Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Les ours blancs invités à une table ronde « historique »
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les ours blancs invités à une table ronde « historique »

En fin de semaine dernière, le ministère de l’environnement canadien réunissait scientifiques, acteurs du monde politique et représentants des populations autochtones pour une réflexion conjointe autour de la conservation de l’ours polaire.

Au Canada, vivent 15 000 ours blancs, sur les 20 000 à 25 000 estimés sur l’ensemble des régions polaires mondiales. Le gouvernement canadien, qui a donc une responsabilité inégalée face à cette espèce, dispose néanmoins de données encore lacunaires sur l’évolution des populations, et les controverses vont bon train entre les acteurs locaux qui voient les ours menacer les villages et les avis des scientifiques.

Dans son rapport 2008, le Comité sur la situation des espèces en péril (COSEPAC) prévoit que 4 des 13 sous-populations ont un risque élevé de déclin. Près d’un tiers de ces sous-populations pourrait disparaître d’ici les quarante prochaines années, en raison, d’après les scientifiques, du réchauffement climatique et de captures non durables. D’autre part, 43 % de la population d’ours devraient être stable ou en hausse. Les dénombrements des 10 à 15 dernières années indiquent une légère augmentation, mais parallèlement des changements du lieu d’habitat liés à la fonte des glaces pourraient affecter la santé des animaux.

La situation de l’ours polaire au Canada est donc complexe, variable selon les différentes sous-populations et soumise à des facteurs difficilement prévisibles comme l’évolution du climat. Elle est également compliquée car la gestion de l’espèce relève de plusieurs autorités qui ne sont pas forcément d’accord entre elles. Au niveau international, l’ours polaire est classé en annexe II de la CITES et est considéré par l’UICN comme « vulnérable ». Les Etats-Unis, quant à eux, lui ont fixé le statut d’espèce menacée en 2007. Au Canada, ce statut ne semblait pas encore se justifier et l’ours polaire est considéré comme une espèce « préoccupante » depuis 1991. La gestion de cette espèce relève donc des provinces et des territoires, associant conseils de gestion et groupes d’utilisateurs qui évaluent localement chaque situation et prennent les mesures en conséquence.

Au Canada, l’ours peut donc être chassé, mais avec restrictions. Tout d’abord cette chasse, considérée comme une activité traditionnelle et une importante source de revenus pour les peuples autochtones, est réservée aux populations Inuits et aux chasseurs sportifs guidés par des autochtones. Mais surtout, la chasse à l’ours est soumise à des quotas, qui sont décidés par chaque gouvernement territorial. Ainsi, en 2008, le gouvernement de Nunanut, entendant les arguments des chasseurs locaux, maintenait un nombre de prises à 105 ours, ne suivant pas en cela les recommandations des gestionnaires de la faune sauvage qui préconisaient un nombre de 64. On voit bien ici que les perceptions divergent entre les protecteurs de la nature, les scientifiques qui essaient d’envisager une situation à long terme, et des populations locales qui voient chaque jour plus d’ours s’approcher des villages et menacer leur vie.

C’est dans ce contexte, relativement conflictuel, que le gouvernement canadien a entrepris une tentative de conciliation. La table ronde qui a eu lieu vendredi a permis aux différents acteurs d’exposer leur point de vue et le ministère de l’environnement se félicite de cette initiative qui devrait permettre d’avancer sur le terrain des consultations et peut-être conduire à l’inscription de l’ours polaire sur la liste des espèces en péril au Canada.

Elisabeth Leciak
1- L’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) inclut des espèces qui ne sont pas forcément menacées d’extinction mais qui pourraient le devenir si le commerce n’en était pas étroitement contrôlé.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 janvier 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
22 janvier 2009 - 0 h 00 min

25 000 ours polaires au plus (le nombre d’habitants d’une petite ville de France!), contre 7 milliards d’hommes! Ces chiffres à eux seuls disent tout… C’est ça le partage selon Homo sapiens: tout pour moi, les autres se démerdent… Et encore, les ours blancs ne se portent pas si mal; il y a des situations bien pire…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
24

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS