Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Les oiseaux tributaires de la taille de leur cerveau pour survivre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  4. Innovation et tradition pour un revêtement ...
  5. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les oiseaux tributaires de la taille de leur cerveau pour survivre

Une récente étude, présentée dans la revue ‘Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences’ tend à prouver qu’il existe chez les oiseaux un rapport entre la taille du cerveau (proportionnellement au reste du corps) et le taux de mortalité. Les deux chercheurs à l’origine de cette étude ont ainsi mis en comparaison, sur plus de 200 espèces différentes d’oiseaux (1), la masse corporelle, la taille du cerveau, et le taux de mortalité. Il en ressort que les espèces présentant les cerveaux les plus volumineux ont les meilleures chances de survie. L’analyse statistique, menée sur un an, montre en effet que des espèces comme les corneilles, les corbeaux ou les perroquets, qui ont de plus gros cerveaux que le faisan par exemple, ont plus de chance de survie que ce dernier.

Pour les scientifiques, les ‘gros cerveaux’ ont développé une plus grande capacité à intégrer les changements d’environnement (changement climatique, perte des habitats), et donc sont mieux armés pour y faire face.

Cette découverte corrobore celle déjà faite par le chercheur espagnol Daniel Sol de l’Université autonome de Barcelone. Ce dernier avait déjà mis en évidence que les oiseaux présentant les cerveaux les plus volumineux étaient également ceux qui s’adaptaient le mieux à de nouvelles conditions de vie. Si tous ces résultats valident l’hypothèse selon laquelle il est avantageux pour une espèce (homme compris) de développer un gros cerveau pour faire face à la vie, les chercheurs n’ont pas encore trouvé de lien direct entre les taux d’extinction des espèces et les tailles relatives des cerveaux.

Cécile Fargue
1 – Toutes les régions du globe ont été représentées, polaires, tempérées et tropicales. Cette étude a également pris en compte tous les facteurs pouvant avoir une influence sur les taux de mortalité intrinsèque à chaque espèce : migration, mœurs, etc.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 18 janvier 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS