Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Les populations d’animaux sauvages en chute libre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Les populations d’animaux sauvages en chute libre

Evolution de l'indice planète vivante

Fin septembre, le WWF a publié son rapport « Planète vivante 2014 » qui, entre autres, mesure l’évolution de plusieurs milliers de populations d’espèces vertébrées. Pour cela, le WWF a mis en place un indicateur nommé Indice Planète Vivante (IPV) qui prend en compte les évolutions d’environ 10 380 populations de 3 038 espèces de vertébrés à savoir des poissons, des reptiles, des amphibiens, des oiseaux et des mammifères. Le rapport 2014 est la dixième édition de cette publication bisannuelle du WWF et, l’ensemble de ces éditions montre une très régulière dégradation des populations d’animaux sauvages.

Au niveau global, l’IPV rendu public cette année indique une régression de 52 % des populations étudiées depuis 1970, soit un peu plus de quatre décennies. Ce sont les populations des espèces d’eau douce qui enregistrent le plus fort déclin avec 76 % devant les populations terrestres et marines avec 39 % pour chacune d’elles. Au niveau géographique, ce sont dans les régions tropicales que la valeur de l’IPV est la plus basse avec une régression de 56 % depuis 1970, il est à noter que cette régression semble colossale au niveau de l’Amérique latine avec – 83 %.

Concernant les causes, les principales menaces qui pèsent sur les populations sont, par ordre d’importance, l’exploitation, la dégradation et/ou les changements d’habitat et les pertes d’habitat avec respectivement une part de 37%, 31,4 % et 13,4 %. Les autres postes recensés par le WWF sont, le changement climatique, les espèces invasives, la pollution et les maladies avec respectivement : 7,1 %, 5,1 %, 4 % et 2 %.

Lors de la publication du rapport, Ken Norris, Directeur scientifique à la Zoological Society of London a déclaré « L’ampleur de la perte de biodiversité et les dégâts subis par des écosystèmes tout simplement essentiels à notre existence sont alarmants. Ces dégâts ne sont pas inévitables, car ils sont une conséquence du mode de vie que nous choisissons. ».

Même si le rapport n’y fait pas directement allusion, il faut quand même mettre en parallèle cette évolution d’une part, de celle de la croissance de la population humaine et d’autre part, de la croissance de la richesse globale. Ainsi, en 1970, la population mondiale était de 3,7 milliards d’êtres humains contre un peu plus de 7 milliards actuellement. De même l’estimation du PIB planétaire se situait aux alentours de 16 000 milliards de dollars au début des années 1970 contre plus de 70 000 milliards de dollars en 2014.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Michel (voir la biographie)
le 02 octobre 2014 à 07:00

95 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Lepineux Philippe
4 octobre 2014 - 18 h 01 min

Peut on se permettre de toujours faire mine de ne rien comprendre !


Nicole Sarah Kretchmann
5 octobre 2014 - 8 h 28 min

Hé !!!!
Je ne sais pas dessiner sur mon vieux mac. Dommage car je vous mettrais sous les yeux la courbe exponentielle des animaux massacrés dans les abattoirs, sur les bateaux de pêche, dans les laboratoires.
Allez sur mon site et vous trouverez des chiffres approximatifs car en continuelle progression http://chante-la-vie.fr
On ne peut pas avoir des animaux sauvages et des animaux « élevés ».
Il faut choisir.
« Je suis végétarien et anti-alcoolique par passion, car cela me permet de mieux utiliser mon cerveau. » Thomas Edison, inventeur de l’ampoule électrique


Roro
5 octobre 2014 - 9 h 24 min

Quand est ce que les gens vont comprendre que faire plus de 2 enfants c’est participer au massacre de la planète ????! Ils sont complices de ça !
Quand est ce que les politiques vont arrêter leur délire sur le toujours plus de monde pour toujours plus de taxes et vont cesser de donner du fric pour faire plus de 2 enfants (CAF) ???? Sur toute la planète on devrait limiter à 2 enfants !


René Varenge
5 octobre 2014 - 9 h 56 min

La première cause de la disparition des animaux sauvages est la croissance de la population humaine.
Il serait temps de stabiliser notre nombre au niveau mondial comme le préconise l’association démographie Responsable
http://www.demographie-responsable.org


Jicé60
6 octobre 2014 - 16 h 31 min

Le W.W.F: quelle référence !
W.W.F: association créée, et longtemps gérée, par d’anciens nazis amateurs de chasse aux grands animaux africains.
( cf:  » Qui a tué l’écologie  » Fabrice Nicolino Ed: Des liens qui libèrent )


Gromit
9 octobre 2014 - 6 h 09 min

J’ai bien peur que ce ne soit irréversible . Trop d’industrie, trop d’espaces annexés, trop de pollution et surtout trop de gros cons partout. Voir cet article sur cet éleveur fier de son carton : http://www.dici.fr/actu/2014/10/07/alpes-de-haute-provence-les-photos-de-la-louve-abattue-pres-de-digne-les-bains-et-linterview-de-479820



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1621

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS