéros, à l’instar de n’importe quel animal ou humain, n’a pas vocation à passer sa vie dans un carré bétonné, que ce soit à Paris, à Moscou ou à Toronto. Voilà un animal végétarien qui n’a qu’un prédateur : l’homme, la logique ne voudrait-elle pas qu’on enfermât plutôt ce dernier ?
Les animaux refusent souvent de se reproduire en captivité, on les comprend, on comprendrait aussi qu’ils se suicident (s’ils ne le font pas déjà).
De même qu’on a aboli (pas partout) les zoos humains, il faudra un jour abolir les zoos animaux.


thylacine
19 février 2012 - 0 h 00 min

Les grands parc animaliers d’Afrique du Sud (parc Kruger) ou de Namibie (Etosha), par exemple, SONT déjà des zoos! C’est à dire des zones plus ou moins circonscrites et encloses, où l’Homme « gère » la nature selon des critères dictés un peu par une sorte de reste d’émerveillement primitif pour la beauté du monde où il est apparu, mais surtout et en grande partie pour des raisons et selon une logique économique. La gestion de la Nature est le contraire de sa préservation.
La seule chance de survie pour les grands animaux terrestres comme les rhinos est hélas la domestication…
Dans le monde de l’Homme, il n’y a plus de place pour les animaux « sauvages ». Ne survivront que les espèces étroitement associées à l’Homme: parasites, commensales ou mutualistes (dont font partie les espèces domestiques). Hors l’Homme, plus de salut!…
Cessez de rêver…


opaque
19 février 2012 - 0 h 00 min

Peut être que si on donnait des passeports diplomatiques aux Rhinoceros, ils pourraient trouver refuge chez nous…au lieu de leur refiler des GPS défectueux et du whisky frelaté…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
63

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS